Vassili Marguelov, le «père» des paras soviétiques

Russia Beyond (Photos: Ministère russe de la Défense; Vladimir Viatkine/Sputnik)
Vassili Marguelov a fait des forces aéroportées une branche légendaire et pratiquement invincible des troupes russes.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

« Parachutiste, même si l'airsent bon les fleurs qui seront déposées sur ta tombe, tu dois encore te battre jusqu'à ce que tes pieds touchent le sol », avait coutume de dire Vassili Marguelov, qui a pendant plus de 20 ans commandé les forces aéroportées de l'Union soviétique et en a fait une véritable élite des forces armées du pays. Personne dans « l'infanterie ailée » soviétique (et russe) ne jouissait d’un tel aura que le « père des débarquements », Vassili Marguelov.

Troupes aéroportées de l'URSS

Le « parachutiste N°1 » n'a pas commencé son parcours militaire dans les Forces aéroportées. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, à plusieurs reprises, il a servi dans les unités de fusiliers de la marine et de la garde, a participé à la traversée du Dniepr, à la libération de Kherson (pour laquelle il a reçu le titre de héros de l'Union soviétique) et à des batailles dans le Sud-Est de l'Europe. « Il est peu probable que quelqu'un de notre régiment aurait réussi à survivre si nous n'avions pas eu un commandant comme Marguelov, a rappelé Grigori Babotchkine, du 218e régiment. Dans des situations apparemment désespérées... il gardait son sang-froid et trouvait des solutions... Il estimait la vie d'un soldat. Il chérissait la vie des autres. Je ne serais pas assis avec vous maintenant si dans des moments terribles non seulement je n’avais pas protégé Marguelov des balles et des éclats d'obus, mais s’il n’avait pas fait de même avec moi »

Vassili Marguelov

En 1948, Marguelov a pris la direction de la 76e division aéroportée de la Garde, qui, comme l'a noté le général Pavel Pavlenko, faisait peine à voir à l'époque : « La base matérielle et technique de l'entraînement au combat était en fait à zéro... et la discipline laissait grandement à désirer ». Ayant étudié en profondeur la théorie et la pratique des affaires aéroportées, Marguelov mit lentement mais sûrement de l’ordre dans l'unité qui lui était confiée. Dès 1954, il est devenu le chef de toutes les forces aéroportées de l'Union soviétique, entamant leur transformation sur le plan qualitatif.

>>> En images: la célébration de la Journée des troupes aéroportées en Russie

Vassili Marguelov en 1977

« Pour remplir leur rôle dans les opérations modernes, il est nécessaire que nos formations et unités soient très maniables et protégées par des blindages, aient une efficacité de tir suffisante, soient bien contrôlées, capables de débarquer à tout moment de la journée et entament rapidement les opérations de combat après le débarquement. Voici, dans l'ensemble, l'idéal vers lequel nous devrions tendre », a soutenu le commandant. 

Exercices de combat

Vassili Marguelov a noué des liens étroits avec le complexe militaro-industriel. Il a réussi à remplacer les avions obsolètes Li-2, Il-14, Tu-2 et Tu-4 par des An-22 et Il-76 puissants et modernes, ce qui a permis d'embarquer beaucoup plus de parachutistes et d'équipements militaires.

Voyant à quel point il était difficile pour les parachutistes de manipuler des armes légères conventionnelles lors du débarquement, Vassili Marguelov a obtenu la création de versions spéciales qui n'entravent pas les mouvements de « l'infanterie ailée » : des fusils d’assaut (AKMS, AKS-74) et mitrailleuses (RPKS-74) avec une crosse repliable, ainsi que les lance-grenades compacts SPG-9 et le RPG-70 léger.

Préparatifs pour le défilé en l'honneur du 53e anniversaire de la Grande révolution socialiste d'Octobre sur la place Rouge à Moscou

L'une des tâches principales pour Marguelov consistait à équiper ses troupes d'un véhicule de combat moderne, que les parachutistes pourraient utiliser pour le transport et afin de mener des combats sous la protection d’un blindage contre l'infanterie et les blindés ennemis. À la fin des années 1960, des BMD-1 pesant un peu plus de 7 tonnes, équipés d'un canon semi-automatique 2A28 Grom (Tonnerre) et pouvant embarquer un équipage de sept personnes, ont commencé à être introduits dans les troupes. Sur leur base, des canons d'artillerie automoteurs, des véhicules de commandement de tir, et des véhicules de reconnaissance et d'état-major ont été développés.

Troupes aéroportées soviétiques en Afghanistan en 1986

Malgré les éloges des hautes autorités, Vassili Marguelov lui-même n'était pas très satisfait de la manière dont les nouveaux BMD étaient utilisés. L’équipement et les soldats étaient parachutés à partir d'avions séparément. Il fallait un temps précieux aux parachutistes pour retrouver leurs véhicules de combat et y prendre place. Marguelov a proposé une décision révolutionnaire pour l’époque : parachuter les équipages directement à l’intérieur de l'équipement. Le 5 janvier 1973, pour la première fois dans la pratique mondiale, un avion An-12 a largué avec succès sur un terrain d’essai un BMD-1 avec deux membres d'équipage à son bord. L'un d'eux était le fils du commandant, Alexandre.

Le commandant des forces aéroportées, le général d'armée Vassili Marguelov, remercie les parachutistes.

Sous Marguelov, toutes les unités des forces aéroportées avaient leurs propres aérodromes bien équipés. Désormais, quelques heures seulement s’écoulaient entre la réception de l’ordre de mission et le décollage des parachutistes avec un équipement de combat complet. Les événements de l'opération Danube en 1968, qui prévoyait l'introduction des troupes du Pacte de Varsovie en Tchécoslovaquie, ont démontré que l'« infanterie ailée » avait commencé à opérer de manière claire, harmonieuse et rapide. « Lorsque les parachutistes ont fait irruption dans le bâtiment de l'Académie Zapotocky, les officiers de l'Armée populaire tchécoslovaque étaient assis derrière des cartes et marquaient la position de nos troupes qui avaient traversé la frontière. Ils attendaient leur arrivée à Brno en milieu de journée. Les unités militaires situées dans la ville ont été résolument bloquées et désarmées », a rapporté Vassili Marguelov aux dirigeants soviétiques.

Un Il-76

C'est sous Marguelov que les Forces aéroportées ont reçu les fameux bérets et gilets bleus. « Je veux que les parachutistes adoptent les glorieuses traditions de leur frère aîné - les fusiliers marins - et les perpétuent avec honneur. Pour cela, j'ai introduit des gilets pour les parachutistes. Seulement, les rayures sont de la couleur du ciel, bleues », a déclaré Vassili Marguelov, qui avait par le passé servi en tant que fusilier marin. 

Un parachutiste soviétique sur la ligne de tir lors d'exercices militaires

Vassili Marguelov a réussi à faire des parachutistes une élite bien formée et solidement entraînée au sein des forces armées de l'URSS, qui remportait invariablement des prix dans toutes les compétitions sportives de l'armée. L’aura de ce type de troupes a grandi de façon constante et les jeunes rêvaient de servir dans les « troupes de l'oncle Vassia », comme l'abréviation du nom des forces aéroportées (« VDV ») était alors déchiffrée avec humour.

Vassili Marguelov

Pourquoi les parachutistes russes sont-ils parmi les meilleurs au monde ? Trouvez la réponse dans cette publication.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies