Pourquoi de nombreux Russes ont-ils tendance à remettre à plus tard?

Byron Howard, Rich Moore, Jared Bush/Walt Disney Pictures, 2016
Les historiens pensent qu'une partie de la réponse réside dans nos gènes!

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

« Allez, j'ai plusieurs jours avant ma date limite. J'ai assez de temps pour faire le travail correctement et sans hâte » : c'est ce que mon esprit m'a soufflé pendant que je travaillais sur cet article. Mais je me suis contentée de réfléchir et de lire sur le sujet le plus longtemps possible, et ce n'est que la veille de mon échéance que j'ai commencé à écrire.

Cela vous semble familier ? L'habitude de tout faire au dernier moment, c'est-à-dire la procrastination, est un phénomène qui traverse les frontières des États, mais nous, les Russes, considérons que c'est l'un de nos traits nationaux.

Bien sûr, c'est une simplification excessive - et si ce n'est peut-être pas vrai pour chaque citoyen de l’immense pays, des termes comme « paresse », « manque de discipline » et « procrastination » reviennent régulièrement dans les discussions sur la mentalité russe. Et même si ce ne sont pas des synonymes, ils sont étroitement liés.

Par exemple, consultez nos histoires Sept piliers culturels qui unissent les Russes partout dans le monde ou En quoi les Russes sont-ils, selon eux, différents des autres peuples? ou Une invitation à se coucher: les anciennes traditions russes de paresse en anglais.

Les gens essaient rarement de creuser plus profondément pour découvrir ce qui se cache derrière ces traits psychologiques. Et si nous vous disions que, dans ce cas, il y avait une explication ?

En Russie, travail acharné ne rimait pas avec rendement élevé

Comme le suggèrent certains experts, la mentalité russe si particulière s'est formée sous l'influence de conditions naturelles uniques. Selon Leonid Milov (1929-2007), un historien russe et soviétique, les paysans de la partie européenne de la Russie ont dû s'adapter pendant des siècles à de longs hivers et de courts étés avec un temps très limité pour réaliser les travaux agricoles, qui jouaient un rôle crucial dans les habitudes de travail russes.

« [La saison] durait de la mi-avril à la mi-septembre (de la mi-mai à la mi-octobre, selon le nouveau calendrier)... Alors qu'en Europe occidentale [les paysans] travaillaient tout le temps, sauf en décembre et janvier. Cette différence dans les efforts de production a eu un impact profond sur le développement économique, politique et culturel de l'Europe occidentale et orientale », écrit-il.

Cette situation déjà défavorable, écrit également Milov, a été exacerbée par le manque de corrélation entre quantité de travail investie par les paysans et volume de la récolte finale – ils pouvaient travailler aussi dur qu’ils voulaient, cela ne signifiait pas que des conditions météorologiques imprévisibles dans cette partie de le globe ne ruineraient pas soudain tous leurs efforts.

« Les paysans russes ont été pendant des siècles des otages de la nature car elle les mettait dans une situation tragique si un paysan ne pouvait pas étendre son champ de semis, choisir une alternative ou augmenter la productivité de la terre, investissant à la fois du travail et du capital », soutient-il.

>>> Attention, deadline: comment les Russes font-ils face aux délais?

D'une part, comme le dit Milov, cela a appris à la paysannerie russe à travailler dur. Mais, de l’autre, les Russes sont devenus plus sceptiques vis-à-vis de leurs propres efforts et plus fatalistes, croyant que tout cela fonctionnerait tout de même d’une manière ou d’une autre, soit par la volonté de Dieu, soit par grâce au fameux avos’ russe.

Pourquoi le travail régulier n'est pas notre tasse de thé

Le grand historien de la Russie impériale tardive, Vassili Klioutchevski (1841-1911), avait une opinion similaire. « Il y a une chose dont un Russe est certain - il faut chérir une belle journée de travail d'été qui est rarement donnée par la nature pour l'agriculture, le court été russe pouvant souvent se transformer en mauvais temps inattendu », écrit-il.

De cette façon, la nature elle-même a appris aux Russes à travailler dur en peu de temps. Ainsi, à travers les générations, ils se sont habitués à travailler de façon intensive, sous pression, puis à prendre du repos pendant un certain temps, jusqu'à la saison suivante - une période qui était traditionnellement consacrée à un travail beaucoup moins stressant (comme faire de l'artisanat).

« Personne en Europe n’est capable de travailler aussi dur en si peu de temps... Mais il n'y a également pas d'autre [peuple] en Europe qui soit moins habitué à un travail régulier et constant que les Russes », a déclaré Klioutchevski.

Un tel mode de fonctionnement signifiait également qu'à un moment donné, les paysans devaient rassembler toute leur énergie et, encore une fois, travailler dur. Les périodes de « faible activité » (que certains étrangers auraient pu confondre avec la paresse) se transformaient alors en périodes de « mobilisation », ce qui ne se limitait pas au début de la saison agricole, mais allait aussi au-delà : guerres, révolutions, conflits politiques. Dans de telles situations de crise, les Russes ont révélé le meilleur d’eux-mêmes - des qualités comme l'héroïsme, le leadership, le sacrifice de soi et la persévérance.

>>> Quelles bizarreries attendent les travailleurs étrangers en Russie?

Bien entendu, les Russes d’aujourd’hui n’ont pas à travailler dur durant l’été pour assurer leur survie en hiver, mais il est possible que nous suivions les mêmes schémas à un niveau microscopique. En travaillant sans cesse toute l’année, il n’est pas exclu que nous créions inconsciemment des défis pour mettre à l’épreuve notre héroïsme et notre capacité d’adaptation. Et quel meilleur moyen que de fixer une échéance ? Ce n’est que dans ces situations que nous semblons nous développer.

Dans cet article vous trouverez huit conseils universels pour faire affaire avec des Russes dans n’importe quelle situation.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies