Les services ambulanciers de Moscou deuxièmes plus efficaces des mégalopoles mondiales selon PwC

Konstantin Kokochkine/Global Look Press
Un résultat notamment dû à leur temps de réaction exemplaire.

En cas de pépin dans la capitale russe, vous serez sûrement rassuré de savoir que les services ambulanciers de la ville ont été placés par les analystes de PricewaterhouseCoopers (PwC) sur la deuxième marche parmi les principales mégalopoles mondiales en termes d’efficacité, apprend-on sur le site de la compagnie.

En effet, à cet égard, Moscou se classe juste derrière Berlin et devant New-York, suivie ensuite par Paris et Singapour. Elle apparaît même au premier rang pour différents critères, tels que le temps de réponse moyen des opérateurs (4 secondes), de l’intervalle entre l’appel et le départ de l’ambulance (2 minutes 30 secondes) et d’attente avant l’arrivée des secours (14 minutes 34 secondes, mais 9 minutes 24 secondes en cas d’urgence).

Les services moscovites occupent ensuite la deuxième place pour le nombre de brigades pour 100 000 habitants (28,2), le temps d’enregistrement des appels (1 minute 42 secondes) et le taux de satisfaction (95%, derrière Paris avec 96%). Enfin, ils décrochent la médaille de bronze en ce qui concerne l’équipement à leur disposition.

Au total, la principale cité de Russie compte 1 040 brigades ambulancières, mobilisant quelque 11 427 employés. Il est par ailleurs intéressant de souligner que les équipes d’opérateurs comprennent systématiquement des membres anglophones et reçoivent, au quotidien, une moyenne de 15 000 appels.

À noter pour que établir ce classement les experts ont pris en compte les données remises par 15 villes majeures du globe, à savoir Moscou, Paris, Shanghai, Delhi, Mexico, Londres, Berlin, Singapour, Séoul, San-Paulo, Rome, Hong-Kong, Tokyo, New York et Johannesburg.

En suivant ce lien, retrouver notre guide des pharmacies de Russie pour savoir que faire en cas de maladie dans le pays.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies