Pourquoi les Russes sont-ils accrocs aux graines de tournesol?

Irina Baranova
Croquer ces petites graines est presque une «drogue» nationale, bien qu’elles ne soient pas russes à l’origine et que leur consommation en public ait toujours été mal vue.

Quand un Russe ouvre un paquet de graines de tournesol, il lui est presque impossible d’arrêter d’en manger. Peut-être que vous n'êtes pas un grand fan de ces petites collations ou même que vous méprisez ceux qui en picorent sans arrêt (car faire cela est parfois considéré comme de mauvais ton). Mais une fois que vous avez commencé, vous ne pouvez pas finir tant que toutes les graines n’ont pas disparu, que le sol est jonché de coquilles noires et que vous vous sentez un peu honteux, mais satisfait.

Oubliez la vodka - les graines de tournesol sont le principal plaisir coupable pour nous autres, Russes, que vous soyez un jeune gopnik (« racaille » russe) ou un professeur d’université. Comment sont-ils devenus si populaires et pourquoi est-il impossible d'arrêter de les dévorer ?

Le tournesol à la conquête de la Russie

C'est Pierre le Grand (1682-1725) qui a introduit les tournesols en Russie - comme beaucoup d'autres choses européennes, telles que les vêtements, les coiffures et l'étiquette moderne. À l'origine, le tournesol était cultivé en Amérique, puis les Européens l'ont introduit dans le Vieux Monde. Après l’avoir vu en Hollande, Pierre a supposé qu’une fleur aussi belle aurait fière allure dans les vastes contrées verdoyantes de la Russie.

>>> Six superpouvoirs du gopnik, la racaille de Russie

À l'époque, le tournesol était considéré comme une simple plante décorative, mais au XIXe siècle, la donne a changé. En 1829, un paysan de la région de Voronej (450 km au sud de Moscou) à construit une presse qui produisait de l’huile de graines de tournesol - et le succès a été immédiat. L'huile de tournesol s'est avérée être moins chère que les autres huiles végétales et, à la fin du XIXe siècle, c’était l'huile la plus consommée par les Russes. Mais ces derniers ne se sont pas contentés d’utiliser des graines de tournesol pour faire de l’huile - ils les mangeaient déjà (frites, bien sûr). Et en grande quantité…

Des villages aux villes

Au début, manger des graines de tournesol était considéré comme un passe-temps de classe inférieure - c’était les paysans qui cultivaient le tournesol, après tout. Les nobles les méprisaient comme du bétail ruminant des objets suspects, mais au fur et à mesure que les voies ferrées parcouraient la Russie au début du XXe siècle, de plus en plus d'anciens paysans se sont installés dans les grandes villes, apportant avec eux des graines de tournesol. Et tout cela s’est intensifié pendant les révolutions de 1917.

Après la chute de la monarchie, on pouvait souvent voir des soldats bolcheviques, venus de nulle part, se promener dans les rues de Moscou ou de Saint-Pétersbourg mangeant leurs graines préférées et crachant les coquilles dans tous les sens – mais ils avaient des armes et c’étaient désormais eux qui tenaient les rênes du pays. L'image est devenue omniprésente et exaspérait au plus haut point l'intelligentsia russe de la vieille école.

>>> Pourquoi les Russes applaudissent-ils en avion?

En-cas de mauvais ton?

Par exemple, le célèbre écrivain Mikhaïl Boulgakov a décrit l'obsession de la Russie pour ces graines : « À mon avis, nous arriverons au paradis au moment même où les graines de tournesol disparaîtront de Moscou… Peut-être que je suis juste un dégénéré qui ne comprend pas le grand sens de ce produit national… mais les graines de tournesol ne sont qu'une chose dégoûtante qui menace de nous noyer dans son enveloppe baveuse ».

De telles attitudes ont persisté. Tant pendant la période soviétique que de nos jours, les graines de tournesol sont restées populaires, mais il était et reste toujours tout à fait inapproprié de les manger dans la rue, en recrachant son enveloppe de partout. Rien d'étonnant à cela : les déchets ne sont jamais les bienvenus. Mais rien de mal à profiter d’un paquet de graines à la maison. Ou même dans la rue, si vous recueillez et jetez soigneusement les déchets.

Empire de tournesol

L’amour de la Russie à l’égard des graines de tournesol est prouvé de manière statistique : les chercheurs désignent le pays comme le deuxième producteur mondial, devant l’Ukraine (les deux pays ont hérité de la culture du tournesol de l’Empire russe et de l’URSS). Selon les prévisions du département américain de l'Agriculture, la Russie devrait produire 12,7 millions de tonnes métriques par an en 2018-2019.

>>> Pourquoi les Russes utilisent-ils des parenthèses à la place des smileys?

Mais pourquoi les Russes aiment-ils tant les manger ? Comme l'a expliqué la psychologue Olga Oujve au journal Village : « Tout d'abord, ce processus est monotone, automatique… pour les gens, un tel passe-temps peut contribuer à réduire le stress. Deuxièmement, manger des graines de tournesol est une bonne option car elles sont peu caloriques… Troisièmement, la sociabilité, bien sûr ! Il est plus facile de communiquer avec les gens en les croquant : pas de silences embarrassants, les gens se sentent connectés alors qu’ils sont occupés par une même activité. En regardant toutes ces choses, on comprend pourquoi il est presque impossible d'arrêter d’en manger si vous avez déjà commencé ».

C'est vrai : demandez à n'importe quel Russe…

Les Russes sont-ils si différents des autres nations ? Trouvez la réponse dans cet autre article.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies