Pourquoi la Coupe du Monde 2018 en Russie sera-t-elle l’une des plus mémorables?

Getty Images
Et promis, ce n’est pas uniquement car la sélection russe a atteint les quarts de finale pour la première fois de l’histoire!

Résultats inattendus et matchs dramatiques

La désillusion totale des Allemands et leur échec à sortir de la phase de groupes a été un choc pour tout le monde. Les vainqueurs de la précédente Coupe du Monde sont parvenus à marquer seulement deux buts lors de leur misérable et court séjour sur le sol russe.

Or, durant les précédentes Coupes du Monde, les cas où le champion en titre a été éliminé dès la phase de groupes sont minoritaires : L'Espagne en 2014, l'Italie en 2010, la France en 2002, le Brésil en 1966, lorsque son joueur fétiche, Pelé, a subi une blessure, et l’Italie en 1950.

D’autres grandes nations du football ont également enregistré des résultats décevants cette année. L’Argentine a en effet remporté seulement 1 point durant ses deux premiers matchs, et sa défaite 3-0 contre la Croatie restera encore longtemps dans les esprits. La Pologne, que l’on voyait sortir de son groupe aux côtés de la Colombie, a perdu tout espoir de passer à l’étape supérieure suite à ses deux premiers matchs. Et c’est sans parler de la déception du Brésil, qui n’a pas affiché un jeu digne de sa réputation, notamment face au Costa Rica, de l’Espagne, qui s’est montrée peu convaincante face au Maroc, ou encore du Portugal, qui n’a même pas réussi à se démarquer face à l’Iran.

Lire aussi :  «Agréablement surpris»: quand les supporters étrangers découvrent la Russie

Et tout cela semble surréaliste, à en juger par les prédictions des bookmakers réalisées avant le coup d’envoi du tournoi.

Un seul 0-0 durant la phase de groupes

Depuis 1954, durant la phase de groupes, pas une seule fois sur les 20 premiers matchs il n’y a eu de classement sans résultat 0-0.

Or, cette année, sur le total des 48 premiers matchs de cette première étape, seulement une rencontre s’est soldée sur un tel score (France-Danemark). Cela signifie donc que cette édition a vu un nombre important de buts marqués, ce qui est évident synonyme de spectacle ! Et ce n’est pas terminé !

Plus de prolongations = plus de plaisir

Cette année, nous avons compté plus de temps additionnel durant la Coupe du Monde que d’habitude, et cela allonge par conséquent la durée d’excitation des spectateurs. Au total, 15 buts ont d’ailleurs été marqués durant ces prolongations. Sept d’entre eux ont même permis de décrocher la victoire, gardant les spectateurs en haleine jusqu’à la dernière seconde des matchs.

Par exemple, lors des rencontres Espagne-Maroc et Portugal-Iran, les but enregistrés dans les dernières minutes ont permis de déterminer les équipes qui sortiraient de la phase de groupes. Pression extrême !

Lire aussi : Comment la population russe profite-t-elle de la Coupe du Monde pour se remplir les poches?

Utilisation de l’AVA pour une nouvelle dimension de jeu

La technologie de l’assistance vidéo à l'arbitrage (AVA) a cette année été utilisée pour la première fois en Coupe du Monde et, bien que cela ralentisse les matchs, ce système apporte une véritable tension supplémentaire. L’arbitre est ainsi à présent en mesure de prendre d’importantes décisions en ayant recours à plusieurs angles de vue au ralenti, afin de garantir une parfaite impartialité et une pleine justice.

D’ailleurs, le premier penalty de cette Coupe du Monde a été accordé suite à une consultation de l’AVA par l’arbitre lors de la rencontre France-Australie.

L’exploit historique de la Russie

Pour la première fois de l’histoire de la Fédération de Russie, l’équipe nationale a décroché une place en quarts de finale, suite à sa victoire historique contre l’Espagne.

Le pays a ainsi envoyé valser tous les sceptiques, qui lui prédisaient un sort désastreux dans la compétition.

Dans cet autre article, découvrez les réactions des Russes suite à la défaite, triste mais dans la dignité, de la Sbornaya face à la Croatie. 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer
Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies