Un diamant-matriochka découvert en Russie, une première au monde

Service de presse

Au sein de l’un des gisements de Iakoutie, en Sibérie, des employés de la compagnie diamantifère Alrosa ont extrait une pierre unique au monde. En effet, à l’instar des célèbres poupées gigognes russes, ce diamant creux comporte en son cœur un second diamant à part entière, et donc mobile, apprend-on sur le site de l’entreprise.

« À notre connaissance, de tels diamants n’ont encore jamais été rencontrés dans l’histoire de l’extraction diamantifère mondiale. C’est effectivement une œuvre unique de la nature, d’autant plus que cette dernière n’aime habituellement pas le vide », déclare Oleg Kovaltchouk, directeur adjoint d’Alrosa en charge des travaux d’innovation, précisant qu’habituellement ces vides sont systématiquement comblés par d’autres minéraux.

Selon les experts de la compagnie, le diamant interne se serait en réalité formé en premier, l’extérieur étant apparu autour par la suite. La raison de cette étrange structure reste cependant obscure.

>>> Comment des métallurgistes de l'Oural transforment de la boue en or

 « Le plus intéressant pour nous a été d’essayer de comprendre comment l'espace d’air entre les diamants intérieur et extérieur s'est formé. Il y a deux hypothèses principales : selon la première version, dans le processus de croissance, un diamant a été capturé par un minerai du manteau, qui a ensuite été dissous dans les conditions de la surface terrestre. Selon la deuxième version, en raison d'une croissance ultrarapide à l'intérieur du diamant, une couche de substance poreuse polycristalline de diamant s’est formée, et a ensuite été dissoute par des processus plus agressifs du manteau terrestre », avance Kovaltchouk.

De taille toutefois modeste, la pierre « extérieure » pèse 0,62 carats, pour des dimensions de 4,8×4,9×2,8mm, tandis que celle se trouvant à l’intérieur afficherait un poids estimé à 0,02 carat pour  une taille de 1,9×2,1×0,6mm. Si les spécialistes ont pu estimer l’âge de cette pierre à environ 800 millions d’années, son prix éventuel et son sort avenir n’ont pas été communiqués.

Dans cet autre article, nous évoquons cinq légendaires trésors qui seraient cachés quelque part en Russie.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies