Le «Général hiver», qui était donc ce mystérieux ennemi russe tant redouté par Napoléon?

L’hiver russe cruel et impitoyable a souvent aidé les troupes russes à maîtriser et à écraser l’ennemi qui avançait. Cependant, dans certains cas, le capricieux «Général hiver» s’est retourné contre son allié…

Cet allié important de la Russie porte de nombreux noms : Général hiver, Général gel ou Général neige. Le rude hiver russe a longtemps été une arme puissante utilisée par la Russie contre ses ennemis choyés par les doux hivers européens.

La première apparition du nom « Général hiver » remonte à 1812 dans un dessin satirique britannique consacré à la campagne catastrophique de Napoléon en Russie. Les Anglais ont écrit : « Le Général hiver rasant le petit Boney ». (Little Boney - nom donné à Bonaparte aux proportions ridicules qui figure dans des caricatures britanniques de l'époque). Depuis lors, ce nom est devenu emblématique.

Les généraux de Napoléon ont écrit dans leurs mémoires que l’hiver russe était la principale cause de la défaite de la Grande armée. Mais c’est une excuse destinée à sauver leur honneur. Les troupes françaises ont en effet été écrasées par le courage des soldats russes, la guerre de partisans généralisée et les tactiques astucieuses du commandement russe, qui ont épuisé l’ennemi.

Néanmoins, le Général gel a porté un coup fatal aux Français. Le froid impitoyable a eu un impact terrible sur la Grande Armée, mal préparée, lors de sa retraite de Russie. Seuls quelques dizaines de milliers de soldats sur 600 000 sont rentrés chez eux et l'hiver a joué un rôle non négligeable à cet égard.

Cependant, le Général neige s'est manifesté un siècle avant l'apparition de son nom. En 1708, pendant la Grande Guerre du Nord entre la Suède et la Russie, l'armée de Charles XII passa l'hiver en Ukraine. Là-bas, elle a été frappée par l'hiver le plus froid que l'Europe avait connu depuis 500 ans.

Les rudes guerriers scandinaves n'étaient pas étrangers au froid cruel, mais ils n’étaient certainement pas préparés pour celui-ci. Près de la moitié des soldats et des chevaux suédois sont morts de froid. Cela a considérablement aidé le tsar Pierre le Grand dans la bataille décisive de Poltava, au cours de laquelle les Suédois ont été totalement écrasés.

Le Général gel n’a pas toujours été du côté russe. Pendant la Guerre d’hiver, par exemple, les troupes soviétiques qui qui avançaient ont affronté l’un des hivers les plus cruels du XXe siècle. Des divisions entières coupées et entourées par les Finlandais sont mortes de froid dans la neige épaisse. L'Union soviétique a gagné la guerre, mais a payé le prix fort avec plus de 126 000 morts (les Finlandais ont perdu 25 000 hommes).

Un autre cas où l'hiver russe pouvait difficilement être qualifié d’allié de l’Union soviétique s'est produit pendant la bataille de Moscou. Les généraux de la Wehrmacht ont affirmé que le froid rigoureux de -30°C et même de -50°C avait mis fin à leur offensive. Les données météorologiques, cependant, ont montré que novembre 1941 était plutôt modéré et propice à une avancée. Le froid a gelé le sol et aidé les divisions blindées allemandes à manœuvrer.

« Le froid a gelé les marécages et les chars et unités motorisées allemands - la principale force de frappe ennemie - étaient plus libres de se déplacer. Nous avons ressenti cela immédiatement. Le commandement ennemi a commencé à utiliser des chars sur les routes », a rappelé le maréchal Konstantin Rokossovski dans ses mémoires.

Plus tard, lorsque les armées soviétiques lancèrent la contre-offensive en décembre-janvier, un temps extrêmement froid s'installa. Les soldats soviétiques, en passant à l’attaque, se figèrent dans les champs et s’enfoncèrent dans la neige épaisse, tandis que les Allemands campaient sur leurs positions aux alentours de Moscou.

Globalement, l'hiver russe a grandement aidé les Soviétiques à défendre la Patrie. Les troupes allemandes n'avaient pas assez d'uniformes d'hiver chauds et leur équipement militaire était souvent incapable de résister au froid. Le Général gel a littéralement détruit la 6e armée encerclée lors de la bataille de Stalingrad, qui a marqué un tournant de la guerre.

Le Général hiver a un puissant allié : le Général boue. Pour l’ennemi qui avançait, l’automne russe n’était guère meilleur que l’hiver. Les troupes ont été forcées de s'enfoncer jusqu'aux genoux dans des lacs de boue causés par des pluies persistantes. Compte tenu de l'état délabré des routes à l'époque, ces avancées en profondeur sur le territoire russe se sont transformées en véritables cauchemars.

Vous êtes prêt à profiter de vos vacances d'hiver en Russie? Voici les différentes astuces qui vous aideront à éviter les écueils dans lesquels les touristes peuvent facilement tomber.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies