Quatre insurrections qui ont fait trembler l’URSS

Sputnik, TASS
Rébellions et manifestations ont accompagné le régime totalitaire soviétique tout au long de son histoire. Certaines d'entre elles, cependant, étaient si dangereuses pour le Kremlin qu'elles ont menacé de faire chuter le régime communiste.

Rébellion de Tambov (1920-1921)

Sous l'Empire russe, la province de Tambov était l'une des plus florissantes du pays et sa paysannerie comptait parmi les plus riches. Lorsque les bolcheviks ont aboli le libre-échange et commencé à confisquer du pain pour les « besoins de la révolution », elle s’est rapidement enfoncée dans la famine et la crise.

Furieux, les paysans locaux ont pris les armes et lancé une guerre de résistance. S'appelant eux-mêmes « les Verts », ils s’opposaient à la fois aux Rouges et aux Blancs.

À son apogée, la rébellion de Tambov comptait plus de 50 000 hommes, qui formaient deux armées et contrôlaient d'immenses territoires dans le sud de Moscou.

>>> Cinq insurrections qui ont failli faire tomber la Russie tsariste

Conscients du caractère explosif de la situation, les dirigeants soviétiques ont mobilisé toutes les forces possibles pour mater la rébellion. 55 000 soldats avec l'aide de l'aviation, de l'artillerie, de voitures blindées et de trains sont passés à l’action contre les insurgés.

Pour la première fois de l'histoire, une armée a utilisé du gaz toxique contre son propre peuple. En outre, des répressions généralisées contre les familles des rebelles ont été lancées. Durant l’été 1921, la rébellion a été en grande partie réprimée et son chef, Alexander Antonov, qui se cachait dans les forêts, a été assassiné lors d'une opération spéciale l'année suivante.

Rébellion de Kronstadt (1921)

Ce soulèvement de marins contre le régime bolchevique, qui s’est produit dans la base de la flotte baltique à Kronstadt, a profondément choqué les dirigeants soviétiques. « Orgueil et gloire de la Révolution », selon l’expression de Léon Trotski, les marins constituaient un pilier pour les forces révolutionnaires. Si même le plus fidèles pouvaient trahir la cause, qu'attendre des autres ?

>>> Le soulèvement de Pougatchev: cinq questions sur la plus grande rébellion de l’histoire russe

Les marins ont exigé la fin de la dictature bolchevique et le rétablissement des libertés politiques de tous les mouvements socialistes du pays. Comme les paysans de la région de Tambov, les marins (eux-mêmes principalement issus de la paysannerie) ont exigé le rétablissement du libre-échange.

L'Armée rouge a mené deux assauts majeurs sur la base, faisant des milliers de victimes des deux côtés, et parvint à mettre fin au soulèvement. 8 000 insurgés ont réussi à s'enfuir en Finlande.

Le soulèvement a été suivi de répressions au cours desquelles plus de 2 103 personnes ont été exécutées et 6 459 condamnées à une peine d'emprisonnement.

Cependant, la rébellion de Kronstadt a partiellement atteint son objectif. Trois jours à peine après qu’elle eut été matée, la nouvelle politique économique, autorisant le libre-échange et les petites entreprises privées, a été introduite dans le pays.

>>>Ces deux hommes de bronze sur la place Rouge à qui la Russie doit sa liberté

Soulèvement de Norilsk (1953)

Avec plus de 30 000 détenus impliqués, il s'agissait du plus grand et du plus long soulèvement de l'histoire du Goulag. Il a éclaté à Gorlag, un camp destiné principalement aux prisonniers politiques situé non loin de la ville sibérienne de Norilsk.

Les raisons de ce soulèvement étaient la pauvreté des rations, les journées de travail épuisantes de 15 heures et la cruauté des chefs du camp. Quand un garde avec un fusil d'assaut a abattu des prisonniers, cela a mis le feu aux poudres.

Le soulèvement, qui a duré 70 jours, ressemblait davantage à une grève. Les prisonniers se sont auto-organisés, ont saboté le travail du camp et ont réclamé de meilleures conditions de vie et un changement de la direction.

La répression a été brutale et menée à l'aide d'armes. 150 détenus ont été tués et le camp a été fermé et dissous peu après.

>>> Pourquoi Trotski a-t-il exécuté un héros ayant sauvé la marine soviétique en 1918?

Massacre de Novotcherkassk (1962)

Au début des années 1960, l'échec de la politique économique en Union soviétique a entraîné des pénuries de marchandises et une flambée des prix, ainsi qu'une importante détérioration des conditions de travail. Des manifestations ont éclaté dans de nombreuses villes et l’une d’elles s’est terminée par une tragédie.

Le 1er juin 1962, plus de 5 000 manifestants, principalement des ouvriers de l'usine locale de locomotives électriques, se sont rassemblés dans la ville de Novotcherkassk, dans le sud du pays. Les appels à la dispersion n'ont eu aucun effet et les autorités ont mobilisé les chars d'assaut, ce qui a encore davantage scandalisé la population.

N'ayant pas réussi à empêcher la foule de se diriger vers l'administration de la ville, la police a ouvert le feu sur la population après deux séries  d'avertissements, faisant 26 morts et 87 blessés.

>>> Pourquoi l'Empire russe a subi trois révolutions en dix ans

Les dirigeants soviétiques ont ordonné de passer l'incident sous silence. Les corps des victimes n’ont pas été remis aux proches et ont été enterrés pendant la nuit dans différents cimetières éloignés de la ville.

Sept personnes ont été accusées de banditisme et exécutées, tandis que 105 autres ont écopé de peines d’emprisonnement de 10 à 15 ans.

Dans cet autre article, nous vous expliquons qui a réellement déclenché la guerre civile russe.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies