Trafic routier: Moscou élue reine d’Europe des embouteillages

Embouteillages sur les berges de la Moskova, au pied du Kremlin de Moscou

Embouteillages sur les berges de la Moskova, au pied du Kremlin de Moscou

Vladimir Pesnia/Sputnik

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Il semble que, malgré les dernières améliorations apportées au réseau routier de Moscou, la ville accuse toujours un retard par rapport aux autres capitales européennes en termes d’embouteillages. C'est du moins ce qu'affirme le dernier indice du trafic de TomTom (Tom2), une multinationale technologique néerlandaise fournissant des informations et des services de trafic en temps réel.

Elle a en effet analysé la situation de la circulation dans 416 villes de 57 pays en se basant sur les données qu'elle reçoit des 600 millions de conducteurs utilisant la technologie TomTom dans leurs appareils de navigation, leurs tableaux de bord et leurs smartphones à travers le monde entier.

Selon l'indice 2019, la région de Moscou (en tant qu'entité fédérale, dont la ville de Moscou en elle-même ne fait pas partie, même si elle y influence grandement le trafic) se classe au pire rang d’Europe avec un niveau d’embouteillage de 59 %, ce qui signifie qu'un trajet en ville prend 59 % plus de temps qu'il n'en prendrait en conditions normales. Comme l'indique l'étude, les conducteurs de la région ont ainsi perdu en moyenne 225 heures (9 jours et 9 heures) aux heures de pointe sur l’année 2019.

Les proches « concurrents » de Moscou pour ce titre pas si prestigieux sont Istanbul (Turquie, 55 %), Kiev (Ukraine, 53 %), Bucarest (Roumanie, 52 %) mais aussi Saint-Pétersbourg, la capitale culturelle de la Russie (49 %). 

Heureusement, Moscou n'est pas aussi mal classée au niveau mondial. Bangalore (Inde) et Manille (Philippines) se sont partagé la première place cette année, les conducteurs y ayant en moyenne passé 71% de temps supplémentaire dans les embouteillages. Ces deux villes sont suivies de près par Bogota (Colombie, 68 %), Mumbai (Inde, 65 %) et Pune (Inde, 59 %). La région de Moscou est par conséquent sixième au monde, dépassant la ville péruvienne de Lima (57 %) et la capitale indienne New Delhi (56 %).

Parmi les villes les moins embouteillées du monde (avec des taux égaux ou inférieurs à 10%), l'indice cite Abu Dhabi (Émirats arabes unis), Almere (Pays-Bas), Dayton (États-Unis), Syracuse (États-Unis), Akron (États-Unis), Cadix (Espagne) et Greensboro-High Point (États-Unis).

Lire aussi : Comment Moscou tente d’attirer les automobilistes vers les transports en commun

Mikhaïl Kogan, chef du département analytique de l’École des hautes études en sciences économiques de Moscou, pense que l'on peut effectivement se fier à ces résultats. Comme il le dit, TomTom s'est associé à Apple pour fournir des données pour l'application cartographique de ce dernier.

« Selon la stratégie de transport pour le développement de la capitale (russe), en 2010, la capacité du système de transports de Moscou était dépassée de 30% et l'effet des mesures prises depuis lors a été compensé par la poursuite de la motorisation et de la croissance démographique à Moscou », soutient-il.

Au cours de l'année écoulée, Moscou a perdu sa place parmi les cinq premières places mondiales, mais le niveau de ses embouteillages a en réalité augmenté de 3 %, souligne Kogan, ajoutant que, dans le même temps, le développement de l'autopartage, l'élargissement de l'accès aux transports publics et la compression du marché automobile pourraient potentiellement améliorer la situation d'ici à la fin de 2020.

Au cours de la dernière décennie, les Moscovites ont d’ailleurs été témoins d'un certain nombre de changements importants dans la ville, notamment l'introduction de la nouvelle ligne circulaire du métro de Moscou, la modernisation des transports publics et la rénovation des routes et des parkings. La capitale russe a même remporté l'« Oscar du transport » international en 2017.

Dans cet autre article, nous vous expliquons comment bien utiliser les transports en commun de Moscou, pour éviter d’aggraver  cette situation.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies