Sept conseils pour rendre furieux un Moscovite: règles d’anti-étiquette de la capitale

Getty Images
Si vous voulez vexer vos amis russes, parlez le plus lentement possible et, quoi qu’il se passe, ne détachez pas le regard de l’écran de votre smartphone.

Comportez-vous comme le seul et unique passager du métro

Lorsque vous prenez les transports en commun, n’enlevez pas votre énorme sac à dos – que tout le monde voit à quel point vous êtes branché. Et si vous êtes l’heureux propriétaire d’une longue chevelure, ne l’attachez pas en entrant dans la rame : que le vent entrant par la fenêtre les fasse voleter au milieu de la foule. Gardez en outre à l’esprit que l’endroit le plus commode est celui à côté des portes et n’oubliez pas de vous appuyer contre le passager assis à côté, il aura moins froid si vous grâce à cette proximité. Et la règle d’or est d’occuper deux ou trois sièges à la fois – cela ne fera que du bien aux autres de rester debout après avoir passé une journée clouée au fauteuil de leur bureau.

Si c’est la première fois que vous descendez dans le métro, ne préparez pas votre trajet à l’avance. Le métro de Moscou est le système de transport le plus simple et le plus commode au monde. Donc, descendez sur le quai et plongez-vous dans l’apprentissage de l’alphabet cyrillique directement en bas de l’escalier roulant, où sont indiquées les stations desservies par cette ligne. C’est encore mieux si vous n’êtes pas seul, mais accompagné d’un groupe d’amis, les autres usagers seront ravis de devoir se frayer un passage entre vous.

Lire aussi : Pourquoi le reste de la Russie déteste t-il les Moscovites?

Le schéma du métro est affiché dans toutes les rames, au-dessus des sièges. Il est donc conseillé de ne jamais télécharger l’application Moscow Metro disponible dans toute une série de langues, dont le français. Contorsionnez-vous juste au-dessus de la tête du passager assis devant, pourquoi pas ?

Ne détachez pas votre regard de votre écran de smartphone

On dit que d’une année à l’autre la quantité d’informations diffusées dans notre société augmente de manière exponentielle. Par conséquent, il ne faut louper aucune nouvelle publication car pendant un déjeuner en compagnie de vos amis vous risqueriez de passer à côté d’un nouveau mème ou de ne pas remarquer une mention « J’aime » sur votre compte Instagram.

La meilleure solution est de téléphoner à quelqu’un en plein déjeuner, et ce, sans quitter la table. Tout le monde doit voir à quel point vous êtes important et surbooké.

Parlez le plus lentement et le plus fort possible

Comme toute mégapole, Moscou est une ville extrêmement rapide : tout le monde est pressé et personne n’a le temps d’engager une longue conversation avec un inconnu. La ville a donc besoin d’un héros tranquille ! Il est ainsi conseillé d’arrêter une personne qui court et de lui poser une série de questions sur la cité : où vous vous trouvez, où il vous conseille d’aller, où dîner ce soir et quel plat il vous conseille de goûter. Comme c’est rare de tomber sur un polyglotte en Russie, parlez très fort et très lentement afin que votre interlocuteur vous comprenne.

Lire aussi : Habitants, vibration, langue: quelles différences entre la vie à Moscou et à Saint-Pétersbourg?

Plus de conversations sur la pluie et le beau temps

Qui a inventé cette règle stupide de demander à votre interlocuteur s’il est disponible ? N’écrivez jamais de texto pour vous renseigner à ce sujet, appelez-le directement et de préférence sans objectif précis. Qu’importe s’il travaille ou mange – cela lui fera du bien de se distraire un peu.

Certains Moscovites se souviennent encore qu’à l’aube de leur jeunesse leurs amis pouvaient leur rendre visite sans prévenir et cela ne gênait personne. Ce temps est révolu, hélas – la ville est devenue encore plus rapide qu’auparavant et aujourd’hui les locaux se contentent de parler au téléphone au lieu de se rencontrer. D’autres, on réduit les échanges à quelques mots laissés sur les réseaux sociaux.

Fumez partout

Avez-vous entendu parler de l’interdiction de fumer dans les lieux public, à côté des bouches de métro et aux arrêts des transports en commun ? Peu importe ! Fumez là où le bon Dieu vous porte et d’ailleurs tout fumeur russe le sait : dès que vous allumez votre cigarette, le bus ne tarde pas à venir.

Lire aussi : Petit guide de survie: comment reconnaître un véritable Moscovite

Dans les supermarchés, ralentissez davantage la queue

Le soir, entrez dans n’importe quel commerce, trouvez la file d’attente la plus longue et ne sortez pas votre porte-monnaie ou votre carte de crédit en avance. Faites comme si la question sur le mode de paiement vous avait pris au dépourvu. Encore une astuce : prenez votre temps en rangeant vos courses dans votre sac – cela ne fera que du bien à tous ceux qui sont pressés d’acheter de l’alcool avant le retentissement des coups de 23h00, heure à laquelle s’arrête la vente des boissons spiritueuses.

Envoyez des messages vocaux

Surtout dans les tchats de groupe, où tout le monde s’écrit, laissez un message vocal. Que tout le monde sache que vous êtes pris et n’avez pas le temps pour composer des mots et des phrases. Ont-ils leurs écouteurs ? Peuvent-ils l’écouter à l’instant même ? Ne vous souciez pas à propos de ces bagatelles. D’ailleurs, cela permettra à tous ceux qui vous entourent dans le bus, train ou restaurant d’être au courant de votre conversation. Pourquoi ne pas la rendre publique ? Comme on le disait en URSS, l’homme soviétique ne doit rien cacher à la société !

Autre époque, autre étiquette : découvrez dans cet autre article les règles de bonne conduite de Pierre le Grand.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies