Culte de la virilité: qui est «l’homme du Caucase»?

Un cours de lutte à Vladikavkaz, la capitale de l’Ossétie.

Un cours de lutte à Vladikavkaz, la capitale de l’Ossétie.

Fedor Telkov
L’archétype de l’homme idéal vu par le peuple ossète
Zaurbek Maliti, 26 ans, enseignant : Comment doit être un homme ? « Il doit être courageux, bien sûr, et être un homme de parole. Quand on dit qu’on fera quelque chose, on doit le faire. L’honneur est la chose la plus importante pour un homme. Le reste est secondaire ».
La nation ossète a connu des moments difficiles, où sa singularité et sa survie même étaient menacées. Les dures épreuves de la vie ont formé le caractère ossète – un homme ossète est fier et se bat pour la liberté. L’esprit national insiste sur la suprématie du combattant ancien – courageux, fort, libre. Chaque homme et garçon ossète veut correspondre à cette image. La première chose qui saute aux yeux en Ossétie est le physique parfait des hommes locaux. Chaque jeune homme pratique des sports de combat, la lutte libre étant le plus célèbre.
L’Ossétie nourrit le culte de la virilité. Il est ancré dans l’héritage culturel et ethnique de la région. Ici, il a toujours été très important d’être un combattant et un héros, ce qui explique pourquoi l’Ossétie compte davantage de Héros de l’Union soviétique et de la Russie que tout autre région du pays. Cependant, ce culte a un revers : l’intolérance à l’égard de tous ceux qui ne répondent pas à ce stéréotype. L’un des participants à ce projet photographique a indiqué avoir été harcelé parce qu’il portait des chaussures de couleur.
Les Ossètes descendent des nomades iranophones, les Scythes et les Sarmates. Dans les écrits historiques du 2e siècle de notre ère, ces tribus étaient connues pour leur puissance militaire et politique.
Alikhan Ktsoïev, 13 ans, élève : « Un homme doit être athlétique et avoir un caractère fort ».
Soslan Alborov, 26 ans, boxeur : « Un homme doit être juste, honnête et digne. Être un homme signifie être fort et capable de protéger ses proches ».
Le principal saint dans la religion locale, Ouastrydji, est le patron des hommes et des voyageurs et l’ennemi des criminels et des voleurs. L’image du saint sur un cheval blanc est omniprésente : (sur la photo : Ouastrydji sculpté dans une falaise).
Alan Khougaïev, 26 ans, spécialiste des arts martiaux : « Un homme doit être combattif et avoir un caractère fort et des principes. Il doit vivre une vie digne ».
Khetik Tsabolov, 26 ans, spécialiste des arts martiaux. « Un homme doit être intrépide. Il ne doit pas mentir, doit tenir sa parole et comprendre qui il est. Il doit protéger sa famille et soi-même ».
Vladimir Toulaïev, 16 ans, étudiant. «Un homme doit être courageux, intrépide, bien développé et intelligent».
César Tibilov, 35 ans, entraîneur respecté de la Russie.  « Un homme doit agir comme un homme, il doit être courageux, audacieux et gentil. Il doit aimer sa famille et son travail. Un homme aide les autres à se tenir sur leurs pieds. Il doit respecter les anciens et les jeunes. Il doit être aimable, très aimable ».