En images: ces produits des pays du bloc de l'Est qui avaient un succès fou en URSS

Getty Images
Des cosmétiques aux bus: en 2020, personne ne qualifierait ces choses de «produits de luxe», mais sous Khrouchtchev et Brejnev, elles étaient admirées dans toute l'Union soviétique.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

« Les meilleures choses sont importées » : selon l'historienne Elena Tverdioukova, ce stéréotype était bien ancré dans l'esprit du peuple soviétique au début des années 80. Les produits venant des pays du camp socialiste, présents dans les magasins à partir des années 50, ont provoqué l'émoi au sein de la population jusqu'à la chute de l'URSS, en 1991.

Tverdioukova explique qu'il ne s'agissait pas toujours d'une question de qualité. Bien souvent, les produits importés de Tchécoslovaquie ou de Pologne n'étaient pas mieux que ceux fabriqués en URSS. Mais ces pays « amis » savaient au moins rendre leurs produits attirants : « Les biens de consommation étrangers, aux couleurs vives et aux designs attrayants, étaient instantanément vendus ». À une époque où le commerce avec les capitalistes était réduit au minimum, ce sont les produits d'Europe de l'Est qui étaient le summum de la beauté et de la classe pour les consommateurs.

Nous avons dressé une liste des produits, des bus aux cosmétiques, que l'URSS importait des pays du bloc de l'Est.

Bulgarie

Cigarettes «Solntse», «Chipka» et «Opale»

« Pourquoi tu as besoin du Soleil (Solntse) si tu fumes des Chipka ? », demandait Joseph Brodski dans l'un de ses poèmes les plus connus, Ne quitte pas la pièce. Il s'agit d'un jeu de mot : « Solntse », tout comme « Chipka », sont simplement des marques de cigarettes bulgares.

Jeans «Rila»

Au sein de la jeunesse soviétique, la demande pour les jeans, symbole à moitié interdit du capitalisme, était grande. Mais peu de gens pouvaient se procurer de vrais Levis ou Wrangler américains (c'était possible seulement auprès des fartsovchtchiks, c'est-à-dire des revendeurs illégaux de biens étrangers, ou bien au marché noir pour des sommes mirobolantes), la majorité devait donc se contenter des jeans bulgares.

>>> À quoi ressemblait la vie quotidienne en URSS?

Brandy Slantchev Briag

Aujourd'hui, le goût de cette boisson est comparable à celui de la gnôle (qui n'est pas toujours mauvaise, mais ne fait pas partie des meilleurs alcools), cependant, en URSS, on considérait ce brandy comme un alcool tout à fait respectable.

Hongrie

Bus Ikarus

Faisant la fierté de la Hongrie, les bus Ikarus étaient exportés dans le monde entier, mais l'un de ses plus gros clients était évidemment l'URSS, son « grand frère soviétique » : on pouvait y voir ces véhicules partout. Après la disparition de son plus grand marché, en 1991, le fabricant Ikarus a fait faillite.

Rubik's Cube

Le sculpteur hongrois Ernő Rubik a inventé ce casse-tête en 1974, l'a fait breveter l'année suivante, et aurait, en principe, pu s'arrêter de travailler à ce moment-là. Quelques années plus tard, son invention avait un succès mondial, y compris, évidemment, en URSS.

Petits pois Globus

« Ces conserves étaient la norme en matière de goût et de qualité, et certains pensaient que les petits pois hongrois avaient bien meilleur goût que les petits pois "frais" qu'ils faisaient pousser dans leur jardin »se souviennent les utilisateurs du réseau social LiveJournal. Globus a encore du succès aujourd'hui, et on trouve encore leurs petits pois dans les magasins russes.

République démocratique allemande

Porcelaine «Madonna»

En fait, cette porcelaine ne s’appelait pas « Madonna », et elle n'avait rien de sacré ni de sublime : elle représentait des sujets plutôt frivoles de la mythologie grecque. Cependant, c'est comme ça qu'on l'appelait en URSS, et la présence de bonne porcelaine dans la maison montrait l'incroyable richesse de son propriétaire.

>>> Dollars, clopes et jeans: comment fonctionnait le marché noir de produits étrangers en URSS

Machines à coudre Veritas

Les machines allemandes Veritas étaient le rêve de toutes les femmes soviétiques, et réussissaient à faire concurrence aux Singer fabriquées en URSS. Aujourd'hui, on ne peut plus trouver de pièces de rechange pour ces machines : leur production s'est arrêtée il y a longtemps, et les rares machines préservées sont considérées comme des reliques rares d'un autre temps.

Ordinateurs Robotron

Oui, ce n'est pas tout à fait un Macbook : fabriqués en Allemagne de l'Est, les Robotrons offraient à leur utilisateur un éditeur de texte, un logiciel simple de tableur, et un système de gestion des bases de données on ne peut plus archaïque, en comparaison avec les outils actuels. Mais, dans les années 80, ces ordinateurs étaient des merveilles de technologie et on les utilisait, entre autres, dans les instituts de recherche soviétiques et dans les bureaux de design.

Appareils photo Praktica

Un véritable trésor pour les amateurs soviétiques de photographie, ils étaient les seuls appareils photo reflex mono-objectif étrangers qu'il était possible d'acheter légalement en URSS. « En URSS, le Praktica super TL était l'un des modèles d'appareils photos les plus prestigieux pour les amateurs de photographie chevronnés, mais de nombreux photographes professionnels appréciaient également de l'utiliser en dehors de leur studio », se souvient le photographe amateur S. Andrianov à propos de l'un de ses modèles.

Pellicule photographique ORWO

En URSS, la mention « Fabriqué en Allemagne » était un gage de qualité, y compris parmi les amateurs de photographie. Produits dans l'usine de Wolfen, en RDA, la pellicule en noir et blanc de la gamme ORWO CHROM et la pellicule couleur de la gamme ORWO COLOR étaient si chères qu'elles n'étaient pas accessibles à tous.

>>> Pourquoi des Russes regrettent la vie en Union soviétique?

Chemin de fer miniature PIKO

Les Soviétiques étaient habitués à ce que leur pays construise de magnifiques fusées et vaisseaux spatiaux, mais pas à ce qu'il fabrique quelque chose de joli et d'élégant. Les chemins de fer miniatures PIKO, qui sont apparus dans les années 60, leur semblait donc être un miracle. Ce n'était cependant pas un plaisir bon marché : dans les années 70, les collections PIKO coûtaient 25 roubles, alors que le salaire moyen était de 100 roubles par mois.

Pologne

Cosmétiques

La république populaire de Pologne fournissait à l'URSS, entre autres, des cosmétiques considérés comme étant de très bonne qualité...

Parfum Byt Mojet («Peut-être»)

... et un parfum avec un nom intriguant, concurrençant le parfum national « Krasnaïa Moskva » (« la Moscou rouge ») et le parfum français Chanel, pratiquement inaccessible aux simples mortels.

Tchécoslovaquie

Cristal de Bohême

C'était l'incarnation absolue du chic et du luxe dans le monde soviétique. Comme le disait l'héroïne du film Jeune fille sans adresse (1957) : « C'est du cristal de Bohême ! Il ne faut jamais y toucher, simplement le regarder ». Utiliser un objet en cristal de Bohême au quotidien était en effet considéré comme une folie : il fallait seulement les regarder et les admirer, en n'enlevant jamais la précieuse étiquette « Fabriqué en Bohême ».

>>> Sept films mémorables relatant les aventures d’étrangers en URSS

Meubles muraux

Aujourd'hui, de tels meubles recouvrant tout un pan de mur semblent plutôt démodés, mais ils étaient considérés, à l'époque soviétique, comme le signe que leur propriétaire menait une bonne vie. On en trouvait des versions allemandes, polonaises et yougoslaves, mais les plus connues étaient sans conteste les tchécoslovaques.

Tramway Tatra T3

Si le marché des bus était dominé par le hongrois Ikarus, les tramways importés en URSS étaient surtout les tchécoslovaques Tatra. On peut encore voir des tramays individuels dans les régions russes, bien qu'ils ne soient plus en service à Moscou.

Motos Jawa

« À une époque où on ne pouvait voir les motos japonaises et européennes qu'en photo, la Jawa rouge était considérée comme un modèle de perfection par les motocyclistes soviétiques », peut-on lire sur le site Internet russe AutoReview, et il est difficile de dire le contraire. Il était impossible de trouver une Harley Davidson ou une Kawasaki, mais la Jawa tchécoslovaque apparaissait accessible.

Chaussures Cebo

Les gens étaient prêts à faire la queue pendant des heures pour les chaussures de cette marque. Ils achetaient des chaussures, des bottes et des baskets. Mais cela vaut pour tous les produits de cette sélection : comme il n'y avait pas assez de ces « produits de luxe » importés pour tout le monde, dès qu’ils étaient en magasin, les clients en faisaient véritablement le siège.

Dans cet autre article, nous vous présentons en images comment les voitures soviétiques se vendaient sur les salons automobiles occidentaux.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies