Cette usine russe qui fabrique toujours des poupées soviétiques

Alexandr Bormotin
Dans la ville d’Ivanovo se trouve une fabrique de jouets en activité depuis l’Union soviétique...

En URSS, les enfants avaient tous les mêmes jouets : une figurine rondouillette qui ne tombe jamais, une toupie et bien sûr, des poupées. Le choix étant limité à l'époque, garçons et filles avaient les mêmes jeux, et ils étaient tous fabriqués dans la plus ancienne et célèbre usine d’Ivanovo (250 km de Moscou), qui a ouvert ses portes en 1942.

À cette époque, les jouets étaient faits de bois, de sciure pressée et de papier-mâché. L’usine en produisait environ 50 par jour, et chaque poupée était peinte à la main.

Les figurines ressemblaient aux personnages de contes et de dessin-animés, certaines portant les tenues traditionnelles des différents peuples soviétiques. Les jouets étaient vendus dans toute l’union pour 4 à 5 roubles la pièce (environ l’équivalent du prix d’une Barbie de nos jours).

Après la chute de l’URSS, son activité cessa et elle faillit mettre la clé sous la porte. Mais en 2006, sa production reprit : elle réutilisa ses méthodes de travail et de conception habituelles, ainsi que l’équipement soviétique. 

La seule chose qui a changé est le matériel utilisé : les jouets sont désormais faits en plastique hypoallergénique et en polyéthylène.

Les différentes parties des poupées sont tout d’abord moulées. Ensuite, la tête est faite séparément : on fixe les chevfeux, dessine le visage et insère les yeux. C’est seulement après cela qu’elle est rattachée au corps. Les vêtements sont cousus à la main. 

La tête arrachée d’une poupée soviétique a par ailleurs failli devenir un mème et l’égérie d’un film d’horreur.

Ces jouets sont toujours collectionnés par des nostalgiques de l’Union soviétique. Il existe des forums en ligne où des passionnés se les échangent, cherchent des avis d’experts sur la date de production ou tout simplement montrent leurs « trésors ». Les figurines les plus rares sont vendues jusqu’à 203€. 

Une poupée récente de 30 à 55 cm peut être vendue entre 9€ et 36€. La plus chère a une garde-robe complète. Un bon nombre d’entre elles ont des habits contemporains, mais il y en a aussi avec des vêtements traditionnels russes ou d’autres ethnies peuplant l’ex-URSS, ainsi que des robes de Gjel.

Dans cette autre publication, découvrez l'homme qui crée des poupées incroyablement réalistes.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies