«Les Russes sont des espions»: comment Maria, journaliste, combat les stéréotypes en Croatie

Alexandra Kostromitina
Il y a 10 ans, Maria Grigorian ne pouvait pas indiquer avec précision sur la carte où se trouvaient les pays de l'ex-Yougoslavie. Elle passe maintenant la majeure partie de son temps en Croatie. Maria raconte comment elle s’est habituée à vivre dans un autre pays et à côtoyer une mentalité différente.

J'avais seulement 17 ans quand nous avons par hasard rencontré mon futur mari, qui est croate - mon camarade de classe croate et moi sommes allés lui rendre visite chez lui. J'étudiais à la faculté de journalisme de l'Université d'État de Moscou à Moscou, et il était à l'Université de Zagreb. Pendant quatre longues années d’études, nous avons attendu d’être enfin ensemble et, depuis lors, nous ne nous sommes plus séparés. Nous nous sommes battus pour pouvoir nous rencontrer au moins une fois tous les deux ou trois mois. J’ai même décidé de rédiger une thèse sur la télévision croate.

Les Russes sont très actifs, ils ne restent jamais en place. Les Croates ont généralement une vie calme et mesurée. Mon mari dit souvent : « Voilà ce qu’elle sait faire : inventer des choses qui ne viendraient dans la tête de personne. Parfois, j'ai même peur de ses fantaisies. Personne ne peut prédire ce qu'elle va proposer la prochaine fois ».

Lire aussi : Comment les Russes ont changé ma vie: témoignage de la Française Aurélia

Pendant cinq ans en Croatie, en plus de mon travail principal de journaliste, j'ai réussi à organiser des « dîners russes » dans les restaurants de la capitale, plusieurs expositions de peinture et même à ouvrir la quête russe Morpheus.

Les « dîners russes » ont une histoire amusante. Tout à fait par hasard, j'ai suggéré cette idée au propriétaire du restaurant chic Lauba. Il a immédiatement accepté et demandé à tout organiser. En tant que chef cuisinier, j'ai invité une amie moscovite, qui d'ailleurs ne savait pas cuisiner, mais qui avait terriblement envie de rester à Zagreb.

Ce jour-là, nous avons acheté 15 kg de betteraves pour le borchtch au marché. La grand-mère qui les vendait a pleuré de joie et crié qu'elle vendait généralement une telle quantité de betteraves en un mois. Avec l'aide de nos mères, de nos grands-mères et de nos belles-mères, en 12 heures, nous avons préparé du bortsch pour 45 personnes réparties dans 15 casseroles : tout le monde pensait que nous étions des chefs professionnels !

En Croatie, je dois boire beaucoup de café. Le café croate est sacré. Discuter des problèmes de travail sans une tasse de café est considéré comme de mauvais ton. Mon record est de neuf cappuccinos par jour ! Nous, les Russes, aimons beaucoup le thé, mais en Croatie, il est tellement insipide qu'il est vraiment préférable de boire du café.

Lire aussi : Ces situations de la vie en Russie qu’un étranger aura du mal comprendre

En Russie, nous travaillions 24 heures par jour. Mais ici, appeler après cinq heures du soir pour une question de travail passe très mal. Tous mes amis russes et moi-même résolvons instantanément les problèmes liés au travail par téléphone. Nous appelons jusqu'à minuit. Les Croates préfèrent le courrier électronique.

Je dois combattre le stéréotype voulant que toutes les filles russes soient des filles faciles. C'est le stéréotype le plus déplaisant et le plus partial. Si elle est russe, cela signifie que seuls les hommes ou l'argent l’intéressent. Lorsque je suis arrivée pour la première fois sur une chaîne de télévision croate, à la suggestion du rédacteur en chef, c'est exactement ce que tout le monde pensait. Pendant deux ans de travail, j'ai quand même réussi à prouver qu'il y avait des filles russes travailleuses et honnêtes.

Ma première règle est de ne pas faire de coquetteries avec les étrangers, car la coquetterie d'une Anglaise, d'une Espagnole et d'une Russe est perçue très différemment.

Si vous êtes russe, alors vous êtes probablement un espion, pensent-ils ici. Et si vous êtes un journaliste russe, alors à coup sûr vous êtes un espion ! Je suis déjà habituée au fait que mes amis et ma famille étrangère m'appellent « notre fille du KGB » ou « espionne russe ». Je ne leur en veux pas, car dans tous les films hollywoodiens, les méchants sont des Russes.

Lire aussi : Trois chocs culturels que vivent les étudiants étrangers en Russie

À plusieurs reprises, c’est allé jusqu’à l’absurde. La police m'a interrogé sur mon travail de journaliste. Le rédacteur en chef d’un quotidien croate a tout d'abord accepté avec joie de publier mon article économique, puis a refusé lorsqu'il a appris que l'auteur de l'article était russe.

Dans cet autre article, découvrez les bizarreries auxquelles vous êtes susceptible d’être confronté lors de vos voyages en Russie.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies