Le projet de voie ferrée du pont de Crimée dévié en raison de la découverte d’un site antique

Nikolay Gyngazov/Global Look Press

La voie ferrée devant relier la Crimée au reste du territoire russe sera repensée en raison de la récente découverte d’un point de peuplement antique sur son tracé, sur le littoral de la mer Noire, rapporte le service de presse du pont du détroit de Kertch, qu’emprunteront les rails. 

« Pour la préservation d’un monument historique unique, les constructeurs de la voie ferrée d’accès au pont de Crimée corrigeront son tracé sur l’un de sestronçons dans les environs de Kertch. La voie contournera et ne touchera pas les constructions de cette riche propriété antique », est-il indiqué dans le message.

Lire aussi : Le projet du siècle: dix faits sur le pont le plus long d’Europe

L’une des alternatives envisagées est par conséquent de dévier l’itinéraire ferroviaire de plusieurs centaines de mètres vers le sud, où aucune trouvaille archéologique ne devrait être effectuée selon les informations préalables.

C’est débit novembre que les archéologues ont annoncé la découverte d’un point de peuplement hellénique unique en son genre. Datant de l’époque du Royaume du Bosphore et nommé Manitra, c’était un emporion, c’est-à-dire un lieu de commerce maritime, dont la fondation remonte au IVe siècle avant notre ère. Le site, qui comprenait autrefois diverses constructions remarquables, couvre une superficie de 5 000 m² et compte, à l’est des édifices principaux, une nécropole.

« Il n’existe aucun analogue de propriété rurale d’une telle superficie, d’une telle complexité et d’un tel état de conservation, non seulement sur le territoire de la Crimée, mais sur l’ensemble du littoral de la mer Noire, assure Alexandre Maslennikov, docteur en histoire et directeur du département d’étude sur le terrain au sein de l’Institut d’archéologie de l'académie des sciences de Russie.

Vidéo : Le chantier du pont de Crimée en quelques faits et chiffres

Le caractère unique de ce lieu de peuplement réside dans son très haut niveau de construction. Ce monument se trouve sur la péninsule de Kertch, dans la partie occidentale du Royaume du Bosphore. Il s’agit de la lointaine extrémité du monde hellénique, mais nous voyons ici dans sa meilleure manifestation l’expérience de l’urbanisme antique. Celui qui a construit cette propriété n’avait pas que de grandes possibilités matérielles, mais de très grandes. On peut supposer qu’il n’était même pas question d’un représentant de la classe des hauts propriétaires, mais plus d’un membre de la dynastie régnante du royaume, voire même du roi du Bosphore en personne ».

À noter que cette découverte ne devrait toutefois pas compromettre le respect des délais de livraison du chantier annoncés et fixés à décembre 2019, bien que six mois devraient être nécessaires pour réajuster le projet.

Pour rappel, le pont de Crimée, le plus long d’Europe, a été inauguré le 15 mai 2018. Reliant la péninsule criméenne au reste du territoire russe, il a d’ores et déjà été ouvert à la circulation automobile et sera ainsi prochainement également parcouru par un chemin de fer.

Pour en savoir plus sur cette incroyable structure, retrouvez notre vidéo explicative en suivant ce lien.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies