La Russie autorise les propriétaires étrangers de logements à y enregistrer d'autres non-citoyens

Immeubles dans la banlieue de Moscou

Immeubles dans la banlieue de Moscou

Konstantin Kokochkine/Global Look Press

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Hier, en Russie, est entrée en vigueur une loi autorisant les étrangers propriétaires de biens immobiliers à y enregistrer d’autres étrangers, y compris apatrides, a fait savoir sur son site le ministère russe de l’Intérieur. Ce texte avait été adopté début juin 2020 et vise à faciliter le recensement migratoire.

Par ailleurs, a été allongée, pour les participants au programme de retour volontaire en Russie de citoyens russes vivant à l’étranger, à 30 jours la période d’exemption d’obligation de se faire enregistrer au lieu de domicile.

À noter que si le propriétaire du logement se trouve lui-même à l’étranger, c’est l’arrivant qui doit en personne informer les organes compétents de son lieu de résidence ; une démarche désormais possible sur Internet.

Pour rappel, tout étranger se trouvant sur le territoire fédéral russe se doit d’être, sous sept jours ouvrés à partir de la date d’arrivée, enregistré, c’est-à-dire d’être muni d’un document obtenu par le propriétaire du logement (qu’il s’agisse d’un appartement ou d’un hôtel, par exemple) auprès du ministère de l’Intérieur.

Vous ne souhaitez plus vous embarrasser de cette démarche ? Envisagez donc la citoyenneté russe ! Nous vous expliquons dans cet autre article ce qu’il faut savoir pour la recevoir.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies