Diamètre central, ce «nouveau métro» voué à améliorer la circulation entre Moscou et ses banlieues

Vladimir Gerdo/TASS
Un nouveau type de transports en commun a relié la semaine dernière la capitale russe à certaines de ses banlieues – il s’agit du Diamètre central de Moscou, également appelé «métro terrestre». Dans le présent article, nous vous expliquons en quoi il diffère des trains de banlieue ordinaires et comment s’en servir.

Russia Beyond désormais sur Telegram! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Les deux premières des cinq lignes du Diamètre centrale de Moscou ont été mises en service le 21 novembre : la ligne MTsD1 relie Odintsovo (Ouest) à Lobnia (Nord) et le MTsD2 – Podolsk (Sud) à Nakhabno (Ouest). Les agglomérations en question se trouvent en effet à 20-30 km de Moscou et des centaines de milliers de leurs habitants affluent quotidiennement dans la capitale, où ils étudient, travaillent, etc. Les deux lignes passent par le centre de Moscou en effectuant des arrêts aussi bien en dehors de Moscou qu’à l’intérieur de son périmètre, ce qui permet aux passagers d’emprunter le métro, dont les stations sont situées à portée de main, ou le MTsK – cette ligne circulaire de chemin de fer. Au total, les deux lignes possèdent 27 stations de correspondance. L’apparition de ce nouveau moyen de transport doit ainsi permettre aux habitants des banlieues de rejoindre plus rapidement et avec plus de confort les gares et le métro.

>>> Comment les Moscovites se rendent-ils au travail?

Pourquoi a-t-on besoin du MTsD ?

Les Diamètres centraux compléteront le système des trains de banlieue, absorbant une partie des passagers de ces derniers. Leurs trains circulent avec 5-10 minutes d’intervalle, et ce, de 5h30 à 1h00. Qui plus est, ces trains traversent la ville, reliant une banlieue à une autre.

Par exemple, par le passé, Podolsk n’était relié à Nakhabino que par 20 trajets de trains de banlieue par jour, circulant principalement le matin tôt et le soir. Donc pour se rendre d’une banlieue à l’autre en pleine journée, le passager devait mettre une heure pour regagner la gare de Koursk, puis descendre dans le métro, faire une station, sortir, rejoindre à pied la gare de Leningrad et ce n’est que là-bas qu’il pouvait prendre un autre train de banlieue lui permettant d’atteindre sa destination. Compte tenu des temps d’attente et des minutes perdues dans le métro, ce trajet pouvait durer près de 4h00, alors que grâce au MTsD il ne prendra que 2 heures – plus d’attente, ni de changement de trains.

Outre les gares, le lancement du MTsD devrait permettre d’absorber une partie du trafic routier aux entrées et aux sorties de la ville.

À propos ! En raison du lancement du MTsD1 ont changé les horaires de l’Aéroexpress, ce train reliant la gare de Biélorussie à l’aéroport Cheremetièvo. Désormais le trajet ne prendra plus 35 minutes, mais 50. D’ailleurs, désormais le dernier arrêt n’est plus la gare, mais la ville d’Odintsovo et plusieurs arrêts sont prévus, notamment au quartier d’affaires Moscow-City.

>>> En images: сomment le métro de Moscou a changé au fil du temps

Trains équipés d’Internet et de prises

La fierté du MTsD sont les nouveaux wagons assemblés dans la ville de Tver. Conformément à la tradition de donner aux trains russes des noms d’oiseaux – Sapsan (faucon pèlerin), Lastotchka (hirondelle) – ce nouveau train est appelé Ivolga (loriot).

Ses rames sont dotées de toilettes, de lieux réservés aux bagages, poussettes et bicyclettes, mais aussi de prises USB équipant chaque siège et du Wi-Fi gratuit.

Pour le moment, 39 trains de ce type parcourent la capitale. Chacun d’entre eux est capable d’accueillir jusqu’à un millier de passagers.

Correspondance gratuite

Avant le lancement du MTsD, les passagers devaient acheter un billet de train pour rejoindre les gares de la capitale (le prix variait en fonction de la distance), puis payer le métro (entre 0,50 et 0,75 euro).

Or, le MTsD a introduit de nouveaux tarifs qui ont rendu le trajet non seulement moins cher, mais aussi plus pratique. En effet, plus besoin d’acheter deux billets – la carte « Troïka » utilisée pour le métro fonctionne également sur le MTsD. Deux tarifs existent : 38 roubles (0,5 euro) pour la ville et 45 roubles (0,70 euro) pour la banlieue. Si vous devez aller au-delà du MTsD, 23 roubles supplémentaires seront prélevés lors du changement de train. La correspondance est gratuite pendant 90 minutes quel que soit le tarif.

>>> Comment Moscou tente d’attirer les automobilistes vers les transports en commun

Attention, en sortant vous devez également valider votre carte faute de quoi elle sera bloquée et le déblocage vous coûtera 150 roubles (2 euros environ).

Outre la carte en question, vous pouvez payer votre trajet avec Apple Pay, Google Pay, Samsung Pay, Mastercard PayPass et Visa PayPass.

Pour les passagers ne souhaitant pas prendre le métro, l’ancien tarif reste fonctionnel.

Quid des autres diamètres ?

D’ici 2025 il est prévu d’en lancer encore trois : le MTsD3 reliera Ramenskoïe (Sud-Est) à Zelenograd (Nord-Ouest), le MTsD4 reliera la ville de Jeleznodorojny (Est) à Aprelevka (Sud-Ouest) et le MTsD5 Domodedovo (Sud) et Pouchkino (Nord-Est). Le flux de passagers des deux premiers diamètres est évalué à 900 000 personnes par jour. Une fois finalisé, le projet devrait desservir 330 millions de personnes par an.

En suivant ce lien, retrouvez notre guide de survie des transports en commun moscovites.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies