Pourquoi une île du pays des Soviets portait-elle le nom de leur ennemi juré?

Domaine public; Russia Beyond
Pour le gouvernement soviétique, une petite île inhabitée de l'océan Arctique s’est transformée en un véritable casse-tête.

Russia Beyond désormais sur Telegram! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Il est difficile d'imaginer que, dans quelque pays que soit, des rues, des parcs, des places ou des sites géographiques portent le nom d’ennemis de l'État. Néanmoins, pendant 15 ans, l'une des îles de l'URSS a porté le nom d'un homme que le régime soviétique considérait autrefois comme le pire de ses adversaires.

Une île inhabitée en mer de Kara, dans l'océan Arctique, a été découverte par une expédition polaire russe organisée par l'Académie impériale des sciences en 1901. Il a été décidé de nommer son extrémité nord « cap Koltchak » en l'honneur de l'un des membres de l'expédition - le jeune scientifique et hydrographe Alexandre Koltchak. Sept ans plus tard, toute l'île porterait officiellement son nom.

Membres de l'expédition polaire russe de l'Académie impériale des sciences

Ennemi N°1

Au cours des années suivantes, Alexandre Koltchak a quitté le monde de la science pour se consacrer entièrement aux affaires maritimes. Pendant la Première Guerre mondiale, il s’est hissé jusqu’au grade de commandant de la flotte de la mer Noire.

>>> Ces officiers tsaristes ayant presque réussi à stopper les bolcheviks

La Révolution de 1917 et le déclenchement de la guerre civile dans le pays ont failli propulser Alexandre Koltchak au sommet du pouvoir. Il est non seulement devenu l'un des dirigeants du mouvement antibolchevique blanc, mais il a également été reconnu par les forces d'opposition au régime soviétique comme le souverain suprême de la Russie.

Alexandre Koltchak

Au printemps 1919, les armées blanches de l'amiral Koltchak ont lancé une offensive à grande échelle de la Sibérie vers Moscou, remportant un certain nombre de victoires majeures et occupant de vastes territoires abritant une population de plus de cinq millions de personnes. Cela a suscité de vives inquiétudes chez les dirigeants bolcheviks.

Lénine a décrété l'amiral principal ennemi de la République soviétique. « Nous devons concentrer toutes nos forces, déployer l’énergie révolutionnaire, et Koltchak sera rapidement vaincu. La Volga, l'Oural, la Sibérie peuvent et doivent être protégés et reconquis », a écrit le chef de la révolution russe. 

Alexandre Koltchak pendant la guerre civile russe

>>> Où est l'or impérial russe? Un siècle de recherches infatigables

À la suite de la contre-offensive de l'Armée rouge, les troupes de la Garde blanche ont commencé à reculer rapidement vers la Sibérie. Le dirigeant suprême lui-même est tombé entre les mains de ses adversaires et a été exécuté le 7 février 1920.

Île Koltchak

La guerre civile terminée, les noms des dirigeants du mouvement blanc vaincu, y compris celui de l'amiral Koltchak, ont été relégués aux oubliettes en URSS. Le pays a en outre essayé de passer sous silence les réalisations d'Alexandre Koltchak en tant que scientifique.

Île Koltchak

Cependant, les années sont passées et l'île, nommée en l’honneur du principal ennemi des bolcheviks, conservait son nom et figurait sur les cartes soviétiques. Ce n'est qu'en 1937 que les autorités en ont pris conscience et l'ont renommée à la hâte en l'honneur d'un autre membre de l'expédition polaire russe de 1901 - le brigadier du régiment cosaque de Iakoutie Stepan Rastorgouïev.

>>> Comment d’intrépides explorateurs russes ont battu les Britanniques dans la course à l'Antarctique

Dans leur hâte, les responsables n'ont pas tenu compte du fait qu'à cette époque, il y avait déjà une île Rastorgouïev en mer de Kara. La confusion entre les deux îles du même nom a persisté jusqu'en 2005, date à laquelle il a été décidé de rendre à l'une d'elles son nom historique.

Dans cette publication découvrez comment des femmes soviétiques ont atteint le pôle Sud à ski.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies