Cinq pays que l'URSS a généreusement soutenus (avant d’en payer le prix)

ZUMAPRESS/Global Look Press, Getty, Robert Pastryk/Pixabay/Global Look Press
À l'époque de la guerre froide, Moscou a prêté des milliards de dollars à des pays en développement pour se faire des alliés socialistes étrangers. En fin de compte, il s’agissait dans la plupart des cas d’un énorme gaspillage d’argent…

« Travailleurs du monde entier, unissez-vous ! », stipule le Manifeste communiste de Karl Marx et Friedrich Engels publié en 1848. Et quand des marxistes dévoués - le parti bolchevique, devenu plus tard le parti communiste – ont pris les commandes de la Russie au XXe siècle, ils n'ont jamais oublié la devise de leurs mentors idéologiques, promouvant et soutenant tout gouvernement dans le monde montrant le moindre signe de construction d'un État socialiste.

Après le déclenchement de la guerre froide à la fin des années 1940 et le défi lancé par l'URSS aux pays capitalistes occidentaux dirigés par les États-Unis, la concurrence dans le monde devint encore plus féroce. Moscou n'a économisé ni argent, ni aide militaire, ni armement pour aider les socialistes autoproclamés. Malheureusement, par la suite, nombre de ces pays n’ont pas remboursé les emprunts que l’URSS leur avait accordés pour relancer leurs économies. Alors, qui étaient ces mauvais payeurs ?

Lire aussi : Pourquoi la Russie se débarrasse-t-elle de ses obligations américaines?

1. Cuba

La Havane était un champion absolu quant à la taille de sa dette. En 2014, Vladimir Poutine a radié 31,5 milliards de dollars de dette cubaine (90%) alors que la somme totale s'élevait à plus de 35 milliards de dollars. Pour les Soviétiques, cette citadelle du socialisme dans l'hémisphère occidental était trop importante pour lésiner sur les moyens.

Moscou a accordé à Cuba des tonnes de crédits qui ont permis d'améliorer les systèmes d'éducation et de santé cubains, en fournissant également au pays du pétrole, des denrées alimentaires et du matériel technique. En retour, Cuba fournissait une grande quantité de sucre de canne à l'URSS et, plus important encore, défendait le communisme. Cuba a envoyé ses troupes se battre comme volontaires dans les conflits en Angola ou en Éthiopie, soutenant toujours le parti prosoviétique.

2. Syrie

Bien sûr, nous parlons de l'ancienne Syrie d'avant-guerre. À l'époque de la guerre froide, lorsque Hafez al-Assad, le père de l'actuel président Bachar el-Assad, dirigeait le pays, il avait un penchant prononcé pour le socialisme et l'URSS le considérait comme l'un de ses principaux alliés au Moyen-Orient.

Lire aussi : La Russie ne finira-t-elle jamais de payer la dette des tsars?

La dette de la Syrie a atteint 13 milliards de dollars en 2005, et la même année, Vladimir Poutine en a radié 10 milliards de dollars. En retour, la Syrie a promis d'accorder certaines préférences aux hommes d'affaires russes travaillant dans le pays, même s’il semble désormais que la coopération économique effective soit différée pour un certain temps.

3. Mongolie

Le pays est resté assez discret depuis la chute de l'empire de Gengis Khan au Moyen âge. La Mongolie était un allié fidèle de l'Union soviétique des années 1920 jusqu'à la désintégration de l'URSS. Les troupes mongoles ont combattu le Japon aux côtés de l'Armée rouge pendant la Seconde Guerre mondiale. En fait, en 1956, la Mongolie a même demandé à faire partie de l'URSS, mais Moscou a décliné l'offre.

Quoi qu'il en soit, le montant des crédits octroyés par Moscou à Oulan-Bator s'élevait à 11,4 milliards de dollars - sans surprise, l'État pas très prospère d’Asie n'a pas remboursé ces sommes. En 2003, la Russie a effacé une ardoise de 11,1 milliards de dollars de dette. La Mongolie a finalement remboursé 300 millions de dollars, puis Moscou a effacé plusieurs dettes plus petites.

Lire aussi : Où la Russie conserve-t-elle ses réserves d’or?

4. Corée du Nord (RPDC)

Depuis que l’URSS et les États-Unis ont divisé la Corée en deux États au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, le Nord a soutenu l’URSS et est resté l’un des bastions socialistes de l’Asie. Bien que dans les années 1970, Kim Il-sung ait appliqué l’idéologie du Juche, qui consistait à « compter sur ses propres ressources » et renoncer au marxisme à la soviétique, cela n’a pas empêché Pyongyang de prendre de l’argent à la fois à Moscou et à Pékin.

Au total, la Corée du Nord devait 11 milliards de dollars à l'URSS, et ne les a jamais remboursés, en particulier après l'effondrement économique et la famine qui ont frappé le pays dans les années 1990. Comme d’habitude, la Russie a annulé 90% de la dette de la Corée du Nord en 2012.

5. Vietnam

Pays dont la lutte a écrasé les efforts de l’Amérique visant à maintenir le communisme à l’écart de l’Indochine, le Vietnam était un allié essentiel pour les Soviétiques dans les années 1970. « À partir des années 1960, l'URSS a fourni plusieurs milliers d'armements au Vietnam, pour un montant total de 15,7 milliards de dollars, et construit 117 sites militaires », dans ce pays, note le quotidien russe AiF. Ces approvisionnements étaient en partie gratuits alors que le Vietnam était encore endetté auprès de sa grande sœur soviétique.

Lire aussi : Où est passé l’or du Parti communiste dans les années 1990?

En plus de ces crédits et prêts, le Vietnam devait 11 milliards de dollars à l'URSS. En 2000, la Russie a annulé la majeure partie de sa dette : 9,5 milliards de dollars. Contrairement à plusieurs autres pays de cette liste, le Vietnam a maintenant des liens économiques avec la Russie et le commerce est en hausse (5,3 milliards de dollars en 2017).

Le sort de la réserve d'or de l'Empire russe, la plus grande au monde au début du XXe siècle, intrigue encore les passionnés et génère de nombreuses recherches. Pour en savoir plus, n'hésitez pas à vous diriger vers notre article.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies