Perdus sous Staline, des trésors des Romanov mis au jour en Asie centrale

Nicolas Constantinovitch Romanov (au centre) avec ses proches

Domaine public

Lors de fouilles entreprises dans les sous-sols d’un édifice historique de Tachkent, ont été retrouvés des objets de valeur disparus il y a 80 ans et ayant autrefois figuré, entre autres, au sein du manoir que le grand-duc Nicolas Constantinovitch Romanov avait fait ériger dans la capitale ouzbèke, rapporte le site d’information local kun.uz.

Des chercheurs de l’Université nationale d’Ouzbékistan y ont en effet découvert, notamment, des œuvres d’art, des pièces de monnaie en or et argent, de la vaisselle, d’anciennes icônes, un microscope autrichien en or du XIXe siècle, huit kilogrammes de lingots d’or, des livres ornés d’or dont la publication remonte aux XVIII et XIXe siècles, quatre rares ouvrages traitant des oiseaux d’Amérique, des documents datant du Khanat d’Ouzbékistan (XVe siècle), ainsi que des manuscrits de penseurs.

 >>> Photographies inédites de la famille impériale russe des Romanov

Ce trésor, comprenant également des objets ayant appartenu aux victimes des répressions staliniennes ainsi qu’à des nobles ayant émigré depuis l’Europe et Saint-Pétersbourg, a été placé sous protection gouvernementale. Prochainement, une partie des objets trouvés sera en outre confiée à des spécialistes allemands et polonais en vue d’être restaurée. La valeur totale du lot est quant à elle estimée à plus d’un million de dollars.

À noter que le grand-duc avait fait bâtir une demeure de style moderne dans cette ville d’Asie centrale en 1891. Suite à un scandale, il y avait en effet été envoyé sur décision de la famille impériale en 1877, et y a vécu jusqu’à sa mort, en 1918. Après la Révolution russe et la guerre civile, une partie de sa collection personnelle avait été transférée à un musée d’art local, tandis que le reste avait été déclaré disparu.

Dans cet autre article, nous vous présentons les joyaux impériaux russes ayant vécu le destin le plus mouvementé de tous.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies