Cinq mystères entourant les bijoux des tsars russes

La cour russe était l'une des plus riches d'Europe. L'éclat des diamants, des rubis et des saphirs éblouissait et créait une aura de supériorité, écrivaient à ce sujet dans leurs mémoires les ambassadeurs européens et les rois qui ont visité les réceptions fastueuses des tsars russes. Retour sur les cinq histoires les plus mystérieuses associées aux objets du trésor royal.

1. Le chapeau de Monomakh

C'est le plus ancien des objets royaux ayant survécu jusqu’à nos jours. La plaque d'or de la couronne est décorée de 40 pierres précieuses - émeraudes, saphirs, rubis, perles - et le bord recouvert de fourrure de zibeline. Les rois ont répandu la légende selon laquelle la couronne était un cadeau de l'empereur byzantin Constantin à son petit-fils, le prince de Kiev Vladimir Monomakh, qui a régné au XIIe siècle. Mais elle est en réalité arrivée à Byzance de Babylone, où elle a été trouvée parmi les trésors du roi Nabuchodonosor. Des princes kiéviens, elle a été transférée à Vladimir, et de là a fini à Moscou, en unissant les principautés voisines en un seul État. Ainsi, l'expression « Moscou est la troisième Rome » était justifiée, et la continuité et la légitimité du pouvoir des princes de Moscou étaient soulignées.

Le plus plausible du point de vue des historiens est que la coiffe, avec sa forme imitant la coiffure traditionnelle d'Asie centrale, a été réalisée au début des XIII-XIVèmes siècles par des artistes asiatiques et offerte par le puissant Khan de la Horde d'Or Ouzbek au prince de Moscou Ivan Kalita pour ses bons et loyaux services. Depuis lors, le « chapeau doré » a été mentionné dans tous les testaments et est passé de père en fils aîné. Les tsars russes le portaient une fois dans leur vie seulement - le jour de leur couronnement. Pour la dernière fois, elle a été portée lors du couronnement d'Ivan V en 1682.

Lire aussi :  Fabergé... et les autres: ces joailliers qui fournissaient les tsars

2. Diamant Orlov

Au cours du XVIIIe siècle, la Russie était principalement dirigée par des femmes, et à ce moment-là, la cour russe étincelait dans le sens littéral du mot. Catherine II était particulièrement friande de bijoux. Il n'est pas surprenant que sous son règne, le trésor des tsars ait vu l'apparition de l'une des pierres historiques les plus célèbres au monde - le diamant Orlov, qui en 1774 est devenu la décoration du sceptre royal.

Catherine II

Selon la légende qui a donné son nom au diamant, une pierre de 189,62 carats, l'impératrice a reçu la pierre de son favori, Grigori Orlov. Selon une autre version, elle a acheté la pierre elle-même avec de l'argent du trésor, non sans avoir demandé à Orlov de mettre en scène un cadeau pour cacher le détournement de fonds.

Lire aussi : La liste Forbes de la Russie tsariste

Le diamant a été découvert en Inde dans les mines de Golconde au début du XVIIe siècle et appartenait d'abord aux Grands Mongols. Au milieu du siècle, le souverain de Perse, Nadir Shah, s'empara de Delhi et vola la pierre avec d'autres trésors. Ensuite, elle a été incrustée dans l'œil de la statue de la divinité Ranganatha au sein d'un temple hindou, mais a été volée par un soldat français. Pour l'amour de sa proie, il se convertit à l'hindouisme et servit dans le sanctuaire jusqu'à ce qu'il conquière la confiance des brahmanes. Grâce à lui, la pierre arriva à Londres, changea plusieurs fois de propriétaire et, finalement parvint au joaillier de la cour de Catherine Ivan Lazarev, qui vendit la pierre à l'impératrice.

3. Diamant Shah

Un autre diamant unique est arrivé en Russie dans des circonstances plus tragiques et sanglantes. En 1829, le prince de Perse l'a remis à Nicolas Ier en compensation après la mise à sac de l'ambassade de Russie à Téhéran et l'assassinat d'Alexandre Griboïedov, le célèbre diplomate et auteur du Malheur d'avoir trop d'esprit.

Le diamant transparent volumineux de 88,7 carats à la forme allongée inhabituelle n'est pas taillé, seulement poli, et une fente dans la partie étroite indique qu'il a été suspendu en tant que talisman.

Lire aussi : Le kokochnik, cette coiffe authentique russe qui tente de trouver un second souffle

Son histoire a commencé dans l'un des gisements de l'Inde au milieu du XVe siècle. Sur trois de ses faces sont gravés les noms des dirigeants à qui il appartenait à différents moments - le Sultan Burhan II, qui l'appelait « le doigt de Dieu », le chef de l'empire mogol, le Shah Jahan Ier, et le Shah persan Ali Fath. Par une coïncidence étrange, après avoir gravé chaque inscription, des guerres et des chocs ont eu lieu et le diamant a changé de propriétaire. Le dernier conflit eut lieu en 1824, après quoi l'armée du Shah a été défaite à l’issue de la guerre russo-perse. En vertu du traité de paix, l'Empire russe obtint le territoire de l'Arménie orientale. En outre, le Shah devait payer à l'empereur 20 millions de roubles en argent. Et bien que le diamant ait obtenu la réputation de réparation pour le sang versé de l'envoyé russe à Téhéran, les historiens estiment que l'empereur l'a reçu au titre d'indemnité de guerre.

4. La tiare de Vladimir

L'histoire de la tiare en diamant avec de grandes perles en forme de goutte, dans laquelle apparaît souvent la reine d'Angleterre Elizabeth II, a commencé dans l'Empire russe du XIXe siècle. En 1874, le grand-duc Vladimir Alexandrovitch, frère cadet d'Alexandre III, l'a donnée comme cadeau de mariage à son épouse, la duchesse de Mecklembourg-Schwerin. La production du cadeau a été confiée à la maison de joaillerie Bolin, fournisseur de la cour royale, et la tiare elle-même s'appelait Vladimirskaïa, d'après le nom du client.

Elizabeth II

Après la révolution, la grande-duchesse s'est réfugiée à Kislovodsk, et presque miraculeusement, grâce à l'aide du diplomate anglais et antiquaire Albert Stopford, a pu se rendre de sa cachette à Saint-Pétersbourg pour chercher de l'argent et des bijoux, parvenant en 1920 à les faire sortir de Russie. Après sa mort, sa fille a vendu le bijou à la reine d'Angleterre Mary de Teck, épouse du roi George V. Ainsi, pour Elizabeth II, la tiare est un héritage de sa grand-mère, et pas un rappel de la grandeur et le déclin de l'Empire russe.

Lire aussi : Combien de sang russe dans les veines des Romanov?

5. Joyaux de la dernière impératrice

Alexandra Feodorovna

La femme de Nicolas II Alexandra Feodorovna possédait une magnifique collection d'ornements. Parmi eux figuraient des objets uniques - une broche Fabergé en forme de rose de thé avec des diamants de couleur ou un collier de deux mètres composé de perles parfaitement choisies de la taille d'un grain de raisin. Lorsqu'en 1917 les bolcheviks ont emmené la famille en Sibérie, la reine et ses filles ont emporté avec elles une partie des ornements, cachant des colliers sous leurs vêtements, cousant des diamants au lieu des boutons et dissimulant le reste dans la doublure de chapeaux, dans des ceintures de velours et dans des sous-vêtements. Après leur exécution, le trésor est revenu aux bolcheviks.

En 1925-26, le catalogue illustré du Fonds des diamants, composé de bijoux et d'insignes royaux, est apparu. Une édition en quatre parties a été traduite dans les principales langues européennes et distribuée aux acheteurs potentiels. En octobre 1926, un représentant d'un syndicat anglo-américain, Norman Weiss, a acheté au poids près de 10 kilogrammes de bijoux royaux, payant un total de 50 mille livres. Il en a vendu une partie à Christie's, mais les grands chefs-d'œuvre ont principalement constitué des lots de la vente aux enchères « Joyaux de l'État russe » qu'il a lui-même organisée à Londres en mars 1927. Parmi les 124 lots figurent une couronne impériale de mariage, un diadème avec des épis, et le porte bouquet de rubis de Catherine II.

Lire aussi : Où est passé l’or du Parti communiste dans les années 1990?

Sur les 773 objets qui constituaient après la révolution le Fonds des diamants, les bolcheviks ont vendu 569 pièces en 1920-1930, souvent pour une bouchée de pain. Des objets royaux et quelques pierres précieuses, y compris les diamants Orlov et Shah, ont échappé au désastre.

Bien qu’il n’y ait aucune preuve solide de l’existence de la bibliothèque du redoutable tsar russe, Ivan le Terrible, sa recherche est toujours en cours. Pour en savoir plus, n'hésitez pas à vous diriger vers notre article.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer
Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies