Peines prononcées en Russie pour les accusés de l’affaire Christophe de Margerie

Reuters

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Dans la soirée du 23 juillet, le tribunal de Solntsevo, à Moscou, a annoncé les peines retenues à l’encontre des trois accusés dans l’affaire de l’accident aérien ayant conduit, en 2014, à la mort de quatre individus, dont l’ancien PDG de Total, informe ТАSS. Tous trois avaient été jugés coupables précédemment dans la journée.

Ainsi, Roman Dounaïev, directeur des vols de l’aéroport de Vnoukovo, où est survenue la tragédie, s’est vu condamner à six ans de détention en colonie pénitentiaire, une peine portée respectivement à cinq ans et demi et cinq ans pour les contrôleurs aériens Alexandre Krouglov et Nadejda Arkhipova.

Cette dernière, cependant, n’a pas tardé à voir sa condamnation être levée, en raison d’une amnistie décrétée en 2015 en l’honneur du 70e anniversaire de la Victoire contre l’Allemagne nazie, le drame ayant eu lieu au cours de la période couverte par cette mesure qui ne concerne toutefois que les peines de cinq ans ou moins.

Les avocats des inculpés affirment néanmoins leur intention de faire appel de ces condamnations.

« Malgré la libération d'Arkhipova de sa peine, nous ferons appel de cette décision, nous irons jusque devant la Cour européenne des droits de l'homme. Nous pensons que le tribunal a ignoré un certain nombre de preuves de la défense, y compris les documents de l'une des expertises, qui contenaient les conclusions selon lesquelles, le jour de la catastrophe, les contrôleurs aériens condamnés n'ont pas violé leurs obligations. La deuxième expertise, selon nous, a été réalisée avec des violations », a à ce propos déclaré Olga Dinze, avocate de Nadejda Arkhipova, citée par l’agence de presse.

Pour rappel en effet, l’appareil avait, dans la nuit du 20 au 21 octobre 2014, lors de son décollage à destination de Paris, heurté une déneigeuse. Or, selon le Comité d’enquête de la Fédération de Russie, Dounaïev n’aurait au préalable pas assuré la communication et la coordination de l’emploi du temps des employés, tandis que Krouglov et Arkhipova, bien qu’en capacité d’empêcher l’accident, n’auraient entrepris aucune initiative dans ce but.

À noter que les deux principaux accusés dans cette affaire, à savoir Vladimir Ledenev, ingénieur en chef de l’aéroport, et Vladimir Martynenko, conducteur de la déneigeuse, avaient été en 2017 condamnés à respectivement 3,5 et 4 ans de colonie, mais avait eux aussi pu bénéficier de cette même amnistie.

Dans cet autre article, nous vous expliquons ce qu’est devenu le tout premier aéroport de Moscou.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies