Des supporters accueillent les Bleus à Ekaterinbourg en compagnie d’un véritable coq

Anna Maïorova / Ura.ru/TASS

La sélection française de football a atterri à Ekaterinbourg, dans l’Oural, pour son deuxième match, qu’elle disputera demain, 21 juin, face au Pérou.

Déjà une heure avant son arrivée, des supporters avaient commencé à se rassembler près de l’hôtel des Bleus. Clément Tomaszewski (alias Clément d’Antibes), 72 ans, connu pour être l’un des plus grands admirateurs de l’équipe tricolore, était présent, rapporte l’agence de presse TASS.

« Je suis l’équipe de France à travers le monde entier depuis 1982, et partout j’amènemon coq nommé Balthazar. Je crois qu’il porte chance à l’équipe. Mais en Russie, je ne l’ai pas pris, j’en ai acheté un autre ici, à Ekaterinbourg, au marché de volaille, pour 750 roubles [10 euros], et l’ai baptisé Baltharussiа », a-t-il confié aux journalistes [propos retraduits du russe].

Lire aussi : Cuisine de rue, musée du sexe et forêt dans la ville: que faire à Ekaterinbourg pendant le Mondial

Il a d’ores et déjà assisté en personne à 8 Coupes du Monde, et la rencontre contre les Péruviens sera le 253ème match disputé par l’équipe nationale française duquel il est le témoin. Il a cependant affirmé sur Twitter qu’il s’agirait de son dernier championnat, propos qu’il aurait déjà tenus à de nombreuses reprises par le passé.

Bien que Clément, et d’autres supporters, comme l’ont évoqué les locaux, ambitionnent encore de gagner les gradins accompagnés de leurs coqs, ils devraient être déçus puisqu’aucun animal n’est autorisé à franchir l’enceinte du stade. Ils devront par conséquent les confier, le temps de la rencontre, aux soins de nurseries spécialisées.

De l’originalité, les supporters du Mondial n’en manquent pas en Russie. Retrouvez notre vidéo à propos de certaines de leurs plus exubérantes apparitions.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies