En Corée du Nord, la Russie ouvrira un bureau de vote pour un seul citoyen

Vladimir Li (à gauche) et son épouse (à droite) avec Alexander Matsegora (au centre), l’ambassadeur russe en Corée du Nord.

Vladimir Li (à gauche) et son épouse (à droite) avec Alexander Matsegora (au centre), l’ambassadeur russe en Corée du Nord.

Ambassade russe dans ce pays d’Asie de l’Est

Vladimir Li est le seul citoyen de Russie à vivre en Corée du Nord. Le 18 mars 2018, jour des prochaines élections présidentielles russes, un bureau de vote ouvrira ses portes spécialement pour lui, rapporte l’ambassade russe dans ce pays d’Asie de l’Est.

Il est né au début des années 1950 au Kamtchatka, où son père, un citoyen de Corée du Nord alors en mission commerciale, a épousé sa mère, une femme russe. À la fin de son affectation, son père a ramené avec lui sa femme et Vladimir à Wonsan, importante ville portuaire dans l’Est de son pays natal, où Vladimir a donc grandi.

Lire aussi : Projet 2018: comment le Kremlin se prépare à l’élection présidentielle

Suite à la mort de son mari, la mère de Vladimir est revenue en Russie, mais lui est resté en Corée du Nord, où il a trouvé l’amour, une comédienne de théâtre locale. Leurs enfants sont quant à eux partis en Russie pour faire leurs études et vivre avec leur grand-mère, mais Vladimir, a encore une fois préféré rester en Corée du Nord.

Cela ne l’empêche pour autant pas de voter lors de chaque élection russe. En mars, pour élire le nouveau président de la Russie, il aura néanmoins à parcourir les quelque 200 kilomètres séparant Wonsan, où il vit toujours, de Pyongyang, où se trouve l’ambassade.

Ce n’est un secret pour personne, la Corée du Nord est l’un des pays les plus fermés au monde. Néanmoins, cet État développe progressivement son industrie touristique pour attirer de plus en plus de visiteurs russes. Un phénomène à découvrir ici.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

This website uses cookies. Click here to find out more.

Accept cookies