Plus d’un demi-siècle de vie en URSS dans les photos de Vsevolod Tarassevitch

Vsevolod Tarassevitch/МАММ/МDF
Au cours de sa longue vie professionnelle, le classique de la photo soviétique a immortalisé sur ses pellicules toutes les facettes de la vie sous l’URSS: les horreurs de la guerre, la joie de la vie sous un ciel paisible, les nouvelles professions, les enfants, les projets de construction, etc.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Il est difficile d’imaginer un thème ou une époque de l’ère soviétique non traité dans l’œuvre de Vsevolod Tarassevitch (1919-1998).

Il réalisait des reportages aux quatre coins du pays et des portraits de personnes simples, des miniers aux kolkhoziens. Certes, ses photos reflétaient principalement ce que la propagande soviétique voulait voir dans les journaux, mais dans l’immense héritage qu’il a laissé, l’on trouve beaucoup de témoignages de la vie réelle.

Seconde Guerre mondiale

À peine âgé de 20 ans, le photographe s’est retrouvé à l’avant du front en tant que correspondant de l’agence d’informations TASS. Tranchées, combats – ses photos frappent par la vivacité des émotions. Parmi ses œuvres les plus célèbres, de l’époque il convient de citer celles prises dans le Leningrad assiégé. La censure ne permettait pas de rendre publiques les vraies horreurs de la guerre et du blocus, mais il ne pouvait s’empêcher d’immortaliser ce qui se passait dans la ville. Il a en outre été l’un des premiers à prendre en photos les anciens palais impériaux détruits ou endommagés par les nazis.

Les soldats du front de Leningrad dans les tranchées avant le début d’une avancée, le 1er septembre 1941
Une fillette dans une usine de munitions à Leningrad, 1942
Des combattants de la division du colonel Chtcheglov mènent un combat près de Gatchina, dans la région de Leningrad, janvier 1944.
Les habitants de Leningrad assiégé déblaient la neige, 1942
Les habitants de la ville de Leningrad remplissent leurs seaux depuis une conduite endommagée par une journée glaciale, janvier 1942.
« La guerre est arrivée à Leningrad ». Pilonnage de la rue Dostoïevski, 1941
« La Route de la vie », des chevaux transportent du grain sur le lac Ladoga, région de Leningrad, décembre 1941.

Les années d’après-guerre

Les photos prises pendant les années d’après-guerre frappent pas leur contraste avec celles de la série précédente. On y voit des sourires, des personnes joyeuses et de simples plaisirs d’une vie paisible...

Un pionnier, années 1950
Sur une patinoire, années 1950
Le défilé du 1er mai sur la place Rouge, 1954
Une représentante de la jeunesse communiste (Komsomol)
L’écrivain pour enfants Korneï Tchoukovski avec ses jeunes lecteurs, 1957

Fierté de l’URSS

La mise en valeur des terres vierges et de nouveaux endroits en URSS était l’une des priorités des autorités soviétiques. Ainsi, Tarassevitch a beaucoup sillonné le pays, prenant en photo les représentants de différentes professions : kolkhoziens, mineurs, ouvriers en bâtiment... Un reportage à part a été dédié aux géologues, l’une des professions les plus prestigieuses à l’époque.

La kolkhozienne Jenia Alexandrova lors des récoltes
Une conductrice de moissonneuse-batteuse, 1957
Un sentier de coupe de l’Altaï, 1950-60

L’assemblage de l’exposition industrielle pansovétique à Moscou, années 1950
Construction de la centrale hydroélectrique de Kakhovka

« Néanmoins nous concevons des fusées et devançons la planète dans son ensemble »

Pendant les années 1960, Tarassevitch a activement documenté le travail des ingénieurs et des bureaux de construction, prenait en photo les universités et les laboratoires.

L’Institut des composés macromoléculaires de l'Académie des sciences de l'URSS
Montage de la chambre à bulles Mirabelle, à l’Institut de physique des hautes énergies à Protvino, région de Moscou, années 1970
Le physicien Vsevolod Balachov, de la série « Affrontement »

Publicité

Pour se rendre compte de l’envergure du diapason créatif de Tarassevitch, il suffit de voir ses photos publicitaires

Des articles pour enfants
Une silhouette féminine devant l’arc de l’état-major à Leningrad, années 1960

Scènes de vie soviétique

On le qualifie de principal romantique de la photographie d’après-guerre. Ses jeux d’ombre et de lumière, ses angles inattendus et ses compositions créent un effet d’immersion.

Des touristes à Vladimir, à 200 km de Moscou
En attendant un avion à l’aéroport de Vnoukovo
La perspective Nevski, à Leningrad
« Amitié des peuples ». Des étudiants à Moscou

Perestroïka et émergence d’un nouveau pays

Le photographe a été témoin de la perestroïka et de la chute de l’URSS et même si c’est tout un nouveau pays qu’il voyait désormais à travers son objectif, les sujets restaient les mêmes, allant des technologies complexes aux scènes de la vie quotidienne.

Une partie d’échecs, 1993
Des jeunes mariés, 1995

Dans cet autre article, nous vous présentions neuf photographes soviétiques ayant capturé l’esprit de leur temps.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies