Kamtchatka: première attaque mortelle d’ours de la saison

Andrey Ivanov/Global Look Press

Un homme de 51 ans est décédé des suites d’une attaque d’ours dans le district d'Oust-Bolcheretsk, sur la péninsule du Kamtchatka, en Extrême-Orient russe, rapporte le Comité d’enquête local sur son site. Il s’agit, pour cette saison, du premier incident mortel lié à cet imposant quadrupède dans la région.

Parti fin avril avec des amis entre les rivières Outka et Mitoga pour y établir un campement de pêche à 300 mètres du littoral, l’individu s’était, le 4 mai, éloigné d’un kilomètre de leur point de chute, afin de capter le réseau téléphonique, pour ne jamais en revenir. Ses camarades ont par la suite découvert la dépouille d’un ours et, à ses côtés, celle du défunt, partiellement enfoui sous la terre et la neige et présentant des blessures à la tête et aux membres.

>>> Au Kamtchatka, chaque localité sera dotée d’une unité de protection contre les ours

Les enquêteurs supposent par conséquent que l’animal, s’approchant du cours d’eau, s’est attaqué au pêcheur, l’enterrant ensuite en partie, avant d’être à son tour abattu par des chasseurs.

À noter que, si dans les environs est actuellement ouverte la chasse à l’oie et au canard, les autorités appellent cependant les chasseurs à être prudents, des ours errant affamés dans les forêts sans accès à une quantité suffisante de poissons et de baies.

La menace représentée par ces redoutables mammifères en Russie ne doit en réalité pas être sous-estimée, de nombreuses attaques ayant d’ores et déjà été recensées au cours des derniers mois, alors que le pays comptait, en 2017, pas moins de 143 000 ours bruns. Il convient néanmoins de nuancer cet état de fait en soulignant que la plupart des incidents survenus dernièrement résultent d’une détention illégale de cet animal chez des particuliers ou de comportements imprudents ou négligents de citoyens ainsi que de structures de loisirs.

Dans cet autre article, nous vous expliquons comment survivre si vous croisez un ours dans la taïga russe.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies