Un monde en voie de disparition: les Koriaks, ce peuple éleveur de rennes du Kamtchatka

DanitaDelimont.com/Global Look Press
Ce petit peuple de l’Extrême-Orient russe ne compte aujourd’hui que quelques milliers de représentants. Beaucoup vivent selon les traditions de leurs aïeux, mais leur existence nomade apparaît désormais menacée par la sédentarisation. Faisons connaissance avec cette ethnie à la singularité vacillante.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Les Koriaks sont souvent confondus avec les Tchouktches : ces deux peuples vivent sur des terres limitrophes en Sibérie orientale, leurs cultures sont fortement imbriquées et ils possèdent des racines historiques communes.
Selon le recensement de 2010, l’on dénombrait en Russie 7 953 Koriaks, très majoritairement sur la péninsule du Kamtchatka.
Les Koriaks sont principalement des éleveurs de rennes, des chasseurs et des pêcheurs qui vivent en autarcie. Ils ont rarement pratiqué l'agriculture, les conditions naturelles locales y étant défavorables.
Ils vivent dans des yourtes faites de grandes nattes de feutre placées sur un cadre grillagé en bois. Le décor intérieur est similaire à celui des habitations des peuples voisins.
Habitant la toundra montagneuse, les Koriaks construisent des huttes en forme de cône appelées « yarangas », qui ressemblent aux « tchoums » des Évènes. En hiver, elles sont couvertes de fourrures pour les garder au chaud, tandis qu'en été, elles le sont de bouleau et d'écorce.
Les éleveurs koriaks se nourrissent principalement du lait et de la viande de leurs rennes. Nomades, ils vivent au gré des migrations de leurs troupeaux. En hiver, ils préfèrent résider plus près des petites agglomérations, tandis qu’en été, ils partent pour les pâturages de montagne.
Les rennes sont des animaux très robustes. Ils peuvent passer par des endroits où un cheval se casserait une patte. C'est pourquoi ces animaux sont ici également le principal moyen de transport.
Toutefois, les familles qui perpétuent de nos jours le mode de vie ancestral se font de plus en plus rares, les Koriaks se convertissant semble-t-il inexorablement au sédentarisme...
Le système de croyance de ce peuple est principalement lié aux cultes de chasse ancestraux et tribaux. Leur religion officielle est le chamanisme.
Les chamans sont respectés parmi les Koriaks. Ils continuent à effectuer de nombreuses cérémonies domestiques jusqu'à ce jour, sans lesquelles la vie d'un Koriak serait difficile à concevoir.

Cet article est la propriété de Rossiyskaya Gazeta.

Dans cet autre article, découvrez comment se déroule l’éducation des enfants nénètses, un peuple nomade d’éleveurs de rennes dans le Grand Nord russe.
  

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies