Huit astuces pour survivre dans une résidence universitaire russe

Alexei Filippov/TASS
La vie en obchtchaga/obchtchejitié (résidence universitaire) est susceptible de provoquer un choc culturel total chez les étudiants étrangers. Néanmoins, avoir à l’esprit ces différents points vous aidera à appréhender cette expérience avec plus de sérénité.

Les obchtchagas sont construites en prenant en compte les maigres moyens financiers des étudiants russes, et le luxe et le superflu ne font donc pas partie de l’équation. Dans certains cas, il est possible d’avoir de la chance, mais rares sont les étudiants étrangers à s’extasier en découvrant leur logement universitaire lors de leur séjour en Russie. Mais ne vous inquiétez pas, la vie en résidence est bien plus simple qu’elle n’y paraît. Suivez juste ces quelques conseils et vous vous y sentirez bientôt comme chez vous. À noter que souvent, dans les grandes villes, les résidences ou étages les mieux rénovés sont réservés aux étrangers.

1. Gardez tout dans votre chambre

La plupart des obchtchagas datent de l’époque soviétique, où la vie en communauté était la clef. Attendez-vous donc à devoir revoir votre conception de l’espace personnel et de l’intimité. En effet, la communauté prend ici le pas sur l’individualité, et cela vaut pour absolument tout. Vous avez laissé de la nourriture dans le frigo collectif ? Ne vous étonnez pas si elle vient à disparaître. Vous n’imaginiez pas avoir un jour à ranger sous clef vos rouleaux de papier toilette ? Ici c’est une nécessité, à moins que vous ne souhaitiez leur faire des adieux précoces.

Lire aussi : Ma vie d’étudiant étranger en Russie: ces Français partagent leur expérience

« J’avais l’habitude de laisser mes ustensiles dans la cuisine pour que tout le monde puisse les utiliser, confie Ciara, une étudiante irlandaise en échange à l’Institut de littérature Maxime-Gorki, à Moscou. En une semaine tout a complètement disparu. Trois mois plus tard, j’ai même aperçu ma poêle à quatre étages de là. Je n’ai aucune idée de comment elle est arrivée là-bas ». Bienvenue dans la jungle !

2. Mettez-vous la sécurité dans la poche

Les okhranniki (membres de la sécurité) dans les résidences universitaires russes ont parfois une vie assez monotone et peu passionnante puisqu’ils résident dans le bâtiment où ils travaillent. Par conséquent, placer des obstacles bureaucratiques sur votre chemin de manière totalement arbitraire est pour eux une véritable distraction.

« J’ai tenté d’amener une amie dans ma résidence un matin. Ils m’ont alors donné une pile de documents à remplir et m’ont dit qu’elle ne pouvait rester qu’une heure, raconte Ciara. À ce moment, une autre fille qui avait apporté aux okhrannikis des fleurs a juste fait passer son amie avec un simple signe de la tête ».

Lire aussi : Plongeon dans le quotidien d'un Français en appartement communautaire soviétique

Quoi que vous fassiez, ne titillez pas le côté obscur des gardiens, votre vie sociale pourrait en dépendre.

3. Soyez astucieux et débrouillards

Les okhrannikis font peut-être la loi dans les couloirs, mais à l’intérieur de votre chambre vous (et les quelques personnes avec lesquelles vous êtes susceptible de la partager) êtes le boss. Cela signifie que vous y disposez d’une grande liberté et dans certains cas, cela va même jusqu’à la possibilité de changer la tapisserie et de rajouter des meubles.

Le revers de la médaille est que du coup, il est peu probable qu’il y ait eu de récentes rénovations dans votre logement. Les murs et cadres de fenêtres s’effritant ne sont donc pas rares et vous aurez à trouver des parades à cela par vous-même.

« J’ai trouvé une photo de ma chambre datant de 1955, et elle était littéralement exactement pareille que maintenant », affirme Daniel, un étudiant anglais en échange à l’Université d’État de Moscou.

Lire aussi : Comment survivre à votre recherche d’appartement en Russie

4. Devenez le maître du mime

Parmi les étudiants étrangers en Russie il n’y a pas que des Occidentaux. En réalité vous vous apercevrez certainement que la majorité de vos co-résidents viennent de pays tels que la Chine, la Corée ou le Bengladesh. Le russe est donc la lingua franca dans les obchtchagas (tout le monde n’y parlant pas anglais). Si vous ne connaissez pas cette langue ou que vous êtes confronté à une personne ne parlant ni russe ni anglais, préparez-vous à mener une conversation entière avec des signes.

Certaines discussions mimées sont plus simples que d’autres : la phrase « Puis-je utiliser cette tasse ? » ne devrait par exemple pas poser beaucoup de problèmes. Néanmoins « As-tu un frère ou une sœur ? » ou « Quelles sont tes ambitions dans la vie ? » pourraient s’avérer un peu plus compliquées à représenter.

Pour Alice, une Française ayant également étudié à l’Université d’État de Moscou, les mimes n’étaient pas une barrière à l’amitié : « Un garçon m’a rédigé un poème en coréen. Je n’avais aucune idée de ce que cela disait, mais cela se voyait que ça venait du cœur ».

Lire aussi : Ces étudiants français qui ont choisi la Russie

5. Prévoyez du temps avant d’aller à la salle de bains

Je ne pourrai jamais insister assez sur ce point. Si vous êtes malchanceux, vous partagerez la salle de bains avec une trentaine d’autres personnes. Cela signifie qu’il y aura souvent la queue, soyez donc vigilant et anticipez vos trajets vers les toilettes environ 10 minutes en avance (une habitude difficile à prendre, mais cela en vaut vraiment la chandelle).

Si vous souhaitez prendre une douche le matin, la loi du plus fort règnera. « Je me suis levée à 8 heures lors de ma première matinée en Russie, en m’attendant à être la première à la douche, témoigne Juliette, étudiante canadienne diplômée de l’École des hautes études en sciences économiques de Moscou. Cependant j’ai fini par attendre derrière cinq autres filles. J’ai eu une bonne leçon ce jour-là ».

6. Organisez des soirées

Si vous désirez rencontrer des Russes et pratiquer la langue au sein de la résidence, qu’attendez-vous ? Invitez-les tout simplement. Bien sûr les Russes peuvent paraître distants et pas intéressés au premier regard, mais si vous faites cet effort, ils deviendront rapidement très chaleureux. Et lorsqu’il y a de la nourriture et de l’alcool gratuits, vous vous apercevrez qu’ils seront plus que cléments face à vos fautes de grammaire.

Lire aussi : Vivre à Moscou, combien ça coûte?

De plus, pensez-y, étant donné que la tapisserie est déjà en lambeaux, vous n’avez pas à craindre de voir votre logement être saccagé. Ce n’est pas tous les jours que l’on peut se dire ça. Néanmoins les concierges apprécient généralement peu qu’il y ait du bruit dans le bâtiment, alors si vous avez des soucis avec elles et les okhrannikis, oubliez-nous !

7. Improvisez. Adaptez-vous. Surmontez.

Si vous avez un réfrigérateur ou une machine à laver dans votre résidence, vous pouvez vous considérer comme chanceux. S’ils sont en état de marche, c’est un véritable miracle.

Pour la grande majorité des étudiants étrangers, la créativité est donc un indispensable.

« J’avais une +plaque froide+ en marbre dans ma chambre, une sorte de réfrigérateur médiéval, se rappelle Naomi, une écossaise diplômée du MGIMO. Je la gardais près de la fenêtre, et ça marchait plutôt bien en hiver. L’odeur de poulet cru dans la chambre était le seul inconvénient ».

Lire aussi : Pourquoi choisir la Russie pour vos études à l’étranger?

Si vous n’avez pas de machine à laver, il vous est toujours possible de bénéficier des services de laveries automatiques à Moscou. N’est-ce pas le bonheur ?

8. Concerts à domicile

Les résidences universitaires russes sont des lieux populaires pour les concerts informels et clandestins, appelés en Russie kvartirniki. Ils sont ce qui se rapproche le plus d’une soirée traditionnelle à la maison. Si vous êtes un adepte de musique techno, ne soyez donc pas choqué de voir une guitare acoustique être au centre de ces distractions nocturnes. Souriez, prenez sur vous et tâchez d’apprécier cette expérience finalement unique !

Vous souhaitez en savoir plus sur les kvartirniki ? Voici notre article au sujet de ces événements typiques de Russie !

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer