Pourquoi des femmes russes tombent-elles amoureuses de prisonniers?

Jannoon028/Freepik, Aleksandr Schemlyaev/Global Look Press
Par choix ou par hasard, elles ont trouvé l’amour entre les murs d’un centre pénitentiaire. Une expérience qui ne s’est pas toujours bien terminée.

Une blonde de 22 ans entre dans une petite pièce ressemblant à un local technique. La fille enlève sa doudoune et frissonne – on est en décembre et elle ne porte qu’une robe blanche moulante découvrant les épaules. Et il n’y a pas de chauffage ici.

« Eh bien, où est votre fiancé, allez, plus vite ! », maugrée l'employé du bureau d’état-civil. La mariée ne lui prête aucune attention, et serre dans sa main les bagues en or toutes simples qu'elle a achetées avec son propre argent.

Lorsqu'un officier du service pénitentiaire fait entrer un grand blond et lui enlève ses menottes, elle reste sans voix. Pour la première fois, la jeune femme voit son fiancé non pas en uniforme de prison, mais en costume noir et cravate.

>>> Les femmes russes peuvent-elles pardonner une infidélité?

Le mariage de la jeune employée d'une maison d'édition et d'un voleur, condamné à plusieurs années de prison, a lieu dans un local technique de la colonie pénitentiaire de Voronej (à 250 km de Moscou), isolée du monde extérieur par des barbelés. Ils sont seuls, aucun membre de leur famille n’ayant fait le déplacement.

« Je me fichais que ce soit une prison ou que ma mère ne soit pas là. Je l'aimais et tout cela me semblait sans importance. Nous étions heureux comme des imbéciles », se souvient Anastasia.

Vladimir, son nouveau mari, a eu une permission pour la rencontrer trois jours plus tard. Ils ont passé leur nuit de noces dans une chambre aux murs nus, avec un vieux lit qui grinçait et une cuisine attenante (c’est ainsi que se présentent les chambres destinées aux « rendez-vous prolongés » dans les colonies pénitentiaires russes).

« Heureuse » coïncidence

Vladimir et Anastasia ont été unis soit par destin, d’autres diront par le hasard. Le jeune homme de 19 ans a appelé un ami (il avait un accès au téléphone après avoir versé un pot-de-vin à l'administration pénitentiaire), mais a composé un faux numéro et a entendu une agréable voix féminine.

« Son baryton m’a plu, alors je n’ai pas raccroché. Je me souviens que nous avons parlé la moitié de la nuit », raconte Anastasia.

>>> Le «vrai homme» vu par la femme russe

Le fait qu'il soit emprisonné n'a pas dérangé la jeune femme. De plus, il ne l'a pas caché et a immédiatement évoqué sa situation : il affirmait avoir été trompé par son meilleur ami, également accusé de vol. En plus il est jeune, et tout le monde peut se tromper, a alors pensé Anastasia.

Une chambre destinée aux « rendez-vous prolongés »

Un mois après le premier appel, Anastasia est venue de Moscou dans la colonie de Voronej pour une brève rencontre. À travers la vitre, elle a vu le jeune homme et réalisé qu'elle ne s'était pas trompée : ce n’était pas la première fois qu’elle succombait au charme d’un grand blond aux yeux bleus.

« Peu après, tout mon appartement était jonché de lettres. Il écrivait à quel point il m'aimait et avait hâte de me voir. Il envoyait de belles cartes postales et a même peint mes portraits. Cela me semblait alors le summum du romantisme », se souvient Anastasia.

Il n'a jamais rien demandé d’envoyer en retour, mais Anastasia envoyait tout de même à son Don Juan du fromage, des saucisses, du thé et des cigarettes coûteux.

Un an plus tard, le couple a organisé son mariage et, un an et demi après sa libération, ils se rendaient ensemble à Moscou pour entamer une nouvelle vie.

>>> 316 euros par personne: tomber en esclavage aujourd’hui en Russie

Un amour d'été

Dans le jargon de la prison, les femmes telles qu’Anastasia sont appelées « favorites » et « patientes ». Mais il existe un autre type de femmes, appelées « par contumace ». Si Anastasia a rencontré son mari par accident, les femmes « par contumace »  recherchent délibérément des hommes emprisonnés sur Internet. Pour ce faire, il existe au moins dix communautés sur le populaire réseau social russe VKontakte où les prisonniers postent des annonces pour trouver une compagne. Natalia, une étudiante de 19 ans de l'Institut pédagogique, a répondu à l'une de ces annonces.

« J'ai toujours été attirée par les hommes plus âgés que moi. Et l’uniforme de prison m’a toujours semblé sexy. Peut-être parce que mon père a fait de la prison lui aussi, je ne sais pas », explique Natalia.

Son amant de 45 ans dénonçait souvent d'autres prisonniers à l'administration pénitentiaire. En retour, il était parfois autorisé à sortir de la colonie. Leur première rencontre s'est terminée par une relation sexuelle dans une grange abandonnée près de la prison.

Natalia ne lui apportait pas de colis, et parfois il offrait lui-même à la jeune fille de la glace et des cigarettes, tout en racontant la vie entre quatre murs. Il n'aimait pas parler de ses crimes, et ne supportait aucune diversité sexuelle. Selon elle, il était plutôt autoritaire au lit, mais elle aimait ça.

Leur relation a duré un été. À la fin de l'été, elle a reçu un SMS d'un numéro inconnu indiquant qu'il avait été libéré, ce qui lui semblait étrange : il lui avait affirmé avoir été condamné à une peine d'au moins cinq ans, mais n’en avait purgé que deux ou trois. Le message indiquait également une adresse où elle devait se rendre. C’était un vieil appartement d’une pièce dans un immeuble de cinq étages.

>>> Dix photos obsédantes de Kresty, la prison abandonnée de Saint-Pétersbourg

« Au lieu de lui, c’est un autre homme qui m'attendait. Il s'est avéré que la femme de mon amoureux l’attendait à sa libération et que lorsqu'il est parti, il a laissé mon numéro à l'un de ses compagnons de cellule. J’avais très peur, mais après des explications, il m'a laissée partir. C’est bien qu’il y ait eu une seule personne, pas dix », se souvient Natalia.

Depuis lors, elle ne fait plus confiance aux prisonniers et a cessé de fréquenter des communautés internet de ce genre - selon elle, ils n'ont besoin que de sexe, et ne sont pas capables d'amour et de développement personnel.

« Cela dit, il ne faut pas en attendre trop des hommes en général, ils sont tous les mêmes », ajoute-t-elle.

Pitié et illusion de protection

Le psychologue Sergueï Simakov explique que beaucoup de femmes sont enclines à faire preuve de compassion.

« Les prisonniers suscitent rarement de la compassion et les femmes assument ce rôle. Elles pensent qu’il a peut-être été condamné par erreur ou a endossé seule toute la responsabilité pour protéger ses camarades. Elles estiment alors que c’est une personne bonne, qui doit être soutenue et entendue », explique le psychologue.

Cependant, certaines femmes apprécient un mélange de force, de volonté, d’autorité et de contrainte chez le « sexe fort ».

>>> Un tatouage pour aider les femmes battues à effacer leur passé

« Dans l’imaginaire féminin, l'image du vrai homme est toujours liée à l'agression et à la violence. De tels hommes créent une illusion de protection, mais en réalité, il n'en est rien », déclare Simakov.

Cercle vicieux

La nouvelle vie d’Anastasia et Vladimir ne s’est pas bien terminée.

« Il a promis de trouver du travail, mais presque personne n’en donne aux prisonniers. Peu après, il a de nouveau contacté un ami qui l’a arnaqué et il a recommencé à voler. Il vivait à mes crochets », soupire Anastasia. Elle-même a reçu un diplôme de droit à ce moment-là. Un an plus tard, après un nouveau larcin, Vladimir a été envoyé en prison pour y purger une peine de deux ans.

Très amoureuse, Anastasia l’a à nouveau attendu. Mais dès qu'il a été libéré et a recommencé à voler, elle a décidé de demander le divorce. Lui n’accordait plus aucune importance à leur relation.

« J'avais déjà eu le temps de travailler comme avocate et j'ai trouvé un emploi d’agent immobilier. Il ne s'est absolument pas développé, il était bloqué dans son cercle vicieux », explique Anastasia.

« Il ne faut pas oublier que le psychisme d’une personne change en prison. Vous pouvez réhabituer le prisonnier à la vie ordinaire, j'ai entendu de telles histoires, mais moi je n'ai pas réussi. Peut-être que quelqu'un d'autre y arrivera… », résume Anastasia.

Elle admet que les relations avec les prisonniers peuvent être constructives et qu'elles ne sont pas différentes de celles entre gens ordinaires. À l’exception du fait qu'ils ont besoin de plus de soins et de soutien, notamment psychologique.

Dans cet autre article, nous vous expliquons pourquoi le sexe le premier soir est plus commun que vous ne le pensez en Russie.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies