Victoire inoubliable: comment l'équipe soviétique de basketball a éclipsé les Américains en 1972

Vyacheslav Un Da-sin/TASS
Une victoire de l'équipe nationale soviétique à Munich qui fait débat jusqu’à nos jours et a inspiré un film à succès.

Les Russes jouaient au basket avant même la Révolution de 1917, mais ce sport n'était pas pratiqué à grande échelle. Le premier tournoi du pays a eu lieu en 1923 seulement.

La brutalité politique des années 1940 a eu un effet inattendu sur ce sport. La Lettonie, la Lituanie et l'Estonie ont été intégrées à l'URSS et des joueurs hautement qualifiés venus de ces pays ont renforcé l'école de basket-ball soviétique.

Lire aussi : Visage du basketball féminin: Ilona Korstine

Cependant, ce n’est qu’après la fin de la Seconde Guerre mondiale, en 1947, que les Soviétiques sont devenus membres de la FIBA, la Fédération internationale de basketball, avant d’entamer leur premier championnat d'Europe la même année.

L'équipe nationale soviétique a remporté ce championnat à Prague. Le joueur soviétique d'origine estonienne Joann Lõssov s'est vu décerner un titre de la FIBA ​​en tant que joueur le plus performant du tournoi.

Les joueurs de basket-ball soviétiques ont pour la première fois affronté leur ennemi idéologique et sportif, les États-Unis, aux Jeux olympiques de 1952 à Helsinki. L'équipe américaine, championne olympique expérimentée, a vaincu les joueurs soviétiques 86-58, les reléguant à l'argent sur le piédestal.

Les Soviétiques se sont vengés au Championnat du Monde FIBA ​​de 1959 organisé par le Chili. L'équipe soviétique a vaincu les Américains, mais a été disqualifiée pour un refus motivé par des raisons politiques d'affronter les joueurs taïwanais.

Lire aussi : Ma vie en Russie: Ann Wauters

Les Soviétiques ont remporté de justesse la médaille de bronze au Championnat du monde FIBA ​​de 1963, battant sur le fil du rasoir l'équipe américaine, 75-74.

Une rencontre entre les équipes soviétique et américaine disputée au Championnat du monde de la FIBA ​​en 1967 s'est avérée dramatique. L'erreur d'un arbitre enflamma lentement les tensions sur le terrain et déclencha une longue dispute entre joueurs, entraîneurs et arbitres. Les joueurs américains et soviétiques ont protesté en quittant le terrain à tour de rôle, bien que finalement tout le monde soit revenu pour terminer le match que les Soviétiques ont perdu avec un point de différence, 59-58.

Alexander Gomelsky

Les Jeux olympiques d'été de 1972 à Munich ont « renversé » l'incident de 1967. L'équipe nationale des États-Unis a affronté l'équipe de l'URSS lors du dernier match pour la médaille d'or. L'équipe américaine a marqué 50 contre 49 alors qu’il ne restait que trois secondes à jouer dans le match. Les Soviétiques ont demandé un temps mort, mais l'arbitre a raté le signal. L'erreur fatale a permis aux Soviétiques de protester et de couper court aux célébrations de l'équipe américaine qui pensait avoir gagné le match.

Du temps de jeu a été ajouté et les dernières secondes du match ont été rejouées trois fois en raison d’erreurs répétées des arbitres. Au troisième et dernier essai, les Soviétiques ont marqué et gagné le match 51:50. Cette incroyable victoire est considérée comme l'un des meilleurs moments de l'histoire du sport soviétique. Elle a également provoqué des protestations véhémentes de la part de l'équipe américaine. Les officiels de la FIBA ​​ont tenu un vote secret qui a jugé le résultat du match légitime.

L'équipe nationale soviétique a remporté sa dernière médaille d'or aux Jeux de 1988 à Séoul. Pourtant, aucune victoire n'a été aussi exceptionnelle que celle qui a eu lieu à Munich. En 2018, le match légendaire a donné naissance à un film à succès qui a battu le record du box-office russe en engrangeant 31 millions de dollars en deux semaines.

Dans cette autre publication Russia Beyond se souvient de l'un des meilleurs gardiens du monde, Lev Yashin (1929-1990).

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer
Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies