Pourquoi un sommet URSS-USA a-t-il été organisé au milieu de nulle part en pleine guerre froide?

Panneaux le long de l'autoroute durant le sommet de Glassboro

Panneaux le long de l'autoroute durant le sommet de Glassboro

Getty Images
Glassboro, dans le New Jersey, n’évoque probablement pas grand-chose, même pour les experts chevronnés en relations internationales. Pourtant, durant l’été 1967, cette petite ville de 10 000 habitants a été la capitale du monde pendant trois jours, lorsque le président américain Lyndon B. Johnson a rencontré le premier ministre soviétique Alexeï Kossyguine.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Si l'été 1967 n'a pas été la période la plus tendue de la guerre froide – comme lors de la crise des missiles de Cuba en 1962 ou de l’intervention soviétique en Afghanistan de 1979 – cette année-là n'a pas non plus été simple en matière de relations entre les États-Unis et l'Union soviétique.

Les États-Unis étaient enlisés dans une guerre brutale contre le Nord-Vietnam, un allié crucial de Moscou en Asie. En outre, une guerre civile avait débuté au Nigeria et les troubles au Moyen-Orient menaçaient d'entraîner les superpuissances dans une confrontation directe.

Dans cette atmosphère de plus en plus hostile, à la dernière minute et à la surprise de presque tout le monde, les dirigeants américains et soviétiques ont décidé de se rencontrer. Le premier ministre soviétique Alexeï Kossyguine devait en réalité de toute façon se rendre aux États-Unis pour s'adresser aux Nations unies le 19 juin.

Le président Lyndon B. Johnson devant bientôt être réélu (en 1968), un certain succès en matière de politique étrangère aurait en outre été le bienvenu. À noter qu’il était arrivé au pouvoir en novembre 1963 après l’assassinat du président John F. Kennedy à Dallas par Lee Harvey Oswald, qui avait vécu plusieurs années en URSS.

Ainsi, après la session de l'ONU, du 23 au 25 juin, les deux dirigeants se sont rencontrés au Glassboro State College pour discuter des problèmes les plus urgents qui menaçaient la paix mondiale. Si vous n'avez jamais entendu parler de ce lieu, vous n'êtes pas seul. La petite ville de Glassboro se trouve au milieu de nulle part, dans le Sud du New Jersey, à mi-chemin entre New York et Washington D.C.

Lire aussi : L’interprète soviétique qui a conquis la confiance des dirigeants américains

Pourquoi Glassboro ?

Johnson (à droite) et Kossyguine (à gauche)

Voici l'histoire – Kossyguine ne voulait pas se rendre à Washington, D.C., et Johnson ne voulait pas se rencontrer à New York, craignant des protestations contre la guerre du Vietnam. Glassboro, relativement isolée, à mi-chemin entre ces deux grandes villes, a donc été considérée comme le meilleur compromis.

« C'était le premier sommet des superpuissances dans une communauté ordinaire, plutôt qu'à Camp David ou à la Maison Blanche », a déclaré le professeur d'études soviétiques James Heinzen, qui enseigne aujourd'hui à l'Université de Rowan, successeur du Glassboro College, qui était en 1967 une école publique d'enseignants de cette ville d'environ 10 000 habitants.

Foule accueillant les deux leaders à Glassboro

L’établissement et la ville ont eu 16 heures pour préparer le sommet et Hollybush, un manoir du XIXe siècle qui abritait le président du Glassboro College, a dû être modernisé pour accueillir les deux dirigeants – 12 petits climatiseurs ont été installés, ainsi que 16 téléphones. Pendant ce temps, le cinéma local a projeté la comédie Les Russes arrivent.

« Des centaines d'officiers des services secrets et de soldats de l'État ont envahi le campus et ont vérifié chaque pièce de chaque bâtiment. Des snipers ont pris position sur tous les toits, a déclaré le professeur Heinzen. Comme le sommet avait été organisé avec seulement 16 heures de préavis, les étudiants et le personnel ont été pris par surprise lorsque des hommes armés les ont approchés pour leur demander de s'identifier ».

Lire aussi : Comment un fermier américain est-il devenu l’ami intime de Khrouchtchev?

L'esprit de Glassboro

En trois jours, Johnson et Kossyguine se sont entretenus durant près de dix heures dans la petite bibliothèque de Hollybush. Parmi les sujets abordés, figuraient la guerre arabo-israélienne des Six Jours, qui avait eu lieu quelques semaines auparavant, ainsi que la course aux armements nucléaires et la guerre du Vietnam.

Bien qu'aucun accord majeur n'ait été signé à Glassboro, Johnson a considéré le sommet comme un triomphe et a ensuite invoqué « l'esprit de Glassboro » lorsqu'il a fait référence à l'amélioration des relations avec Moscou.

Johnson et Kossyguine ont donné des conférences de presse sur les marches du manoir d'Hollybush, tandis que des milliers de personnes acclamaient dans la rue. Près de 1 000 journalistes du monde entier ont couvert le sommet, dont Dan Rather, alors correspondant de CBS à la Maison Blanche.

Le manoir de Hollybush alors et aujourd'hui

« Nous avons peut-être des différences et des difficultés devant nous, mais je pense qu'elles seront atténuées, et non accrues, par notre nouvelle connaissance de l'autre », a affirmé Johnson, notant un « esprit d'échanges directs, en face à face, entre des dirigeants ayant de très lourdes responsabilités ».

Johnson a montré des photos de son nouveau petit-fils à Kossyguine, qui était lui aussi depuis peu grand-père, et ce dernier a à son tour montré à son homologue sa fierté et sa joie.

« Ils se sont liés par ces photos. Johnson était un Texan extraverti, tandis que Kossyguine était un apparatchik soviétique typique, au visage de pierre. Johnson voulait se lier personnellement à Kossyguine avec l'idée que cela rendrait leurs conversations sur des questions très complexes plus productives », a expliqué le professeur Heinzen.

« Les nouveaux accords ne sont pas toujours conclus en une seule conversation, a assuré Johnson aux médias le 25 juin, à la fin des pourparlers. Nous avons approfondi plus qu'auparavant un certain nombre des nombreuses questions auxquelles font face nos deux pays ».

Cependant, un peu plus d'un an plus tard, les Soviétiques ont envahi la Tchécoslovaquie, ruinant ainsi ce bon esprit.

Néanmoins, cet esprit a survécu, ne serait-ce qu'un peu, et près de 20 ans après, le président Ronald Reagan a invoqué le sommet de Glassboro et « l'esprit de Hollybush » en parlant de ses négociations réussies avec le dirigeant soviétique Mikhaïl Gorbatchev.

Dans cet autre article, nous vous relatons comment une fillette soviétique a rencontré Reagan et a aidé à mettre fin à la guerre froide.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies