Était-il possible de circuler librement sur le territoire de l'URSS?

Valery Khristoforov/TASS
Triste de devoir rester confiné à la maison du matin au soir et de devoir annuler vos vacances? Découvrez ce qu’endurait le peuple soviétique pour pouvoir se déplacer dans son propre pays.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Il n'était pas facile pour les résidents lambda de quitter l'Union soviétique : il fallait avoir des raisons très solides pour cela et recevoir une autorisation spéciale du parti. Cependant, des difficultés liées à la libre-circulation existaient aussi à l'intérieur du pays. D'un côté, les vols et les billets de train étaient moins chers qu'aujourd'hui, et les gens voyageaient constamment quelque part. De l’autre, pour aller dans une autre ville, il fallait parfois opter pour des ruses particulières… car tout le monde n’y était pas autorisé. Dans l’immense pays, il existait un système de contrôle constant des mouvements, sans caméras, codes QR ou badges électroniques.

37% des habitants n'avaient pas de passeport

La possession d'un passeport pour les citoyens est devenue obligatoire en URSS en 1932. Sans lui, il était impossible de séjourner dans les villes et les communes urbaines. Les résidents des villages et les travailleurs des fermes collectives (kolkhozes) n’avaient pas de passeport – on cherchait ainsi à éviter la fuite d’une main-d'œuvre bon marché vers les villes.

Pour quitter son village natal afin d’aller plus loin que le centre du district, chaque travailleur du kolkhoze devait obtenir un certificat du conseil du village - le gouvernement local. Il n’était valable pas plus que 30 jours. Si le travailleur allait en ville, y restait pour y vivre et qu'il se faisait attraper par la police, il recevait une amende et était expulsé. En cas de violations répétées, il pouvait être envoyé en prison pendant deux ans.

>>> Un citoyen lambda pouvait-il s’acheter un billet d’avion sous l’URSS?

Au fil du temps, les règles se sont resserrées constamment, mais même après la mort de Staline, avec l'avènement de Khrouchtchev puis de Brejnev, 37% de tous les citoyens de l'URSS n'avaient toujours pas de passeport, selon les données du ministère de l'Ordre public de l'URSS pour 1967. Et cela représente près de 58 millions de personnes.

Cependant, il y avait toujours des moyens de contourner ces restrictions. Par exemple, un/e résident/e d'un village pouvait épouser un/e citadin/e et ainsi obtenir le droit de se déplacer. Il était également possible de se faire engager comme travailleur sur un chantier de construction en ville ou d’intégrer un établissement d’enseignement urbain. Cette « discrimination » liée au passeport n’a commencé à s’affaiblir qu'en 1974, lorsque le document a commencé à être délivré à tout le monde.

Pas moyen de choisir votre lieu de résidence

Néanmoins, même avec un passeport pour se déplacer d’un point A à un point B, il fallait avoir une raison valable (voyage d'affaires, séjour en sanatorium, rendre visite à des parents, etc.).

« Les gens se rendaient souvent visite. Mais s’installer dans un hôtel était presque impossible. À la réception, on vous demandait toujours si vous aviez un justificatif de voyage d'affaires. Sinon, ils refusaient, même s’il y avait des chambres libres. Vous pouviez obtenir une chambre en donnant un pot-de-vin - en mettant un billet de trois roubles ou cinq dans votre passeport (le prix d'une chambre était d'environ 2 roubles par jour) », se souvient Elena de Moscou.

Et il était absolument impensable de choisir librement son lieu de résidence. Déménager dans une autre ville simplement parce que vous le vouliez était illégal. Premièrement, il fallait obtenir un titre de séjour, le soi-disant « enregistrement » (propiska), mais sans d’excellentes raisons, il était impossible d’obtenir le précieux sésame. Une telle raison pouvait être, par exemple, le besoin de travailler dans une spécialité pendant plusieurs années à des conditions peu attractives. Mais même cela ne constituait pas une garantie : les autorités avaient toujours le droit de refuser l'enregistrement sans explication.

>>> Pourquoi les Russes ont-ils deux passeports?

Déclaré inconstitutionnel, l'enregistrement a été annulée immédiatement après l'effondrement de l'URSS. On l'a remplacé par un enregistrement sur le lieu de résidence - permanent ou temporaire.

Villes fermées

Enfin, il y avait une liste assez longue de villes et villages dont l'entrée n’était possible que grâce à un laissez-passer. Il s'agissait de villes fermées dotées d'installations militaires ou stratégiquement importantes, ainsi que de tous les territoires frontaliers.

Il n'était possible d'accéder à certaines d'entre elles que si vous y étiez né, à d’autres - si des membres de votre famille y habitaient. Parfois, ces villes changeaient de statut, passant de fermé à ouvert, et les informations sur le laissez-passer étaient affichées directement aux guichets des chemins de fer.

Certaines villes, en revanche, étaient fermées pendant des décennies. Résident de Norilsk, fermé pendant les années soviétiques, Edouard se souvient : « À Norilsk, à l’arrivée, les gardes-frontières montaient dans l'avion, vérifiaient les passeports et l’enregistrement, même dans les années 80 ! J'avais besoin soit d'un ordre de route du Komsomol [certificat du parti envoyant un membre de la jeunesse communiste réaliser un travail temporaire ou permanent à un endroit donné], soit de l’invitation d'un parent, soit d'une invitation d'une unité de production qui avait besoin d'un spécialiste ».

Les plus inventifs, raconte Eduard, prenaient le passeport de connaissances qui avaient quitté la ville pour aller en vacances et en extrayaient les feuilles mentionnant l'enregistrement. « Le passeport ressemblait à l’époque à un petit livret avec des trombones au milieu. On dépliait les trombones, on sortait les feuilles nécessaires et on les insérait dans son passeport. Après la vérification à Norilsk, les pages étaient renvoyées au propriétaire par la poste ».

Dans cet autre article découvrez à quoi ressemble la vie dans les villes fermées de Russie.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies