Cinq conseils pour éviter de se faire des ennemis en Russie

Irina Baranova
Un Américain vivant à Saint-Pétersbourg a demandé aux locaux ce qui les irritait dans le comportement des touristes étrangers. Ils ont ainsi partagé quelques conseils sur la façon d'être poli en Russie.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Le premier point de votre itinéraire lorsque vous visitez un pays, quel qu'il soit, devrait être d'essayer de ne pas importuner les gens qui y vivent.

Quelques mois après mon installation en Russie, une amie américaine m'a rendu visite. Nous sommes allés dans un restaurant, où je venais souvent déjeuner. Une minute après m'être assis, je me suis senti terriblement mal à l'aise. Mon amie bavardait bruyamment encore et encore. Elle parlait de tout ce qui lui traversait l'esprit. La météo, les voitures, la nourriture, sa vie sexuelle, sa famille, son chien, la vie, l'univers, etc. Quand elle a finalement eu envie d’aller aux WC, elle m'a laissé là, dans l’écho de son brouhaha.

Les serveurs, avec qui je m'étais lié d'amitié au fil des mois, me regardaient tous du bar. Un couple à une table plus loin grognait doucement et me jetait des regards furieux. Même de l'autre côté du restaurant, j'ai remarqué que tout le monde était devenu grincheux et silencieux. Avec tous ceux qui me regardaient dans les yeux, j'ai essayé de hausser les épaules et d'avoir l'air coupable, mais le mal était fait. J'étais coupable par association : un Américain odieux.

J'essaie toujours d'éviter ce cliché lorsque je visite des pays. Non pas parce que je devrais être quelqu'un de différent simplement parce que j'habite quelque part, mais parce que, peu importe combien de temps je vis en Russie, je suis un invité. Et quand vous êtes un invité, vous devez respecter vos hôtes. J'ai donc contacté plusieurs Russes pour discuter des habitudes touristiques qui les dérangeaient le plus, et voici ce que j'ai appris :

En intérieur, évitez de parler fort

Et quand vous êtes dehors, évitez de le faire aussi. Si l’on mesurait le son provenant des différents pays à travers le monde, la Russie serait assez paisible. Cela ne veut pas dire qu'il n'y a pas de tapage du tout, mais simplement que les Russes comprennent le temps qu'il faut pour que le son aille de leur bouche aux oreilles de leur interlocuteur et agissent donc en conséquence.

Comme le souligne Ioulia, une ancienne résidente de Moscou : « Les Russes, en général, sont plus tolérants envers les étrangers qu’à l’égard de leurs compatriotes. Par exemple, deux ou trois fois, mes amis et moi avons été réprimandés dans un train pour avoir ri fort, mais si nous avions été des étrangers, les gens l'auraient accepté facilement ».

Gardez toutefois à l'esprit qu'à ce stade, vous êtes toléré, pas poli. Il s'agit là de distinctions importantes dont il faut tenir compte chaque fois que vous êtes à l'étranger.

Lire aussi : Six habitudes étranges des Russes qui désarçonnent les étrangers

Présumer que les gens ne parlent pas anglais

Il s'agit là d'une idée fausse très répandue chez les touristes anglophones. Parler d'obscénités et avoir des conversations bruyantes et grossières en anglais dans des lieux publics n'est pas très sage. Beaucoup de Russes parlent très bien l'anglais et encore plus le comprennent, même s'ils choisissent de ne pas parler.

Cela devient encore plus exaspérant lorsque les touristes commencent à croire que tout le monde dans les magasins ne les comprend pas, comme Maria, gérante d'une librairie pendant la Coupe du Monde de la FIFA, l'a constaté :

« Les clients étrangers répétaient assez souvent leurs demandes alors que j'étais déjà en train de chercher le livre qu’ils voulaient. Et ce, en répétant non pas comme certaines personnes le font quand elles en ont marre d'attendre, mais presque en épelant le titre ».

Lire aussi : Pourquoi les Russes parlent-ils si mal l'anglais?

S'informer sur la politique

Les Américains, en particulier, pourraient en être surpris, mais de nombreux pays ne sont pas aussi obsédés par la politique. J'étais en Russie pendant les élections américaines de 2016, et un autre Américain et moi en parlions longuement pendant que nos amis russes gémissaient : « Pourquoi ne la fermez-vous pas, pourquoi faites-vous de la politique une affaire si personnelle ? ».

Et c'est vrai. C'est ce que nous faisons. Les Américains défendent la politique comme s'ils défendaient leurs meilleurs amis. Tout le monde sur Terre n'est pas comme ça, et en particulier en Russie, où il est impoli de faire la connaissance de quelqu’un et de se lancer aussitôt dans des interrogations du genre : « Alors, que penses-tu de Trump, Poutine, l’Ukraine... », etc.

« Ne discutez pas des situations politiques actuelles », conseille par conséquent Evguenia.

« Toutes les sortes de discussions politiques avec les touristes finissent généralement mal. Souvent parce que les gens ont tendance à blâmer les Russes dans leur ensemble pour beaucoup de choses. Et qui aime vraiment être blâmé pour l'ingérence dans l'élection présidentielle américaine / le Brexit / l’empoisonnement au Royaume-Uni / les scandales de dopage / la brutalité policière / Poutine contre Navalny. Les gens en ont assez. La plupart des Russes n'ont absolument aucun lien avec ces choses à part le fait d'être nés ici. Comme n'importe qui d'un autre pays. C'est comme si on nous blâmait personnellement pour des choses comme les feux de forêt en Sibérie tout en demandant à quelqu'un d'allumer sa cigarette », note Ioulia G..

Daria, de son côté, trouve ennuyeux d'être interrogée sur la politique depuis qu'on lui a posé la question : « Pourquoi avez-vous attaqué l'Ukraine ? » ou quelque chose comme : « Que penses-tu de Poutine ? ».

En général, ce qui irrite les Russes, ce n’est pas tant la politique que les gens qui régurgitent les demi-vérités des médias occidentaux critiquant fortement la Russie sans jamais donner toute l'histoire.

Alexander de Saint-Pétersbourg trouve inapproprié de critiquer les Russes, surtout quand on est un étranger. « Même certains des Russes les plus progressistes sur le plan politique ont leur identité russe au fond d'eux, et cela peut les mettre en colère lorsqu’on les compare aux éléments critiqués».

Lire aussi : De quoi les Russes se moquent-ils?

Attention à l'espace personnel

Je n'ai jamais vu d'adolescents russes dans la rue avec une pancarte arborant le message : « Câlins gratuits ». Cela ne veut pas dire que les câlins sont mal vus, c'est juste que lorsqu'il s'agit d’inconnus, l'espace personnel est essentiel. Au-delà de la poignée de main (conseil : enlevez votre gant pour vous serrer la main), les Russes apprécient leur espace. Par exemple, si vous faites partie de ces gens à aimer les accolades, même avec les individus tout juste rencontrés, abstenez-vous.

De plus, la bise est également à proscrire.

« Parfois, les étrangers pensent que les Russes s'embrassent sur la joue quand ils se rencontrent, et essaient de les embrasser quand ils les voient pour la première fois. Mais je ne dirais pas que ces situations sont ennuyeuses. Elles sont tout à fait compréhensibles (ce qui ne rend pour autant pas la fuite d'une bise moins gênante) », témoigne Daria.

« Je ne peux penser qu'à l'espace personnel. Les Russes n'aiment pas être touchés par des inconnus. Je veux dire, les poignées de main sont nécessaires, mais d'autres contacts seront gênants », ajoute Sonia.

Lire aussi : Pourquoi les Russes ne sourient-ils pas?

Gare à l'hypocrisie

Dans certaines cultures, le manque de sincérité est une norme acceptée de socialisation. De manière générale, en Russie, ce n'est pas le cas. Sourire ouvertement et maladroitement aux gens quand c'est injustifié n'est pas un signe d'appréciation et peut être plutôt vu comme condescendant et agressif.

« Ne souriez pas aux inconnus. Cela peut être considéré comme un comportement agressif », avertit en effet Evguenia.

Beaucoup de Russes s'énerveront rapidement si vous êtes malhonnêtes et, pire, si vous traitez leur franchise comme une attaque personnelle. Surtout en ce qui concerne les questions sociales, les Russes vous donneront souvent leur point de vue honnête, en supposant qu'il s'agit d'un dialogue, là où les Américains essaieront de se montrer d’accord avec vous et de passer à autre chose pour éviter d’avoir à payer pour des propos susceptibles de vous offenser.

Si vous vous vexez facilement, n'allez pas en Russie. C'est d’ailleurs ainsi que les Russes obtiennent une mauvaise réputation dans les milieux libéraux. Beaucoup de Russes sont très favorables à une variété d'idéologies et ne se rejettent pas immédiatement les uns les autres à cause de cela. Ils aiment discuter honnêtement, absorber des informations sur les choses et n'ont pas peur d'admettre qu'ils ne comprennent pas quelque chose. Si vous vous offusquez, c'est donc de votre faute.

Ce ne sont là que des conseils et suggestions. En fin de compte, la Russie est très accueillante et tolérante à l'égard du comportement des étrangers. Tant que vous êtes poli et gentil avec les gens que vous rencontrez, vous pouvez toujours enfreindre toutes ces règles et tout de même passer un bon moment.

Dans cet autre article, ce même Américain vous relate trois conversations surréalistes, mais symptomatiques, avec sa petite copine russe.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies