Cinq hommes politiques d'origine russe qui ont réussi leur carrière à l'étranger

Global Look Press, Getty Images, NY State Senate, Mark Ifraimov
Des Russes ont élu domicile dans le monde entier - mais seule une poignée de personnes nées en Russie sont parvenues à réussir en politique à l'étranger. Jusqu’à présent du moins.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Sergey Lagodinsky

Lieu de naissance : Astrakhan

Âge : 44 ans

Année d'émigration : 1993

Fonction : député européen depuis 2019

Pays représenté : Allemagne

Affiliation politique : Verts/Alliance libre européenne

Biographie : Lagodinsky a étudié le droit à l'Université de Göttingen. Il a également fréquenté la Kennedy School of Government de l’Université Harvard aux États-Unis, ainsi que le programme Yale University World Fellows, obtenant en outre un doctorat de droits de l’homme à l’université Humboldt en Allemagne. Il a fait carrière comme avocat et chercheur en politique avant d'être élu au Parlement européen pour représenter l'Allemagne.

Relation avec la Russie : la famille a émigré en Allemagne juste avant le 18e anniversaire du futur politicien. Dans une récente interview, Lagodinsky a expliqué cette décision en faisant référence à la tourmente qui a suivi la dissolution de l'Union soviétique au début des années 1990.

Dans une interview accordée à la Deutsche Welle en russe après son élection, Lagodinsky a reconnu qu'il considérait toujours la Russie comme sa patrie, mais a insisté sur le fait que la question de l'identification avec un pays était « très XXe siècle ». « Cela ne veut pas dire que j'appartiens moins à l'Allemagne », a déclaré Lagodinsky.

>>> Ces politiciens étrangers de premier rang maîtrisant le russe

Informations supplémentaires : Parmi les politiciens de notre liste, Lagodinsky est le plus représentatif de la cohorte d'immigrants que nous appelons les « Russes mondiaux ». Il a quitté la Russie à l'âge adulte. Lors d’interviews, il se souvient parfois des doutes de sa famille, après son arrivée en Allemagne, sur le choix qu’ils avaient fait. Lagodinsky a une vision moderne du monde : il a vécu, étudié et travaillé en Allemagne et aux États-Unis, mais se reconnaît ouvertement comme russe, communique en russe et commente les affaires russes. Il est le seul sur cette liste à ne pas avoir été élu par des électeurs majoritairement russophones - cependant, cela peut être dû au fait que lors des élections au Parlement européen en Allemagne, les électeurs choisissent des partis et non des candidats particuliers.

Viktor Uspaskich

Lieu de naissance : région d'Arkhangelsk

Âge : 60 ans

Année d'émigration : 1985 (il a déménagé en Lituanie au sein de l'URSS)

Bureau : député européen depuis 2009

Pays représenté : Lituanie

Affiliation politique : Darbo Partija (Parti travailliste), actuellement président du parti

Biographie : Le premier eurodéputé russophone de l’Union européenne serait né et aurait grandi dans la région d’Arkhangelsk en Russie. À l'âge de 26 ans, il a déménagé en Lituanie - qui faisait encore partie de l'URSS - pays qui a par la suite accédé à l'indépendance et a rejoint l'UE en 2004. Il a précédemment été membre du Parlement lituanien et ministre des Affaires économiques du gouvernement lituanien.

Relation avec la Russie : bien qu'il ait vécu en Lituanie pendant 35 ans, Uspaskich resterait proche des membres de sa famille qui résident toujours en Russie et s'est rendu fréquemment en Russie au fil des ans. S'adressant aux médias russes, il a mis une partie de l'opposition à sa politique en Lituanie sur le compte de la russophobie et a reconnu qu'il subissait une pression en tant que Russe ethnique et membre de la communauté russophone entré en politique en représentant ce qui est maintenant un État membre de l'OTAN. À un moment particulièrement controversé de sa carrière politique, Uspaskich est retourné en Russie et aurait envisagé d’y demander l'asile politique.

Informations supplémentaires : Uspaskich est le seul homme politique lituanien russophone à succès au niveau national et international, même si la population du pays, selon diverses estimations, est à environ 10% russophone (une partie importante de ce groupe ne détient pas la citoyenneté lituanienne et ne peut donc pas voter).

Alec Brook-Krasny

Lieu de naissance : Moscou

Âge : 61 ans

Année d'émigration : 1989

Bureau : membre de l'Assemblée de l'État de New York, 2006-2015

Pays représenté : États-Unis

Affiliation politique : Parti démocrate

Biographie : Brook-Krasny a quitté l'Union soviétique en 1989, lors de son effondrement. À l'époque, il avait 31 ans. Il a été propulsé dans la vie publique à Brooklyn quand, avec d'autres entrepreneurs russophones, il a cofondé COJECO, une association de groupes d'immigrants juifs russophones. La communauté russophone de New York attribue à Krasny un certain nombre de réalisations pendant son mandat à l'Assemblée législative de l'État, notamment l'adoption d'une loi reconnaissant le russe comme l'une des langues officielles de l'État.

Relations avec la Russie : dans ses interviews aux médias, Brook-Krasny a souvent reconnu qu'il restait un Moscovite dans l'âme et aimait Moscou, qui lui « manque beaucoup ». Il a confié que, dès le début, sa motivation pour entrer dans la vie publique avait été d'essayer d'améliorer les relations russo-américaines, bien qu'il soit depuis plus pessimiste à ce sujet, les deux communautés étant selon lui « trop fières ». Il a dit qu'il était difficile de trouver un équilibre entre les intérêts de la communauté russophone et ceux qui ne comprennent pas leur langue et leurs préoccupations.

>>> Henry Kissinger: «À des moments critiques, la Russie a sauvé l'équilibre du monde»

Informations supplémentaires : le Moscovite Brook-Krasny est le premier politicien d'origine russe à avoir été élu à un poste au niveau local aux États-Unis (aucune personne d'origine russe n'a jamais été élue au Congrès américain). À ce jour, il reste le politicien d'origine russe ayant connu le plus de succès dans un pays où près d'un million de personnes s'identifient comme russophones, selon le recensement de 2010. Des estimations moins prudentes estiment le nombre de Russo-américains entre 3 et 5 millions de personnes, y compris les enfants d'immigrants nés aux États-Unis. Le recensement de 2010 suggère également que les russophones sont bien éduqués (51% ont déclaré avoir au moins un baccalauréat) et bien intégrés (75% parlent anglais « bien » ou « très bien »). Pourtant, Brook-Krasny représentait un quartier de Brooklyn qui comprend le célèbre Brighton Beach, sa carrière ayant été impulsée exclusivement par des votes russes. Il semblerait que l’élection d'un russophone à un poste politique par des électeurs non russes ne soit toujours pas possible aux États-Unis, même si des membres d'autres groupes d'immigrants ont été élus dans tout le pays par le passé.

David Storobin

Lieu de naissance : Makhatchkala

Âge : 41

Année d'émigration : 1991

Bureau : membre du Sénat de l'État de New York, 2012

Pays représenté : États-Unis

Affiliation politique : Parti républicain

Biographie : L'avocat d'origine russe David Storobin a manifesté un intérêt précoce pour la politique et s'est porté volontaire pour la campagne du maire Rudy Giuliani à l'adolescence. Il a été élu au Sénat de l'État de New York lors d'une élection spéciale en 2012, avec le soutien de l'ancien maire. Il a servi jusqu'à ce que son siège soit éliminé lors du nouveau découpage. Après cela, Storobin s'est présenté au Conseil de la ville de New York, mais sans succès. Il a depuis quitté la politique et est retourné à la pratique juridique.

Relations avec la Russie : Storobin a grandi à New York et est resté à l'écart de la géopolitique liée à la Russie, mais a activement profité de son appartenance à la communauté russophone tout au long de sa carrière juridique et politique. Il est bien connu en tant qu'avocat russophone et s'est présenté aux élections dans le district qui comprend la région de Brighton Beach à Brooklyn (au moment où Brook-Krasny représentait la même zone à l'Assemblée de l'État de NY). Storobin parle couramment le russe, qui est sa langue maternelle. En raison de son lieu de naissance, il aurait été victime d'attaques russophobes au cours de ses campagnes électorales, même si ses opposants étaient également russophones (mais pas nés en Russie).

Informations supplémentaires : Storobin est un exemple de politicien américain dont la carrière a été rendue possible exclusivement par les votes russes. Cependant, son court mandat peut s'expliquer non pas par l'insuffisance de ce soutien, mais par le fait qu'il représentait le Parti républicain et qu’il prônait un agenda social très conservateur. Cela a rendu difficile sa réélection à Brooklyn, une région à prédominance démocrate.

Mark Ifraimov

Lieu de naissance : Naltchik

Âge : 39

Année d'émigration : 1999

Bureau : membre de la Knesset depuis 2019

Pays représenté : Israël

Affiliation politique : Likoud - Israël Beytenou

Biographie : Après avoir immigré en Israël à l'adolescence, Ifraimov a étudié les sciences du comportement à l'Université Ben Gourion et est devenu un activiste et organisateur communautaire dans la ville de Sdérot. Il a été maire adjoint de Sdérot avant d'être élu à la Knesset.

Relation avec la Russie : Ifraimov a parlé avec émotion de son enfance à Naltchik lors d'un événement public en 2019, faisant remarquer qu'il avait grandi dans une ville multiethnique, où au moins 13 communautés coexistaient pacifiquement et en coopération dans une atmosphère de respect mutuel. Le politicien se rend fréquemment en Russie et participe à divers événements liés à la collaboration et à la coopération entre les deux pays. Ifraimov évoque régulièrement en public l'importance culturelle du lien entre les immigrants en Israël, y compris lui-même, avec leur patrie d’origine, et soutient les initiatives visant à rapprocher Israël et la Russie. Dans une interview accordée aux médias en 2020, il a félicité la Russie et personnellement le président Poutine pour avoir aidé à perpétuer la mémoire de la Shoah.

Informations supplémentaires : Selon certaines estimations, environ 20% de la population actuelle d'Israël est née en Russie. Fait remarquable, Ifraimov est aujourd'hui apparemment le seul homme politique d'origine russe de la Knesset, qui compte 120 sièges, ayant fait son ascension dans la ville de Sdérot, à 50% russophone. Dans la précédente Knesset, le contingent d'origine russe comprenait deux femmes : Ksenia Svetlova, une Moscovite de 42 ans, professeur d'études arabes et fille d'un célèbre historien de l'art russe, et Sofa Landver, une émigrée soviétique de Leningrad [maintenant Saint-Pétersbourg], qui a réalisé une longue carrière politique en tant que ministre israélienne de l’Immigration. Globalement, les immigrants nés en Russie sont sous-représentés dans la politique israélienne par rapport à leur part dans la population du pays.

Dans cet autre article, nous vous expliquons pourquoi les Russes sont si bizarres.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies