Les derniers jours des tsars russes: Ivan le Terrible, Alexis Ier et Pierre le Grand

Ivan le Terrible et les ombres de ses victimes

Ivan le Terrible et les ombres de ses victimes

Mikhaïl Klodt/Musée régional des beaux-arts de Stavropol
Dans le présent article, nous vous racontons comment les tsars les plus importants de Russie ont quitté ce monde.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Ivan le Terrible

Ivan le Terrible montre son trésor à Jerome Horsey, ambassadeur de la reine Élisabeth Ire d'Angleterre

Le 18 mars 1584, le dernier jour de la vie d’Ivan le Terrible, le diplomate anglais à la cour russe Sir Jerome Horsey a vu le tsar dans sa trésorerie. Entouré par ses courtisans, le souverain parla de la qualité des pierres précieuses y étant conservées : « Ce beau corail et cette belle turquoise que vous voyez, prenez les dans votre main, leurs couleurs orientales sont naturelles, mettez-les sur ma main et mon bras. Je suis empoisonné par une maladie, vous voyez qu’ils montrent leur vertu en changeant leur couleur pure vers le pâle, ceci déclare ma mort ».

Horsey raconte également que le jour de sa mort, Ivan envoya son favori Bogdan Belski chez les magiciens et sorcières de la région de Sapmi qu’Ivan gardait à Moscou, pour qu’ils lui prédisent l’avenir. Les sorcières prédirent qu’Ivan allait mourir ce jour-là, le 18 mars. Lorsque Belski leur dit que le tsar était en bonne santé et de bonne humeur, les sorcières répondirent : « Monsieur, ne soyez pas si courroucé. Vous savez que le jour est venu et qu’il se termine avec le coucher du soleil ».

Ce soir-là, Ivan prit son bain et les servants l’entendirent chanter des chansons joyeuses comme à son habitude. Après le bain, il fut amené dans sa chambre, où il s’assit sur son lit et demanda à voir Rodion Birkine, l’un de ces favoris, pour jouer aux échecs avec lui. Beaucoup de personnes étaient présentes dans la chambre pour assister à la partie, y compris Belski et le futur tsar Boris Godounov. Pendant qu’ils jouaient aux échecs, le tsar Ivan s’évanouit soudainement et s’écroula sur le dos. Ses médecins furent appelés et le déclarèrent mort sur place.

Mort d'Ivan le Terrible

>>> Alexandre Ier a-t-il tout quitté pour vivre seul au fin fond de la Sibérie?

Dans les siècles suivants, il y a eu beaucoup de spéculations sur l’éventuel empoisonnement d’Ivan. Cependant, l’historien Boris Floria constate que c’est peu probable. Le tsar est décédé en présence d’un grand nombre de personnes et il aurait été impossible de l’empoisonner juste avant sa mort. De plus, s’il y avait eu des accusations d’empoisonnement juste après sa mort, les médecins du tsar auraient sûrement été jugés – or, nous savons que les médecins d’Ivan ont quitté librement Moscou peu après son décès.

Alexis Ier

Le tsar Alexis Mikhaïlovitch a apparemment souffert toute sa vie d’hypertension artérielle. Au XVIIe siècle, il était normal pour un homme russe d’être en surpoids. Cela était considéré comme beau, signe de richesse et de pouvoir.

Les archives disent qu’Alexis mangeait modérément et ne buvait pas beaucoup de vin. Néanmoins, il s’agissait peut-être seulement de documents officiels, puisqu’en 1660, lorsque le tsar avait la quarantaine, son obésité était devenue un problème.

Alexis Ier de Russie

En 1665, Alexis demanda à son médecin, Samuel Collins, comment il pouvait perdre du poids. Collins lui proposa un régime strict – pas de dîner, seulement de la volaille comme viande, pas de porc du tout… Ces recommandations suggèrent que le tsar mangeait beaucoup en réalité.

Le tsar avait également souvent recours aux saignées. Il existe de nombreux témoignages montrant qu’il se laissait ouvrir les vaisseaux sanguins et demandait à ses boyards de faire de même. Comme nous le savons, cette pratique était très populaire pour traiter l’hypertension. Avec l’âge, le tsar se faisait de plus en plus de saignées. Aussi, dans les années 1670, il emportait avec lui un grand coffret d’herbes médicales dans tous ses voyages, qu’il s’agisse de campagnes militaires ou de pèlerinages vers les monastères. Cependant, ses voyages devinrent de moins en moins fréquents, apparemment en raison de l’aggravation de son état de santé.

>>> Les troubles psychologiques des tsars russes

Alexis tomba malade en janvier 1676. Au début, il attrapa un rhume et eut de la fièvre. Au lieu de se soigner par les remèdes habituels proposés par ses médecins, le tsar essaya de baisser sa fièvre en se mettant de la glace pilée sur le ventre. Il ordonna également qu’on lui apporte du kvas glacé (une boisson légèrement alcoolisée à base de pain noir fermenté). Le kvas devait être apporté dans une « corne de licorne » – une coupe fabriquée à partir d’une défense de narval, dont les bords étaient en argent. Le tsar voulait que le kvas soit si froid que des morceaux de glace flottaient à sa surface et rebondissaient contre les bords argenté de la corne.

Après une semaine d’un tel traitement, l’état du tsar devint désespéré. Le 29 janvier, il trouva la force de bénir son fils Fiodor et d’ordonner une vaste amnistie. Il mourra aux premières heures du 30 janvier 1676.

Pierre le Grand

L'exploit de Pierre le Grand pendant une tempête

Pierre le Grand a été à la fois le dernier souverain du Tsarat de Moscou et le fondateur de l’Empire russe. Nous avons déjà noté que Pierre prépara sa propre cérémonie d’enterrement bien avant son décès, il voulait complètement changer la procédure d’enterrement des tsars russes. Cependant, sa mort fut trop soudaine.

Au moins huit ans avant son décès, le tsar Pierre a commencé à souffrir d’une maladie rénale ou urinaire. Cela n’est pas surprenant, au vu de son mode de vie – il buvait quotidiennement de la vodka avec ses repas et d’abondantes quantités d’alcool pendant les festins et fêtes. Il mangeait beaucoup, ce qui était naturel considérant sa taille, et passait beaucoup de temps à cheval, ce qui a possiblement causé ses hémorroïdes et des varices.

Vers la fin de 1710, Pierre visitait régulièrement les sources minérales en Europe, ce qui soulageait ses douleurs rénales, mais dès qu’ils se sentait mieux, le tsar reprenait son style de vie effréné.

>>> Comment étaient enterrés les tsars avant Pierre le Grand?

Sa maladie s’est aggravée en novembre 1724. En janvier 1725, après l’avoir surmontée, Pierre commanda le régiment Preobrajensky dans une marche sur la Neva gelée, lors d’une célébration de la Théophanie. Après cela, Pierre tomba malade avec une fièvre mais se rétablit rapidement. Il revint pour la fête du Nouvel An, pendant laquelle il but de l’alcool avec ses courtisans dans de nombreuses maisons autour de Saint-Pétersbourg.

Mort de Pierre le Grand

Le 16 janvier, l’état du tsar s’aggrava. Il tomba de nouveau malade et eut de la fièvre ainsi qu’une pression artérielle élevée. À ce moment-là s’était développée chez Pierre une grave infection des voies urinaires et les médecins eurent à inciser sa vessie pour extraire le pus. Dans les jours suivants, le tsar subit une crise cardiaque, qui provoqua chez lui une paralysie partielle et une incapacité de parler – c’est pourquoi le tsar n’a pu décider qui lui succéderait sur le trône. Il mourut en ayant des grandes douleurs, le matin du 28 janvier 1725 à l’âge de 52 ans, au Palais d’Hiver de Saint-Pétersbourg.

Dans cet autre article, nous vous relations les derniers jours des Romanov avant leur assassinat par les bolcheviks. 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies