À la recherche des héros du Normandie-Niemen: l’historien français Malinowski poursuit sa quête

Sputnik

Pour retrouver les restes des pilotes disparus du glorieux régiment Normandie-Niemen, l’historien français Pierre Malinowski élargit son champ d’action en Russie : après la région de Smolensk, il se rend dans celle de Kalouga, située à environ 195 km de Moscou.

Il envisage d’y poursuivre sa quête entamée dans la région de Smolensk, qui a déjà porté ses premiers fruits. Rappelons qu’en août dernier, conjointement avec une équipe de spécialistes militaires russes, M. Malinowski a relevé d’un lac du village de Byvalki les débris d’un Yak qui pourraient avoir appartenu au pilote français Jean Jacques Henri Blaise de Sibour, disparu en août 1943.

Lire aussi : Normandie-Niemen: une amitié née sous le ciel de la guerre

Pierre Malinowski

Rappelons que la recherche des pilotes français disparus sur le front de l’Est est loin d’être la seule initiative de Pierre Malinowski. Il s’occupe également de la recherche de soldats du Corps expéditionnaire russe tombés en France. Grâce à ses efforts, la dépouille d’un militaire russe tombé en 1917 lors l’attaque du Mont Spin a été retrouvée cent ans après sa disparition.

Formé en décembre 1942 à Ivanovo (290 km au nord-est de Moscou), l’escadron portant le nom de Normandie et comptant au début 72 volontaires français, dont 14 pilotes, intègre l’Armée rouge et s’engage sur le front en avril 1943. En juillet de cette même année, il s’élargit et devient un régiment grâce au renfort de nombreux pilotes venus d'Afrique du Nord. En Russie, on accorde une importance primordiale au fait que ces pilotes, qui ont effectué 5 240 missions et signé 273 victoires confirmées, soient arrivés en URSS bien avant l’ouverture du Second front.

Saviez-vous quelles autres unités de combat étrangères ont combattu les nazis aux côtés de l'armée soviétique ? La réponse à cette question, vous la trouverez dans cette autre publication

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies