L’ours, symbole de la Russie: qu’en pensent les Russes?

Toni Pfaffenbauer/Global Look Press
Bête imposante peuplant les étendues russes, l’ours s’est imposé comme l’animal le plus fréquemment associé à la Russie. Mais qu’en pensent les principaux concernés (non, pas les ours, mais les Russes)?

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

65% des Russes considèrent que l’ours est un symbole adéquat pour la Russie, contre 18% qui jugent du contraire, révèle un récent sondage réalisé par la Fondation de l’opinion publique (FOM).

Les adeptes de cet animal totem expliquent leur appréciation avant tout par le fait que ce dernier représente en effet la grandeur et la puissance du pays, mais aussi simplement car il est un être vivant sur le territoire national, ou encore car il s’agit d’une créature paisible, qui peut longtemps supporter, puis répondre en retour.

Ceux qui ne se reconnaissent pas dans cet emblème avancent quant à eux qu’il ne ressemble pas à la Russie de par son caractère agressif, mauvais, prédateur, sauvage et grossier.

>>> Dix symboles de la Russie qui mettent les Russes à bout

Il est en outre intéressant de constater que ce sont les Moscovites qui soutiennent le plus ce symbole (73%), alors qu’ils sont probablement les Russes risquant le moins de croiser le chemin de l’un de ces quadrupèdes. Un avis fortement rejoint également par les hommes (70%) et les résidents du district fédéral de Sibérie (70%).

Cette étude a été conduite le 24 novembre auprès de 1 500 citoyens russes majeurs. La marge d’erreur ne dépasse pas les 3,6%.

Dans cet autre article, nous vous expliquions pourquoi l’aigle bicéphale est également le symbole de la Russie.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies