Moscou est-elle une ville sûre pour les touristes?

Sergey Kiselev/Moskva Agency
Peut-on se promener la nuit dans les rues de la capitale et faut-il craindre les escrocs?

Moscou est une énorme mégapole de 12 millions d’habitants. C’est autant que le nombre de personnes qui s’y rendent tous les jours des régions environnantes pour travailler. Et bien que de manière générale cette ville ne présente pas de danger particuliers ni pour les habitants, ni pour les touristes, il vaut mieux prendre quelques mesures de précaution, comme partout ailleurs. Dans le présent article, nous vous racontons comment ne pas gâcher votre séjour dans la capitale du plus grand pays au monde (et quels quartiers il vaut mieux éviter).

Le centre-ville est-il sûr ?

« J’étais étonné de voir des gens se servir de leurs ordinateurs portables le soir dans les parcs, se souvient Nicholas Font, un Argentin qui a visité Moscou en mai. Certes, je faisais attention à mes affaires, mais je n’avais pas peur pour mon sac au centre-ville ».

Le centre de Moscou (qui est d’ailleurs très grand) est en effet très confortable et sûr pour les promeneurs : vous y trouverez des trottoirs très vastes, une circulation ordonnée et des agents de police touristique (qui parlent anglais) ou ordinaire. Certes, personne ne peut jamais être assuré à 100% de ne pas tomber sur des voleurs, et nous vous conseillons donc de faire tout de même attention à vos papiers et à votre argent. Les principaux pôles d’attraction pour les touristes sont la place Rouge et les rues Arbat et Nikolskaïa et c’est justement là qu’il convient de faire preuve de prudence.  

>>> Comment vous faire expulser de Russie? (au cas où cela vous viendrait à l'esprit)

N’oubliez pas qu’à Moscou, la police peut vous demander de fournir une pièce d’identité, mais pas de panique : il faut juste présenter votre passeport avec le visa et l’enregistrement au lieu de résidence. « On m’a demandé de montrer mon passeport et mon visa à trois reprises - une fois à Saint-Pétersbourg et deux fois à Moscou, raconte notre lecteur Ghazali Khan de Dubaï. En Russie, la police est polie et professionnelle. Même si la plupart de ses représentants ne parlent pas anglais, le message passe avec les gestes ».

Peut-on se promener la nuit ?

Connaissez-vous l’expression « Moscou ne dort jamais » ? C’est la pure vérité. Le centre reste animé 24h/24 et même en périphérie vous croiserez sans doute des passants même au beau milieu de la nuit. Quant au vendredi soir, ils seront probablement beaucoup plus nombreux qu’en journée. Certes, en hiver, par -20°C, les rues nocturnes seront moins vivantes qu’en été, mais le seul moment de l’année où vous risquez de vous retrouver dans une ville déserte et le matin du 1er janvier.

D’ailleurs, selon le récent classement des grandes villes les plus sûres, établi par le magazine The Economist, Moscou figure au 37e rang (Tokyo, Singapour et Osaka dominent le palmarès).

Peut-on aller en périphérie ?

À vrai dire, c’est au centre-ville que la police recense le plus grand nombre de délits - ainsi, dans l’arrondissement Presnenski (qui s’étend entre la rue Arbat et Moscow-City), 2 846 crimes - principalement des vols - ont été enregistrés en 2018.

Or, selon les données du parquet, au cours de l’année passée, ce nombre a baissé de 20%.

>>> Caméras et collecte de données: comment les Moscovites sont-ils épiés et à quelles fins?

Quant aux quartiers périphériques, les forces de l’ordre les considèrent comme sûrs, seuls les quartiers de Marino et Perovo faisant exception. Donc si vous avez envie de voir comment vivent les Moscovites, prenez le métro et rendez-vous par exemple à Vladykino. Il est cependant conseillé de bien préparer votre itinéraire à l’avance, car vous aurez du mal à vous faire comprendre en parlant anglais.

Quid des transports en commun et taxi ?

En 2018, alors que la Russie accueillait la Coupe du monde, plusieurs médias ont écrit que des chauffeurs malhonnêtes demandaient des sommes absolument exorbitantes aux touristes pour les emmener en ville depuis les aéroports. Pour éviter ce genre de mauvaises surprises, il vaut mieux installer les applications Uber ou Yandex.Taxi sur votre smartphone. Le prix du trajet est fixe et s’affichera au moment de la commande. Si vous voulez à tout prix laisser des pourboires, vous pouvez le faire en ligne à l’aide de ces mêmes applications. Pour info : le trajet depuis l’aéroport vous coûtera 25 euros environ (sauf si vous optez pour une voiture de classe luxe).

Les trajets en ville ne présentent aucun inconvénient - le métro de Moscou est l’un des plus sûrs au monde et ses rames sont neuves et belles. Partout sont installées des caméras de vidéosurveillance et la police est présente dans toutes les stations. Le Mexicain Gabriel Infante Carrillo raconte que les employés du métro lui ont demandé de scanner son sac à dos, mais, qu’ils étaient extrêmement gentils. « Cela ne m’a pas surpris, je savais déjà que cela (le contrôle, ndlr) pouvait arriver pour des raisons de sécurité », explique-t-il.

>>> Dix choses qu'un étranger ne devrait jamais faire en Russie

À la surface, les transports en commun roulent principalement sur des voies spéciales et les arrêts sont équipés de prises où vous pourrez charger votre tablette ou vous connecter au réseau Wi-Fi.

Une jeune femme peut-elle voyager seule ?

À Moscou, personne n’accoste les jeunes femmes dans les rues, ne les harcèle et ne siffle en les voyant, d’autant plus s’il s’agit d’une touriste. Les hommes ici se comportent de manière très réservée et même si la jeune femme leur plaît VRAIMENT un refus poli suffit en général pour qu’ils abandonnent toute velléité de faire connaissance. Ainsi, Moscou n’est pas dangereuse pour les touristes solitaires.

Dans cette autre publication, nous vous expliquons ce qu'il faut faire si vous êtes arrêté par la police en Russie.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies