Dix raisons faisant de cet hôpital moscovite le meilleur de Russie

Hôpital clinique principal militaire Bourdenko
Portant le nom de Bourdenko, aujourd’hui le meilleur hôpital militaire de Russie ne soigne pas que les hommes aux épaulettes, mais aussi des civils. Au cours de ses plus de trois siècles d’histoire, cet établissement médical a pris en charge plus de quatre millions de patients.

Le plus ancien centre médical du pays, l’hôpital clinique principal militaire Bourdenko, a été fondé dans l’actuelle capitale russe en 1706. À l’époque, il était connu comme l’« hôpital de Moscou », tout simplement.

Il a été ouvert par le Hollandais Nicolas Bidloo, médecin personnel du tsar Pierre le Grand à qui l’on doit également la première école de médecine du pays.

Cet établissement a en effet été fondé à moment opportun : la Russie menait une guerre épuisante contre la Suède (Grande guerre du Nord, 1700-1721) et les médecins recevaient un flot incessant de blessés. Depuis l’ouverture de cet hôpital, son personnel a participé à toutes les guerres dans lesquelles la Russie a été engagée.

L’hôpital a survécu à la prise de Moscou par les Français et à l’incendie dévastateur de 1812. En l’évoquant dans ses mémoires, le chirurgien militaire Dominique-Jean Larrey, qui a suivi Napoléon lors de ses campagnes, l’a d’ailleurs décrit comme le meilleur hôpital qu’il ait visité.

Au cours de son histoire, l’établissement a changé de nom une dizaine de fois. En 1946, il a pris celui du médecin Nikolaï Bourdenko, fondateur de la neurochirurgie russe.

L’hôpital Bourdenko s’avère précurseur dans la médecine du pays : y a été inaugurée la première école paramédicale de Russie, la première salle de chirurgie et c’est bien entre ses murs qu’a vu le jour le premier service cardiologique russe.

Il possède aujourd’hui un laboratoire chirurgical unique installé à bord d’un avion Il-76. L’appareil en question se rend dans les zones de conflit pour fournir une assistance médicale urgente et peut, si nécessaire, évacuer à son bord jusqu'à 45 blessés.

En 1992, une unité médicale à vocation spéciale a été créée au sein de cet hôpital. Elle accompagne l'armée russe dans les zones les plus dangereuses et lors des missions de maintien de paix.

Aujourd’hui, l’hôpital Bourdenko traite non seulement les militaires, mais aussi les civils. Quelque 22 000 patients sont ainsi admis chaque année par 3 500 médecins, dans les 130 centres et laboratoires de diagnostic de cet établissement.

Bien évidemment, cette institution a son propre musée, où les visiteurs peuvent se familiariser avec son histoire et apprendre comment la médecine s’est développée en Russie.

Dans cette autre galerie photo, nous vous présentons un hôpital moscovite n’ayant pas eu un destin aussi glorieux : le terrifiant hôpital abandonné de Khovrino.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies