Ces mannequins hommes russes que les plus grands créateurs de mode s'arrachent

@sashadidntwakeup/https://www.youtube.com/watch?v=VY1eFxgRR-k
Avant qu’ils ne soient remarqués par les scouts, ces dénicheurs de futurs mannequins, certains d’entre eux travaillaient comme vendeurs ou bricoleurs. Aujourd’hui, ils montent sur les podiums pour exposer les créations des marques les plus en vogue et font de la figuration dans des clips.  

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Les frères Dulatov

Les Dulatov – mère, père et leurs cinq enfants – ont immigré à Düsseldorf depuis la Tchétchénie. Âgé de 16 ans, l’aîné, Djibril, a commencé à travailler dans un supermarché voisin pour économiser de l’argent pour une ceinture Gucci, qu’il a vue dans la vitrine d’un magasin de la marque. C’est là qu’il a été remarqué par un scout qui lui a proposé le travail. En raison de ses convictions religieuses et de son éducation tchétchène, le jeune homme a d’abord rejeté l’offre, mais le scout a su le convaincre. Djibril est arrivé à son tout premier casting en compagnie de son père.

Plusieurs maisons de mode ont proposé une collaboration à Djibril : il a participé aux défilés d’Alexander McQuenne, Lanvin et Gucci. Ensuite, la carrière de mannequin a également attiré ses frères Sulumbek, Tamerlan et Islam. Tous sont aujourd’hui modèles et Islam a signé un contrat avec Versace.

Cependant, ils restent fidèles à leurs culture et traditions tchétchènes. Ainsi, Djibril a rejeté l’offre d’Armani évaluée à 140 000 dollars, car elle prévoyait son apparition en sous-vêtements.

Les frères songent devenir combattants MMA et ouvrir à Düsseldorf une salle de sport gratuite pour les Tchétchènes. D’ailleurs, Djibril prend rarement part aux sessions photo et espère que la carrière de mannequin de ses frères n’est que temporaire.

« On ne passera pas notre vie à se prendre en photo en jolis vêtements », dit-il.

Sasha Trautvein

En 2016, le jeune homme de 17 ans (aujourd’hui il en a 21), originaire de la ville industrielle de Kansk (4 300 km de Moscou), a eu un coup de tête. Il a abandonné l’école et s’est fait tatouer l’inscription « wake up » sur le visage. Ayant vendu un véhicule en panne, il s’est acheté un sac à dos et est parti vivre à Saint-Pétersbourg pour suivre sa bien-aimée. Leur relation n’a cependant pas abouti. Pour survivre dans cette ville étrangère, il a dû travailler tantôt dans le bâtiment, tantôt en tant que gardien, postant dans le même temps des photos sur son compte Instagram. Il y publiaitdes photos des fameuses « kommounalkas » (apparentements communautaires) saint-pétersbourgeoises et de lui-même en vêtements usés.

Uninterprètede hip-hop ukrainien, qu’il a rencontré en ligne, a vu du potentiel en lui et lui a proposé de tenter sa chance en tant que modèle. Son apparence inhabituelle et son Instagram exposant une vie pauvre ont attiré des marques de renom. Trautvein a ainsi pris part aux tournages et aux défilés de Heron Preston, Y-3, Louis Vuitton, Dior et de tant d’autres marques. En outre, il est devenu l’égérie de Moncler. En 2019, Trautvein a lancé des cagoules de couleur vive et arborant l’inscription Wake Up. D’ailleurs, Billie Eilish a été vue portant l’une d’elles.

Le magazine américain Esquire a inclus Trautvein au top-10 les jeunes hommes les plus stylés de la planète et, ce printemps, Dazed&Confused l’a classé au 3e rang des personnes qui créent l’histoire en ce moment-même.

Entre les défilés et les tournages, il continue de vivre à Saint-Pétersbourg où il écrit ses textesde rap et rêve de partir aux États-Unis et au Royaume-Uni pour y tourner un documentaire sur sa vie.

En images: hospitalisé, un designer russe crée un «magazine de mode» dédié à la Covid-19

Aleksandr Gordeev

Étudiant à l’Académie de médecine vétérinaire à Kazan, il s’est retrouvé dans le monde des podiums grâce au réseau social russe VKontakte. C’est là que la fondatrice de l’agence Tann Model Management, Tanya Azarova, l’a remarqué et lui a proposé de déménager à Saint-Pétersbourg.

Aleksandr ne tardera pas à prendre part aux défilés Marcelo Burlon, Salvatore Ferragamo, Kenzo et Yohji Yamamaoto. En 2018, il est devenu l’égérie de Vivienne Westwood et a tourné pour Palomo Spain et Harley-Davidson.

En dehors du travail, Gordeev dessine et en février 2020 il a tenu une exposition personnelle dans la galerie moscovite betweenwindows.

« Depuis mon enfance, j’ai toujours voulu dessiner, mais je ne savais pas le faire. Ayant commencé à travailler en tant que modèle en Europe et en Asie, j’ai quitté l’entourage conservateur de Kazan et ai découvert l’art contemporain. À mon avis, son plus important aspect est l’absence d’une définition claire quant à ce qui peut être considéré en tant qu’art », explique Gordeev dans l’une de ses interviews.  

Andrey Kupchenko

Ce mannequin et l’amant sur écran de Selena Gomes est né en 1993 dans la ville d’Ostrovtsy, (région de Moscou), dans une famille de comptables. Plus tard, ils ont déménagé dans la capitale. À 17 ans, Andrey a tenté sa chance pour devenir modèle et a réussi : une agence l’a envoyé à la Fashion Week de Londres. Depuis, des marques telles que Guccci, Kenzo, Dries, Van Noten, Prada, Dior Homme et autres l’ont invité à des shootings.

Il est néanmoins devenu mondialement célèbre après avoir été retenu pour le rôle du petit ami de Semena Gomes.

« C’était l’un des plus grands jours de ma vie », écrira-t-il sur son compte Instagram.

Pendant son loisir, il s’adonne au foot et au hockey et aime lire. Parmi ses œuvres préférées il convient de citer Detective d’Arthur Hailey et Une tragédie américaine de Theodore Dreiser.

>>> «J’ai été très influencé par vous»: Jean-Paul Gaultier revient sur sa carrière face au public russe 

Arthur Kulkov

Connu aux quatre coins du monde, ce mannequin de 36 ans est né dans la ville sibérienne de Mejdouretchensk (3 800 km de Moscou). Quand il avait 13 ans, sa famille a décidé de déménager aux États-Unis. Vivant à Brooklyn, il a manifesté une passion pour le football, a obtenu un diplôme en management des affaires au Saint Francis College et a sérieusement envisagé une carrière sportive.

Lors de l’un des entraînements, il a cependant attiré l’attention d’un scout qui lui a directement proposé un travail. Voulant gagner un peu d’argent et cesser de dépendre entièrement de ses parents, Arthur a accepté à contrecœur.

En 2006, il a conclu son premier grand contrat, avec Tommy Hilfiger, puis a collaboré, entre autres, avec John Galliano, Dolce &Gabbana, Giorgio Armani et Louis Vuitton.

En 2013, Forbes l’a placé au 3e rang des hommes mannequins les mieux payés et, deux ans plus tard, en 2015, Models.com l’a qualifié d’« icône » de l’industrie des modèles.

Dans une interview accordée en 2015 à Hello Magazine, Arthur a assuré qu’il envisageait d’abandonner la carrière de mannequin et d’ouvrir son propre bar. Sur son Instagram, on ne trouve aucune information sur l’ouverture de son établissement, mais les photos d’Arthur qui continue à poser pour de célèbres magazines et look books.

Dans cet autre article, nous vous présentons les plus beaux mannequins russes de Victoria's Secret. 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies