En images: quand Moscou se transformait en Venise à cause des inondations

Domaine public
Moscou n'a pas été inondée aussi souvent que Saint-Pétersbourg, et elle n’a connu pratiquement aucune inondation grave et destructrice. Néanmoins, des photos uniques sont restées, montrant des rues pleines d'eau.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

À la mi-avril 1908, à la veille de la Pâque orthodoxe, l'une des plus grandes inondations de l'histoire – et la plus importante du XXe siècle – s'est produite à Moscou.

« La crue de la rivière Moskova, qui est survenue extrêmement tard cette année, a pris des proportions monstrueuses, dépassant toutes les attentes... Cinq secteurs de la rive droite de la Moskova ont été particulièrement touchées : le deuxième secteur Khamovnitcheski (Dorogomilovo), les deux secteurs Piatnitskaïa et les deux secteurs Iakimanskaïa. Les inondations de cette année ont couvert au total 1/5 de la ville », peut-on lire dans le rapport de la municipalité.

Le journal Birjevyé Vedomosti a écrit : « Jusqu'à présent, bien sûr, il est difficile de calculer les pertes. Durant les fêtes, l’on s’en est peu soucié. Pour l’instant, nous savons seulement que plus de 1 500 bâtiments ont été touchés par l'inondation et qu'une zone d'environ 4 millions de sagènes carrés [près de 2 000 hectares] a été inondée dans le district Zamoskvoretchié [la zone au sud de la rivière, où se situent les secteurs sus-cités] ». Plus tard, l’on apprendra qu'environ 25 000 édifices avaient été concernés et que la zone inondée s'étendait sur 16 km².

Le journal Rousskoïé slovo a même quelque peu romancé l'inondation : « À chaque instant, il y avait des bateaux avec des passagers revenant des églises avec des bougies allumées. Tout comme sur le Grand Canal de Venise. Seulement, il n'y avait pas de sérénades ». Les bateliers prenaient les gens qui ne pouvaient s’y rendre seuls et devenaient des personnages de cartes postales.

« L'image de la rivière entre les ponts Moskvoretski et Kamenny était particulièrement belle. D'un côté, les remparts du kremlin, éclairés par les lumières électriques des deux ponts, se noyaient dans l'eau, de l'autre, les belles bâtisses et les manoirs du quai Sainte-Sophie s'y reflétaient », a également décrit Rousskoïé slovo.

Lire aussi : Sept choses à savoir sur Mologa, l'Atlantide russe du XXe siècle

Les riches commerçants ont immédiatement créé un fonds d'aide aux victimes et, très vite, ils ont organisé la collecte d'argent. En ces jours de fête, la population a volontiers fait don d'argent – de plus, de nombreuses personnes se rassemblaient pour les services religieux dans les lieux de culte, permettant ainsi à l'argent d’être rapidement collecté.

Une autre carte postale commémorative, publiée après l'inondation, représentait les habitants de la ruelle Ouchakovski (dans l'actuel district de Khamovniki). Ils sont montés sur le toit pendant l'inondation et ont fêté Pâques sur place.

Des témoins ont également déclaré que l'eau de la Moskova est devenue jaune – la crue a en effet inondé une usine chimique, et de grandes quantités de peinture se sont dissoutes dans la rivière. Les fondations de certaines maisons sont d’ailleurs restées jaunes lorsque l'eau s'est retirée.

Plus de 100 kilomètres de rues ont été inondés – cette photo montre l’un des axes du district Zamoskvoretchié à Moscou. Les pertes dues aux inondations ont été énormes – par exemple, la sucrerie Guepner a durement souffert. En conséquence, plus de 5 000 tonnes de sucre se sont retrouvées dans les eaux de la rivière.

À certains endroits, l'eau a monté de plus de 9 mètres. Vorobiovy Gory (le Mont aux moineaux), un lieu de promenade populaire, a également été inondé – on peut ici voir que les maisons en bois sont submergées jusqu'au toit. La photo a été prise depuis les environs du couvent de Novodievitchi.

Les rues du quartier de Iakimanka, près du kremlin, se sont retrouvées au cœur du phénomène. La galerie Tretiakov, toute proche, a cependant été miraculeusement sauvée par un mur de briques érigé autour.

« Le premier jour de Pâques, Moscou a été plongée dans l'obscurité. La centrale électrique a été inondée, et ce n'est que le deuxième jour des fêtes que l’on a réussi à transférer un câble de la station de la ville et à éclairer la rue Tverskaïa et trois théâtres : le Korcha, l’Internatsionalny et le Novy, et les représentations du matin du deuxième jour ne se sont pas tenues », a écrit Rousskoïé slovo.

Une carte postale avec une vue de la rue Bolchaïa Dorogomilovskaïa est même sortie dans la série « Moscou historique. Histoires de la vie moscovite ».

Dans cet autre article, découvrez des photographies de l’inondation dévastatrice de 1924 à Saint-Pétersbourg.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies