La Russie impériale contée en cartes postales humoristiques

Дурацкие дореволюционные открытки
Qu’il soit léger ou sombre, cet humour est toujours le reflet des mœurs de l’époque.

Russia Beyond désormais sur Telegram! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Tout a commencé par une idée de cadeau, mais rapidement, le Saint-Pétersbourgeois Maksim Kosmine s’est pris de passion pour les cartes postales humoristiques datant de l’époque pré-révolutionnaire et a lancé une communauté en ligne pour les collecter.

Sa collection contient actuellement environ 200 d’illustrations. Ses principales sources sont les maisons de ventes aux enchères et les marchés aux puces et chaque exemplaire est un bel exemple de l'humour en Russie impériale. Amusez-vous bien !

« Deux imbéciles se battent et le troisième regarde »
« Un végétarien : Si j’arrive à échapper au danger, je donne ma parole de manger de la viande. »
« Si tu n’avais pas comméré et menti, la souris ne t’aurait pas dévoré la langue. »
« Le froid de votre âme m’est incompréhensible. »

Lire aussi : Comment déclarait-on sa flamme en Russie tsariste par le biais de cartes postales?

« J’étais en route pour rejoindre mon bétail [mot désignant également un salopard] et Dieu vous envoie à moi. »
« Je t’aime [mais ce signe de la main signifie que l’on ment et que l’on renie ce que l’on dit]. Salut de Pétersbourg. »
« Rappelle-toi qu’un flirt avec le premier venu peut t’offrir une fille ou un fils. »
« Au siècle du féminisme : Laissez-moi, monsieur, vous accompagner. »
« Militante de l’égalité des sexes près du bain pour hommes. »
« Arithmétique de couple.  Et qu’est-ce que cette habitude que tu as de m’appeler devant tout le monde
« Dieu est ressuscité » (Phrase répétée pour célébrer Pâques)
Des pompiers tentent d’éteindre les ardeurs d’un couple.
« Purée. Je sonne depuis deux heures. Ils ne dorment pas, ils font du bruit tout le temps. Mais ils n’ouvrent pas [la porte]. »
« Vos intéressantes conversations déclenchent des bâillements »
« Ne m’enviez pas. Je suis occupé toute la semaine. Chaque jour je dois rendre visite à l’une de mes femmes. »
« Le cheval : Je suis confus, que veut-il ? Il tire sur les rênes, comme s’il voulait que je m’arrête, et … fait du bruit avec ses lèvres, comme s’il voulait que j’avance… »

Dans cet autre article, découvrez en images d’archives Saint-Pétersbourg et ses environs durant l’époque impériale.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies