Les troubles psychologiques des tsars russes

Victor Vasnetsov, Domaine public
Ivan le Terrible, qui a tué son fils, était-il vraiment fou? Pierre le Grand a-t-il souffert d'épisodes psychotiques? Paul Ier était-il mentalement attardé ? Russia Beyond a mené l’enquête...

Il est toujours difficile de déterminer à titre posthume si une personne souffrait d’un trouble mental ou psychologique. Nous ne pouvons donc que formuler des suppositions éclairées à partir de sources historiques. N'oublions pas non plus que, tout au long de l'histoire, des gens avaient des motifs inavoués de vouloir dénigrer les dirigeants russes en les traitant de fous et d’attardés.

Ivan le Terrible

Certes, Ivan avait un tempérament explosif, un sens de l'humour cynique et était très cruel avec ses ennemis. Très probablement, il a tué son fils, Ivan, avec l’aide de ses subalternes. Mais des sources historiques montrent que ce n’était pas son intention, car malheureusement, à cette époque, il était de coutume pour un père russe de frapper son fils autant de fois et aussi fort qu’il le voulait pour éduquer l’enfant. Entre-temps, d'autres sources suggèrent également que l'histoire du meurtre est une fiction et qu'Ivan est décédé des suites d'une maladie.

Beaucoup d'historiens affirment qu'Ivan était un homme sanguinaire, citant le grand nombre de personnes exécutées, réprimées et assassinées durant son règne. Dans le même temps, la plupart des tsars et des rois ont dû s'engager dans des luttes de pouvoir acharnées et sans pitié, notamment Ivan, qui a fait du Grand-Duché de Moscou un royaume, en élargissant son territoire et en fondant les institutions juridiques et gouvernementales de la Russie médiévale ; dans le même temps, il a écrasé la puissante opposition des boyards au moyen de sa milice privée l’opritchnina. L’épisode fut très sanglant.

Lire aussi : Combien de sang russe dans les veines des Romanov?

Des légendes affirment qu'Ivan a tué ou empoisonné plusieurs de ses épouses, mais elles sont complètement absurdes. Ivan a eu quatre femmes et seule la dernière lui a survécu. Les trois premières ont été empoisonnées, comme l'ont montré par la suite des exhumations. Il est important de comprendre le contexte historique : les parents de la femme du tsar occupaient généralement des postes importants à la cour ; les familles aristocratiques rivalisaient donc pour que leurs femmes soient proches du tsar, mais seulement après le retrait de la femme précédente. Compte tenu de la crise politique à la cour, ces morts ne sont que de tristes signes de l'époque et n'ont pas été infligées par la main d’un tsar « fou ».

De son côté, Ivan était l’une des personnes les plus instruites de son époque. Il avait une mémoire incroyable et maîtrisait les textes orthodoxes chrétiens. Il écrivit de nombreuses lettres et discours officiels, fonda une école de musique et un lycée à Moscou.

L'impression de livres a commencé en Russie sous son règne. Ivan était certainement vindicatif, et il n’a ni oublié comment les boyards l’avaient frappé et giflé quand il était petit, ni comment ils détestaient et harcelaient sa mère. Son enfance fut troublée, et en partie la raison de son comportement insensé.

La traduction de son surnom, « Terrible », diffère légèrement du mot russe – Grozny -, qui signifie « menaçant, puissant » - et pas nécessairement dans un sens péjoratif. Ce surnom lui a été donné après la prise de Kazan et la victoire sur le terrible Khanat de Kazan. Il s’agit donc d’un nom donné pour des prouesses militaires et non en raison d’un comportement colérique.

Pierre le Grand

À l'âge de 10 ans, Pierre a été traumatisé lorsque les streltsi, la garde royale, ont tué ses oncles et ses proches lors d'un soulèvement. À partir de ce moment-là, des crises d'épilepsie l’ont accompagné toute sa vie. Juel Just, envoyé danois en Russie, a décrit ces crises : « Son visage était pâle, déformé et laid. Il faisait des grimaces et était pris de convulsions… Il tournait la tête, roulait des yeux, remuait les bras et les épaules… Cela arrive souvent, comme quand il est en colère, reçoit une mauvaise nouvelle, est bouleversé ou plongé dans ses pensées ».

Lire aussi : Le soulèvement de Pougatchev: cinq questions sur la plus grande rébellion de l’histoire russe

L'épilepsie provoque des convulsions, mais cette maladie entraîne également une détérioration de la mémoire et de l'intellect – toutefois, Pierre est resté sain d'esprit et intelligent jusqu'à la fin de sa vie. Mais il était si menaçant que même son fils Alexeï a préféré se tirer une balle dans la main plutôt que de passer un interrogatoire devant son père. En revanche, la cruauté de Pierre était sans limite : son fils a été soumis trois fois à la torture et jugé à plusieurs reprises pour trahison d'État. Pierre a personnellement approuvé le fait qu’il soit torturé à mort. Il a été exceptionnellement cruel envers sa première femme. Il a également emprisonné ses sœurs dans un monastère et tué plusieurs personnes, dont Frederick William, duc de Courlande, mari de sa nièce.

Certains médecins prétendent que les crises ont été provoquées par la commotion cérébrale vécue par Pierre au cours de sa jeunesse alors qu'il s'entraînait avec son « armée de jouets », lorsqu'une véritable grenade a explosé à côté de lui. Quoi qu'il en soit, ses capacités intellectuelles et son rythme de travail (il écrivait des lettres même à cheval), ainsi que ses nombreuses inventions et réformes de l'État, montrent que c’était un homme exceptionnellement intelligent, qui, malheureusement, avait un caractère furieux et débridé.

Paul Ier

Pour Paul, fils de Pierre III et de Catherine II, l’épisode traumatique s'est passé dans l’enfance, lorsqu'il a appris que sa mère était impliquée dans le meurtre de son père. Paul a raconté plus tard que lui-même avait vu un fantôme de Pierre le Grand qui lui avait prédit une mort violente. Frantz Epinus, l’un des précepteurs de Paul, a écrit : « Sa tête est intelligente, mais il semble y avoir un gadget à l’intérieur, attaché à une ficelle - si la ficelle se déchire, le gadget tombera et c’est la fin de son intelligence et de sa santé mentale ».

Les contemporains se moquaient des préférences vestimentaires de Paul : il interdisait les tuniques, fixait des règles strictes pour les couleurs et la longueur des vêtements, et interdisait la valse. Des détails comme ceux-là ont été utilisées pour le décrire comme un fou, mais Pierre le Grand en avait fait de même un siècle plus tôt.

Paul avait également de violentes crises, mais, comme le rappelait sa maîtresse, Ekaterina Nelidova : « Elles ne duraient que peu de temps (...) Je ne perdais pas ma contenance, je le regardais dans les yeux et il s’excusait toujours ».

Mais pourquoi quelqu'un a-t-il eu besoin de diffamer Paul et de répandre des commérages désobligeants à son sujet ? Les historiens pensent que tout était lié à la façon dont il traitait la noblesse ; contrairement à sa mère, qui a libéré les nobles du service public obligatoire, Paul a voulu qu’ils servent à nouveau. Il a lancé des réformes du Sénat et de nombreuses autres institutions, en introduisant l'idée de ministères en Russie. Il était très sévère avec les aristocrates qui ne voulaient pas servir l’État. En même temps, il était très nerveux, anxieux et colérique, et apparemment incapable de se contrôler.

Pour savoir pourquoi l'impératrice Catherine II a été surnommée « la Grande », suivez ce lien

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies