Quatre événements russes qui ont changé le cours de l'histoire

Global Look Press
De la Révolution d’octobre à la Perestroïka de Gorbatchev, la Russie a profondément marqué l’histoire de l’humanité au cours des cent dernières années.

1. Révolution bolchevique

« Il est indéniable que l'idéal bolchevique repose sur le sacrifice le plus pur d'innombrables hommes et femmes qui ont tout donné pour lui et que l’idéal sanctifié par les sacrifices de maîtres tels que Lénine ne peut être vain ; le noble exemple de leur renoncement sera inscrit à jamais et accélérera et purifiera l'idéal au fil du temps », a déclaré Mahatma Gandhi. 

La signification de la révolution, qui a déclaré que la prospérité des masses travailleuses était son but ultime, n’a pas été ressentie uniquement par Gandhi. On se souvient peut-être du récit du journaliste américain John Reed intitulé Dix jours qui ébranlèrent le monde peu après le soulèvement d’octobre 1917.

Lire aussi : Cinq pays que l'URSS a généreusement soutenus (avant d’en payer le prix)

Les événements de la révolution russe ont sans aucun doute acquis une dimension planétaire. « La menace existentielle du communisme a été le facteur critique qui a obligé le capitalisme à accorder des concessions face aux besoins des gens ordinaires », a écrit l'écrivain de The Independent Youssef El-Gingihy, à l'occasion du centenaire de la Révolution. Ainsi, l'État-providence occidental a été fortement stimulé par les événements en Russie.

Le deuxième effet était lui aussi mondial - la décolonisation. Selon l'historien et militant politique Tariq Ali, la révolution russe « a accéléré la décolonisation et inspiré les révolutions au Vietnam, en Chine [et] à Cuba ».

2. Victoire dans la Seconde Guerre mondiale

La défaite du nazisme lors de la Grande Guerre patriotique, comme on appelle la Seconde Guerre mondiale en Russie, est un événement d’une portée gigantesque qui n’a guère besoin d’être justifiée. Ce qui n'est pas souvent souligné, c'est que le système social, politique et économique qui a réussi à détruire le fascisme est celui qui a été créé au cours de la révolution de 1917. Tariq Ali relie directement les deux phénomènes - la révolution et la victoire dans la guerre – « la création de l'Armée rouge qui a survécu aux purges de Staline a ensuite détruit la moelle épinière du Troisième Reich à Stalingrad et à Koursk ».

Il souligne également que « c’est le soldat Ivan, et non le soldat Ryan, qui a remporté la Seconde Guerre mondiale. Cela ne devrait jamais être oublié ». En effet, les trois quarts des pertes de guerre de l’Allemagne ont été infligées par la Russie soviétique. Selon certaines estimations, le rapport entre le nombre de soldats américains et de soldats soviétiques tués au combat contre les Allemands est de 1 à 80.

Lire aussi : Quatre Russes du XIXe siècle qui ont changé la donne en médecine

La victoire a eu un prix très lourd : 27 millions de citoyens de l'URSS ont été tués et la majeure partie du pays fut détruite. « Lorsque nous avons pris l'avion pour la Russie, en 1945, je n'ai pas vu de maison entre les frontières occidentales du pays et la région de Moscou. Le maréchal Joukov m'a confié que tant de femmes, d'enfants et de vieillards avaient été tués que le gouvernement russe ne serait jamais en mesure d’évaluer leur nombre exact », a rappelé le général Eisenhower plus tard.

3. Le vol de Gagarine

Le vol du premier cosmonaute au monde, Iouri Gagarine, a sidéré la planète et « a défini un nouvel horizon pour l’humanité », comme cela a été formulé à l’occasion de son 50e anniversaire.

« Toute ma vie semble maintenant être un moment heureux. Tout ce qui a été vécu et fait auparavant a été réalisé pour ce seul moment », a déclaré Gagarine dans un discours prononcé quelques minutes avant d'entrer dans son vaisseau spatial. Le discours a été diffusé dans toute l'Union soviétique et retransmis dans le monde entier. Un peu plus tard, lorsque la fusée a décollé, le premier cosmonaute au monde aurait déclaré « Poïekhali ! » (« C’est parti ! »).

En URSS, le vol de Gagarine a été accueilli avec euphorie. Le cosmonaute a été accueilli en véritable héros lors de sa venue à Moscou. « Quand on regarde la réaction des Moscovites, où tout le monde était dans les rues, sur les toits des bâtiments et aux fenêtres, je comparais cette célébration à la journée de la Victoire du 9 mai [la fin de la Seconde Guerre mondiale pour l'Union soviétique] », a déclaré Sergueï Khrouchtchev, le fils de Nikita Khrouchtchev, dirigeant soviétique à l’époque de Gagarine.

Lire aussi : Quelles langues parlaient les Romanov?

Le vol de Gagarine, après le choc lié au Spoutnik en 1957, a exercé une pression sur les dirigeants américains et renforcé la course vers l’espace en obligeant le président John F. Kennedy à annoncer son intention d’envoyer un Américain sur la Lune.

4. Perestroïka

« Je suis ici avec Jésus-Christ. Il était le premier socialiste. On ne peut rien y faire », a déclaré pour définir son credo Mikhaïl Gorbatchev, ex-dirigeant soviétique qui a lancé la perestroïka (« reconstruction ») en Union soviétique à la fin des années 1980.

Quel que fût le sens de cette référence à Jésus-Christ pour Gorbatchev, il a entamé ses réformes comme beaucoup d'autres hommes politiques, en tentant de restructurer l'économie. Il a promu des réformes structurelles visant à créer un système économique combinant les caractéristiques du marché socialiste et du libre-marché. Cependant, ses réformes ont semé le chaos dans l’économie du pays, miné la popularité de Gorbatchev et entraîné l’effondrement de l’URSS.

Lire aussi : Première Guerre mondiale: l’aide des Alliés fut-elle utile à la Russie?

Gorbatchev a également lancé la glasnost' (« ouverture ») en tant qu’outil permettant de faire face à ses opposants conservateurs, qui étaient devenus un obstacle à sa politique. La glasnost s’est accompagnée de la liberté pour les médias.

Pendant la Perestroïka, Gorbatchev a établi de bonnes relations personnelles avec les dirigeants occidentaux et signé des traités qui ont considérablement atténué les tensions entre l'URSS et l'Occident, contribuant ainsi grandement à la fin de la guerre froide.

Appréciée à l’étranger, la perestroïka est mal perçue dans le contexte domestique. 55% des Russes estiment que les réformes de Gorbatchev ont eu plus d’effets négatifs que positifs.

Dans ce second article, (re)découvrez sept chansons russes légendaires ayant fait le tour de la planète.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies