Sept animaux sauvages que vous pourriez croiser dans les villes russes

Reuters
Vous vous moquez des personnes qui croient que des ours déambulent dans les rues des villes de Russie ? Mauvaise nouvelle pour vous: ils ont partiellement raison.

Parfois, la nature sauvage cherche à se rapprocher de l’homme et s’invite contre toute attente dans les grandes villes. Dans cet article, nous vous présentons les animaux, parfois dangereux, que vous pouvez croiser dans les zones urbaines de Russie…

Cerfs porte-musc de Sibérie, Ioujno-Sakhalinsk

Le cerf musqué est un animal extrêmement rare, celui de Sibérie étant même inscrit dans le Livre rouge des espèces menacées. Cela n’empêche pourtant pas les habitats de Ioujno-Sakhalinsk, dans l’Extrême-Orient russe, de tomber nez-à-nez sur des spécimens de cette espèce au beau milieu de la ville. Dans cette vidéo, on peut voir un cerf musqué apparemment égaré qui rôde dans une cour en quête de nourriture.  

La nuit, les conducteurs doivent être extrêmement prudents pour ne pas écraser les animaux surgissant brusquement sur la route.

Ratons laveurs, Sotchi

Mais que font dans le Caucase russe ces animaux originaires d’Amérique, demanderez-vous ? Ils ont été implantés ici pendant les années 1920 pour diversifier la faune locale. Aujourd’hui, il n’est pas rare qu’ils s’introduisent dans les maisons et fouillent dans les poubelles.

Les habitants n’ont pas peur des ratons laveurs, ces animaux si mignons. Qui plus est, si ces derniers sont en danger, les gens n’hésitent pas à se précipiter pour leur venir en aide.

En réalité, ces petites boules de poils sont une véritable mafia qui pénètre chez l’homme et fait main basse sur sa nourriture, ne lui laissant pas la moindre miette.

>>> Ours, tigre, éléphants... Ces animaux en liberté qui ont récemment gambadé dans les villes de Russie

Renards polaires, Norilsk

Les renards arctiques devraient être à l’aise loin des voitures et des routes bruyantes, n’est-ce pas ? Et pourtant, ils cherchent parfois la compagnie de l’homme. Les habitants de Norilsk ont ainsi filmé une vidéo montrant une meute de renards polaires affamés pris de panique qui courent dans la ville. Et bien que la vidéo ait ému les internautes, il ne faut pas oublier que cet animal peut être porteur de la rage : il faut donc éviter tout contact avec lui.

Toujours à Norilsk, un renard polaire est venu dérober les poissons d’un pêcheur. « Comment peut-on être aussi gonflé », s’étonne l’homme qui tourne la scène avec son téléphone portable. « Bon, prends », cède-t-il à la fin.

Renards, Moscou

Nul besoin d’aller dans le Grand Nord pour croiser un animal sauvage – à Moscou, ville entourée de forêts et comprenant de nombreux parcs, on peut rencontrer des renards, qui s’invitent chez les hommes dans l’espoir de casser la croûte.

Il n’est pas rare que les promeneurs tombent sur des renards en se baladant tranquillement dans le parc de Kouzminki, dans le sud-est de Moscou.

Mais vous pouvez les rencontrer dans des endroits encore plus animés…

Élans, Saint-Pétersbourg

Très présent dans les forêts du pays, cet animal vient parfois « inspecter » les quartiers résidentiels, comme cela a été le cas à Saint-Pétersbourg.  

Ours, Tynda

Cette ville de la région de l’Amour (Extrême-Orient) étant entourée de forêts, il n’est pas rare que les ours viennent y faire un petit « coucou ». Affamés, ils rôdent en périphérie de la ville en quête de nourriture. Les inspecteurs en charge de la protection des animaux sauvages tentent de les chasser dans la forêt et n’ont recours aux armes que si la vie humaine est menacée.

Dans cette vidéo tournée en juillet 2018, on voit par exemple un ours poursuivre un employé de la gare : une scène qui donne la chair de poule.

Et dès que l’on s’éloigne de la ville, on peut les voir littéralement courir sur les routes. 

Si en rencontrant un tel animal, le réflexe naturel est de prendre la fuite, certains Russes courageux gardent leur sang-froid et leur donnent même des biscuits.

>>> «L’ourse m’enterrait en me dévorant»: ayant survécu à une rencontre avec la bête, elles témoignent

Ours polaires, Nouvelle-Zemble

Dans le Grand Nord russe – dans la région d’Arkhangelsk, en Iakoutie et en Tchoukotka - rencontrer des ours blanc n’a rien de surnaturel. En février dernier, l’état d’urgence a été décrété en Nouvelle-Zemble, car durant la nuit, ces quadrupèdes s’étaient « incrustés » dans les entrées d’immeubles résidentiels.

Dans cet autre article, nous essayons de démeler le vrai du faux dans l'histoire du Russe qui aurait survécu un mois dans la tanière d’un ours.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies