Top-10 des films sur les conflits russo-américains post-guerre froide

Donovan Marsh/Original Film, 2018
Avec l'effondrement de l'Union soviétique et la fin de la guerre froide, la Russie a cessé d'être l'ennemi numéro un d'Hollywood. Mais cela n’a pas empêché les cinéastes occidentaux d’utiliser des stéréotypes pour décrire la Russie dans des blockbusters à gros budget.

1. Goldeneye (1995)

Goldeneye est le premier film de James Bond réalisé après l'effondrement de l'Union soviétique et la fin de la guerre froide – toutefois, la menace russe était encore très présente dans l'esprit des réalisateurs hollywoodiens.

Cette fois, James Bond combat un syndicat du crime organisé infiltré par le haut commandement militaire russe appelé Janus. Les méchants veulent détruire Londres avec une puissante arme laser, et Bond est le dernier espoir de l'humanité.

2. Marée rouge (1995)

Nous sommes au milieu des années 1990 et la Russie, en proie à une grave crise économique et politique, est en train de sombrer dans la guerre civile. Les États-Unis s’inquiètent du sort des armes nucléaires du pays au milieu du chaos, et envoient leur flotte sous-marine près des côtes russes pour tenter de contrôler la situation, alors que la menace d’une guerre nucléaire mondiale se profile.

Lire aussi : Au-delà de la propagande: huit grands films montrant les deux côtés de la guerre froide

3. Le saint (1997)

Encore une fois, nous sommes dans les années 1990 et la Russie traverse une crise profonde. Les Moscovites gèlent dans leurs appartements sans chauffage. L'oligarque local Ivan Tretiak, qui veut chasser le président Karpov, jugé trop faible, dirige toute la colère de la population contre les Américains et une foule en colère assiège l'ambassade américaine.

Personne ne sait cependant que Tretiak est la véritable raison de la crise actuelle. À présent, seules la scientifique Emma Russell et le voleur professionnel Simon Templar peuvent arrêter le fou furieux.

4. Air Force One (1997)

La guerre froide est terminée et la Russie est devenue un allié de confiance des États-Unis. Cependant, le dirigeant du Kazakhstan, le général Radek, rêve de restaurer l’Union soviétique.

Lire aussi : Cinq nouveaux films russes sur la Seconde Guerre mondiale susceptibles d’exploser au box-office

Après l’arrestation de Radek par des forces spéciales conjointes russo-américaines, ses hommes de main capturent l’avion transportant le président américain et le prennent en otage afin de récupérer leur chef.

Bien que le principal méchant du film soit le Kazakhstan, pas un seul acteur kazakh ne figure dans le film. Tous les méchants - des terroristes dans l'avion aux pilotes ennemis des avions MiG - sont des Russes.

5. Le Pacificateur (1997)

Selon Hollywood, tout criminel digne de ce nom tente de voler une bombe nucléaire au moins une fois dans la Russie postsoviétique. Dans ce film, le général Kodoroff tente sa chance et, après avoir réussi à obtenir une arme de destruction massive, ses hommes tentent de la refourguer à des terroristes yougoslaves, dont la cible est quelque part aux États-Unis.

Il semble que la seule personne qui puisse arrêter le général russe soit le lieutenant-colonel Thomas Devoe, membre des forces spéciales de l'armée américaine, qui entame son périple dans une Russie inconnue et hostile.

Lire aussi : Les dix meilleurs films de guerre russes

6. La Somme de toutes les peurs (2002)

Jack Ryan est le personnage créé par le romancier américain Tom Clancy qui, en 1984, s’était lancé dans la chasse légendaire du sous-marin Octobre rouge. Dans cette histoire, un groupe terroriste international tente de déclencher une guerre totale entre la Russie et les États-Unis. Les pays en sont sur le point d’échanger des frappes nucléaires et, comme toujours, seul Ryan peut sauver la situation.

7. Mission impossible: Protocole fantôme (2011)

Dans la quatrième partie de la célèbre saga, un terroriste nommé Cobalt fait ce que tout ennemi de la Russie rêve de faire depuis des siècles : il fait exploser le Kremlin. Cependant, les Russes accusent à tort l’agent américain Ethan Hunt et les États-Unis d’avoir commis ce crime. Comme toujours, les deux pays sont au bord de la guerre nucléaire.

Pour restaurer son nom et empêcher le conflit, Hunt doit trouver et arrêter Cobalt avant que les agents spéciaux russes ne le capturent.

8. Aube rouge (2012)

Le film est un remake du film du même nom de 1984 sur l'invasion des troupes soviétiques aux États-Unis. Dans la nouvelle version, les Soviétiques ont été remplacés par les Nord-Coréens. Cependant, nous découvrons rapidement que les agresseurs sont soutenus par la Russie ultranationaliste. Les Américains doivent faire face non seulement aux envahisseurs coréens, mais aussi à un groupe d’élite russe spetsnaz, qui a atterri dans leur pays.

Lire aussi : Les cinq pires défaites militaires de l'histoire russe

9. Jack Ryan: recrue dans l’ombre (2014)

Encore des vacances en Russie pour Jack Ryan. Cette fois, l’analyste de la CIA doit empêcher le ministre de l’Intérieur et un puissant magnat russe d’alimenter un effondrement économique aux États-Unis.

10. Hunter Killer (2018)

C'est l'un des rares films dans lesquels Hollywood montre l'armée russe comme une force puissante et moderne, et non comme une horde obsolète et ridicule.

Le président russe a été renversé par un ministre de la Défense belliciste et est maintenu prisonnier sur une base navale du nord de la Russie. Les Américains envoient secrètement leurs forces spéciales pour sauver le président et empêcher la Troisième Guerre mondiale.

Malheureusement, Hollywood ne peut pas se débarrasser de ses clichés : trois Marines américains luttent seuls contre de nombreux soldats russes.

Dans cet autre article, nous vous présentions cinq films et séries inspirés de grandes œuvres littéraires russes qu’il vous faut visionner à tout prix.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies