«Miss KGB»: qui était la lauréate d’un mystérieux concours de beauté en 1990?

Igor Mikhalev/Sputnik
La jeune femme a disparu de l’attention du public dès qu'elle est devenue célèbre.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Un matin d'octobre 1990, la photo d'une jeune femme est apparue en Une du journal russe populaire Komsomolskaïa Pravda. La « playgirl » sur la couverture, Katia Maïorova - comme elle était présentée dans l'article - était jeune, attirante, mais semblait aussi dangereuse… posant avec une arme à feu.

« Miss KGB », pouvait-on lire en titre. Mais qui était Katia Maïorova, seule titulaire au monde du titre inhabituel de « plus belle fille des services de sécurité russes ? »

Nouveau visage du KGB

Malgré la politique de glasnost récemment adoptée - la tentative de Mikhaïl Gorbatchev de rendre le gouvernement soviétique plus transparent - le KGB est resté l’une des institutions publiques les plus secrètes de l’URSS. L'agence toute puissante avait l'image d'un appareil de sécurité sévère et largement redouté, étranger à toute sorte de frivolité.

Les lecteurs soviétiques étaient donc d'autant plus surpris de voir un article de journal présentant une employée du KGB sous les traits d’une femme jeune, brillante et séduisante. Des correspondants étrangers se sont également intéressés à la mystérieuse Miss KGB.

>>> En images: l’évolution du look des femmes russes au cours du XXe siècle

David Remnick, du Washington Post, était un des correspondants internationaux chanceux qui ont réussi à rencontrer la lauréate pour une courte interview autorisée à la Loubianka - le tristement célèbre siège du KGB situé dans le centre de Moscou.

« Le jour fixé, je me suis rendu à la Loubianka, où la camarade Maïorova m'a expliqué que le concours de beauté du KGB avait eu lieu dans un contexte privé. Elle portait un pull angora. Elle disait aimer les Beatles. Elle travaillait comme secrétaire, mais avait un certificat de maniement des armes légères. "Ils essaient de nous donner des compétences générales", a-t-elle déclaré. Convaincu, une fois de plus, sous une forme inattendue, que l'Union soviétique était dans un état de délire mortel, j'ai remercié Katia et j'ai pris congé », s’est souvenu David Remnick des années plus tard.

Bien que la courte interview au Washington Post n'ait pas tout dévoilé sur l'histoire de Miss KGB, elle a mis en lumière sa personnalité et les intentions de l'institution derrière cette opération de relations publiques.

« Je suppose qu'ils pensent que je serai le nouveau visage du KGB, a déclaré Maïorova dans son interview avec Remnick. Nous aimerions que les gens sachent que ceux qui travaillent ici ne sont pas des monstres », a-t-elle ajouté.

Zones d’ombre

Après que Remnick eut interviewé Miss KGB, il a compris certaines choses sur sa personnalité. « Elle [jouait] le rôle de la reine de beauté avec délectation. Elle gloussait et souriait à toutes ses réponses, et quand on lui a demandé de poser pour une photo, elle s’est faufilée jusqu'à un buste de Dzerjinski et a roucoulé une réponse positive. Elle [n'était] pas mariée et [a dit] qu'elle "ne sortait pas nécessairement" qu’avec des hommes du KGB », a noté le correspondant.

>>> Ces accessoires d’espions étrangers découverts par le KGB

Mais, plus important encore, il a également appris que le concours de beauté qui avait décerné la couronne de Miss KGB à Katia Maïorova était « privé » et que le nombre de candidats n'était pas divulgué.

Certains pensent qu’il n’y a eu aucun concours de beauté, mais que l’opération répondait au souhait du seul Vladimir Krioutchkov - chef du KGB à l’époque - de faire en sorte que KGB troque son image d’appareil de sécurité répressif et mystérieux pour celle d’une institution publique au service du bien de la population.

Que ce concours ait eu lieu ou non, cette initiative n'a pas donné beaucoup de résultats, le KGB ayant cessé d'exister en tant qu'institution, remplacé par le Service fédéral de sécurité de la Fédération de Russie - alias FSB - peu après l'effondrement de l'Union soviétique.

On ignore ce qu’est devenue Miss KGB après la chute de l'URSS. Elle a disparu des radars publics aussi rapidement qu'elle était apparue en Une de Komsomolskaïa Pravda.

Dans cet autre article découvrez tout ce que vous vouliez savoir sur le travail de Poutine en Allemagne de l’Est.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies