Comment une Moscovite de 19 ans est devenue le meilleur soudeur de Russie

Archives personnelles
Diana Bagaoutdinova a eu le coup de foudre pour un fer à souder, et ce sentiment semble être réciproque.

Le meilleur soudeur de Russie est une fille. Oui, oui : la Moscovite Diana Bagaoutdinova était la seule femme au WorldSkills Welding Contest organisé en Russie à la fin du mois d’août. Et elle a gagné, damant le pion à deux douzaines de solides gaillards en finale. Mais au fait, pourquoi une étudiante de 19 ans ne représente-t-elle pas sa vie sans soudure ?

« Je suis fascinée par le processus de soudage lui-même, confie Diana. C'est un tel plaisir de regarder l'étincelle brûlante qui coud le métal. C'est très beau ».

Il y a trois ans, elle s’est passionnée pour le soudage pendant un stage dans le cadre de ses études - elle a étudié chez un concepteur de systèmes de chauffage. Le maître a apprécié le travail de Diana et lui a parlé du championnat WorldSkills. C'est un concours où participent de jeunes professionnels de différentes professions, des cuisiniers aux maçons.

Lire aussi : Cette «Reine de la soudure» venue de Russie et parvenant à fusionner art et métal

La mère de Diana a été choquée d’apprendre à quelle compétition allait participer sa fille. « Mes amis ont également été surpris par mon passe-temps, mais tout le monde m'a soutenu et motivé lorsque quelque chose allait mal et que je voulais baisser les bras », explique Diana. Pour se préparer au concours, elle perfectionnait quotidiennement ses compétences en soudage.

Le concours lui-même consistait en quatre modules, où il était nécessaire de réaliser différents types de soudage - à la fois des tuyaux simples et des objets complexes, le tout avec différents types de métaux. Les juges ont évalué la rapidité du travail, ainsi que la qualité, la beauté et l'étanchéité des jointures. Et finalement, Diana a gagné.

Pas une affaire de femme?

Le travail d'un soudeur est considéré comme physiquement difficile et dangereux et, par conséquent, dans cette profession, il y a beaucoup plus d'hommes. Et bien sûr, les concurrents masculins ont été surpris de l’apparition de la jeune fille lors du concours. Cependant, explique Diana, ils se sont comportés très correctement.

Lire aussi : Démineur, pilote et diplomate: ces femmes aux métiers d’homme

« Ce n’était pas difficile sur le plan moral, car les gars m'ont traitée sur un pied d'égalité, tout comme les autres rivaux », a déclaré Diana. Mais elle ajoute qu’elle aimerait qu’on voie en elle non pas une « soudeuse » mais « une professionnelle exigeante qui fait du bon travail ».

La jeune femme a maîtrisé plusieurs types de soudure et dispose du cinquième rang professionnel sur six possibles. Elle admet qu'en dehors d'elle-même, elle ne connaît que quelques filles engagées dans cette profession. Mais bientôt, elles pourraient devenir plus nombreuses, car Diana est maintenant à la tête de master-classes sur le soudage destinées aux lycéens, garçons et filles.

Elle combine l’enseignement avec des études à l'Université des communications de Moscou, mais prévoit de continuer à faire du soudage de façon professionnelle.

Lire aussi : Une cavalière de la police montée de Moscou crée le buzz sur les réseaux sociaux

En tant que gagnante, Diana prétend désormais à une place dans l'équipe nationale de WorldSkills, qui représentera la Russie aux championnats du monde.

«S’il m’aime, il acceptera mon hobby»

Jusqu'à présent, Diana, place en premier lieu les études et le travail, le temps libre n’étant disponible que le week-end. Elle le passe le plus souvent à la maison (elle aime les livres d’Harry Potter), ou se promène au parc.

Parmi ses compagnons d’études, il y a des soudeurs et des gens très éloignés de cette profession. La jeune femme ne s’intéresse pas aux discothèques et aux distractions similaires, admet-elle. Elle passe peu de temps sur les réseaux sociaux, mais pense lancer une page Instagram consacrée à sa passion.

Lire aussi : Daria Kasatkina, l'étoile montante du tennis russe

Diana n’a pas encore de petit ami, mais dit que sa profession ne doit pas interférer avec sa vie personnelle. « Si un homme vous aime vraiment, il vous accepte dans son ensemble, y compris votre passion », dit-elle.

Quel rôle pour les femmes dans l’armée russe ? Trouvez la réponse dans notre article.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies