Des photos uniques de l'URSS des années 1950 prises en cachette par un militaire américain

Kira Lisitskaïa (Photo: Culture Club/Getty Images)
Le major Martin Manhoff, qui a photographié en secret l'un des événements clés de l'ère soviétique, a finalement été expulsé du pays pour espionnage.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

En 2014, une vieille dame de la ville de Kirkland, à quelques kilomètres à l'est de Seattle, est décédée, léguant ses biens à un ami de la famille, car elle et son mari, décédé en 2005, n'avaient pas eu d'enfants. En parcourant les effets personnels du couple, l'exécutrice testamentaire est tombée sur une chose pour laquelle elle avait besoin d'aide, et a contacté l'historien et écrivain Douglas Smith.

Lorsque cet expert de l’histoire de la Russie, est arrivé chez le défunt, il a fait une découverte extraordinaire : une pile de cartouches en métal contenant du film de 16 mm.

« J'en ai pris une et j'ai été abasourdi par ce que j'ai vu griffé au crayon : Funérailles de Staline. J'ai continué à fouiller dans les boîtes. J'en ai trouvé une pleine de diapositives. J'ai sorti une des diapositives et je l'ai tenue à la lumière. C'était une scène de rue de Moscou, clairement des années 50, avec des couleurs brillantes. J'ai posé les boîtiers sur le sol : il y avait des milliers de diapositives. Je ne pouvais pas en croire mes yeux. J'ai dit à l'exécutrice que Martin avait laissé quelque chose de très spécial et elle m'a demandé de prendre tout ce que je voulais en essayant de mettre tout cela en lieu sûr », a déclaré Smith par la suite.

Et ce fut le cas, comme il s'est avéré. L'ensemble des archives, contenant un aperçu unique de la vie soviétique dans les années 1950, a été publié par Radio Free Europe/Radio Liberty, tout comme l'histoire de son auteur, le major de l'armée américaine Martin Manhoff.

>>> En images: ce compte Instagram qui montre l'évolution de Moscou à travers le temps

Manhoff, né en 1917, était diplômé de l'Université de Washington. Il a rejoint l'armée américaine après avoir obtenu son diplôme et a combattu en Europe pendant la Seconde Guerre mondiale. Après la guerre, il est retourné aux États-Unis et a épousé une femme nommée Jeannette Kozicki en 1950.

Peu de temps après, en 1952, le couple a déménagé en Union soviétique, où Manhoff a reçu un poste d'attaché militaire adjoint à l'ambassade des États-Unis. Équipé de bons outils photographiques et possédant un talent artistique, Manhoff a pris des photos uniques de ce qui était l'un des pays les plus isolés du monde au début de la guerre froide.

Le grand moment pour Manhoff est survenu le 9 mars 1953, lorsqu’il a réalisé ses clichés les plus précieux à partir d'une fenêtre de l'ambassade des États-Unis - qui était alors située rue Mokhovaïa, en plein cœur de Moscou.

S’étant retrouvé au bon endroit au bon moment, Manhoff bénéficiait d’une perspective unique pour immortaliser l'un des événements les plus importants à l’échelle mondiale à l'époque - les funérailles du dirigeant soviétique Joseph Staline.

Avant que les archives de Manhoff ne soient découvertes, il n’y avait aucune séquence indépendante des funérailles de Staline et le seul support visuel disponible était constitué de documents approuvés par l’État soviétique.

Les photographies réalisées par le major de l'armée américaine ont donc fourni un aperçu unique et indépendant de l'un des événements clés de l'histoire soviétique.

Les clichés de Manhoff montrent comment des centaines de soldats escortent le cercueil de Staline jusqu'à la place Rouge, où son corps a ensuite été inhumé à côté de celui de Lénine.

« Une scène que Manhoff a capturée de son point de vue avantageux - à l’époque l’ambassade des États-Unis - montre des foules qui traversent la place du Manège, à proximité, alors que des centaines de personnes se précipitent au pied de Kremliovski Proezd, la courte pente menant à la place Rouge. D'autres images montrent des soldats qui montent la garde sur Kremliovski Proezd sautillant sur place et se serrant les bras pour tenter de rester au chaud par une froide journée de mars, ce qui est invisible dans les clichés officiels », a écrit RFE/RL, éditeur des archives de Manhoff, qui a obtenu un accès exclusif aux films grâce à l'historien Douglas Smith.

Outre les funérailles du dictateur, Manhoff - voyageur et photographe passionné - a pris des photos de la vie quotidienne en URSS dans les endroits qu'il a visités pendant son séjour dans le pays.

Manhoff a capturé la reconstruction effrénée d'après-guerre à Moscou, les marchés de Crimée, des citoyens soviétiques vaquant à leurs tâches quotidiennes et la campagne soviétique depuis un train lors d'un voyage.

>>> Comment le décès de Staline a fait des dizaines de morts en URSS

Bien que les clichés de Manhoff aient très certainement été utilisés à des fins d’espionnage – car fournissant un « aperçu des vastes changements en cours en URSS à la suite de la dévastation de la Seconde Guerre mondiale et de l'approfondissement de la guerre froide » – ils avaient également une qualité artistique sans précédent. Le major Manhoff avait l'œil d'un grand photographe.

L'obsession de Manhoff pour les photographies de la vie en URSS a brutalement pris fin, lorsqu'il a été expulsé du pays pour espionnage en 1954.

L'espion présumé a réussi à faire passer en contrebande son travail de deux ans, qui n'a été largement diffusé qu'après sa numérisation et sa publication en mars 2017, suscitant un énorme intérêt tant chez les Russes que chez les Américains.

Dans cette publication découvrez comment Moscou a rasé un quartier entier à l’occasion de la visite du président Nixon.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies