Pourquoi la Russie paraît-elle parfois si grise?

Quelque-part à Moscou

Quelque-part à Moscou

Legion Media
Lorsque vous mélangez l'histoire soviétique avec un climat rude, vous obtenez souvent cette triste couleur.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Tous ceux qui ont eu la chance de voyager en Russie au-delà des villes touristiques peuvent se demander pourquoi certains endroits du plus grand pays au monde sont si... gris. Ceux d’entre vous ayant observé de leurs yeux des quartiers résidentiels soviétiques typiques sauront ce que nous entendons par là.

Ces photos semblent avoir été privées de leurs couleurs dans Photoshop – mais ce n'est pas le cas, il s’agit du tableau s’offrant à nous dans certains coins du pays. Apparemment, cela laisse perplexe de nombreux touristes étrangers qui sont habitués à voir un monde relativement plus coloré autour d'eux. Aussi, avons-nous décidé de vous expliquer les origines de cette impression visuelle.

Architecture utilitaire

À Moscou. À noter que depuis plusieurs années se poursuit dans la capitale un vaste programme de destruction de ces barres d'immeubles et de relogement de la population.

« Ils [les Russes] ont une histoire récente d'architecture utilitaire (c'est-à-dire juste construire un tas de blocs gris carrés efficaces). Donc, même si les rues étaient propres et les bâtiments bien entretenus, cela aurait quand même l'air assez merdique », a crûment déclaré un utilisateur de Reddit, tentant d'expliquer pourquoi la Russie semblait si grise.

D'une certaine manière, il est parvenu à mettre le doigt sur quelque chose. La plupart des régions de Russie qui paraissent grises le sont en effet précisément pour cette raison : l'architecture soviétique utilitaire.

Après la guerre, l'URSS a été confrontée à un problème de surpopulation dans les villes et à une grave pénurie de logements, car de plus en plus de personnes quittaient les zones rurales pour les aires urbaines afin de trouver des emplois dans l'industrie et d'autres secteurs.

À Moscou

Au début des années 1950, les autorités soviétiques ont décidé de résoudre ce problème en construisant rapidement de nombreux immeubles préfabriqués bon marché et similaires, faits de panneaux de béton et entrés dans l'histoire sous le nom de « khrouchtchiovka » — du nom du dirigeant soviétique d’alors, Nikita Khrouchtchev.

Ces édifices, faciles à construire, ont résolu efficacement le problème émergent du logement mais, à leur tour, ont créé de multiples nouvelles difficultés, qui n'ont pas encore été résolues à ce jour.

Lire aussi : Ces lieux de Russie où la vie est des plus rudes

« Les immeubles de masse à plusieurs étages qui accueillent la majorité de la population sont destinés uniquement au logement, mais rien d'autre. Après avoir quitté son domicile, un habitant d'une zone résidentielle veut sortir de cette dernière le plus vite possible – soit pour se rendre au centre-ville pour le travail, soit pour se rendre au centre commercial et de loisirs le plus proche. D'où le fameux pendule [entre] la migration et les embouteillages », expliquait Vitali Stadnikov, professeur associé de l'École supérieure d'études urbaines de l’École des hautes études en sciences économiques, dans un article publié en 2016.

À Novovoronej

Les khrouchtchiovkas ont atteint leur objectif – loger le plus grand nombre possible de personnes le plus rapidement possible – mais ont créé une myriade d'autres problèmes de logement. Et surtout, elles ont fait passer la Russie pour une contrée grise.

« Les zones résidentielles construites avec des bâtiments à plusieurs étages causent d'énormes dégâts à la ville. Ils forment un environnement sombre et déprimant », explique l'expert.

Industrialisation

À Norilsk

Ensuite, beaucoup de gens remarquent que des endroits en Russie semblent plus gris que d'autres. La raison en est peut-être que certains lieux concentrent de nombreuses usines, ce qui rend les zones environnantes beaucoup plus ternes.

Il y a, il est vrai, des villes en Russie qui n'existent que pour soutenir certaines usines industrielles. Par exemple, la célèbre cité fermée de Norilsk est connue pour être l'un des endroits les plus déprimants de toute la Russie pour cette raison précise. Elle a été créée artificiellement dans les années 1920, lorsque le gouvernement soviétique a décidé d'explorer et d’utiliser les riches ressources minérales de la région, et depuis lors, elle est restée un centre d'exploitation minière industrielle majeur de la Russie.

La pollution affecte principalement l'aspect général de Norilsk. Cependant, le ciel y est aussi souvent gris, tandis que les longues nuits polaires n’améliorent pas la situation. Il suffit d'ajouter l'horrible architecture utilitaire soviétique à tout cela pour comprendre pourquoi certains endroits en Russie ont l'air si gris.

Climat rude

Un hiver sur la place Rouge, à Moscou

En outre, même les villes les plus belles peuvent de temps en temps apparaître grises. Prenez Moscou ou Saint-Pétersbourg, les deux destinations touristiques les plus populaires de Russie. Ces endroits sont notoirement moroses en hiver, car la plupart du temps la lumière du Soleil ne peut que peu pénétrer les nuages.

En décembre 2018, Moscou n'aurait ainsi eu que six minutes d’ensoleillement sur tout le mois ! Pour le reste, la capitale était enveloppée de nuages. La durée moyenne d'ensoleillement de la ville en décembre est pourtant de 18 heures, ce qui est tout de même peu.

Deux règles implicites de chaque habitant de Saint-Pétersbourg sont très révélatrices : porter du gris tout le temps et emporter un parapluie partout où ils vont.

Il y a enfin également des villes en Russie où le Soleil ne se lève même pas pendant plus d'un mois. Cependant, ce côté terne est contrebalancé par l’été où, pendant plusieurs semaines, l’astre solaire ne se couche jamais, nous faisant comprendre que pour chaque teinte de gris, la Russie offre tout autant de tableaux hauts en couleur.

Dans cet autre article, nous nous intéressons au côté déprimant de la Russie.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies